La photo, à peine née, montre du nu, du sexe et… du poil !

La technique photographique est à peine née (on retient habituellement 1839, date de la présentation du daguerréotype à l’Académie des Sciences comme date de naissance) qu’elle sert déjà à montrer la nudité.

moulin

Félix Jacques Antoine Moulin – Fille nue debout tenant une chemise dans la main – Daguerréotype, 1849 – Albertina, Vienne

La photo est une révolution. Elle montre les choses telles qu’elles « sont » (mais en noir et blanc) et les femmes nues sont en général… poilues. Cette représentation poilue du pubis féminin a, sans nul doute, ouvert la voie aux peintres Courbet, Caillebotte et Klimt (voir article « La rupture artistique du poil« ).

Les premiers photographes célèbres de nus sont les Français Félix Jacques Antoine Moulin (1802-vers 1875), Auguste Belloc (1805-1867) et Pierre Ambroise Richebourg (1810-1875).

Les photos de nus vont devenir rapidement une juteuse affaire commerciale. Bon nombre de ces photos ne sont pas même des nus au sens strict puisqu’il s’agit souvent de filles qui de retroussent leurs jupes pour montrer leur sexe.

Les nouvelles techniques, comme la stéréoscopie, sont immédiatement récupérées pour la production de clichés érotiques encore plus réalistes. Les modèles sont souvent des filles très jeunes, comme Céline Cerf, qui commence à travailler pour Félix Moulin à l’âge de 16 ans (voir cliché ci-dessus).

Auguste Belloc - Femme assise avec un drap sur la tête - Daguerréotype stéréocopique, vers 1855 - Source : Musée d'Orsay, Paris

Auguste Belloc – Femme assise avec un drap sur la tête – Daguerréotype stéréoscopique, vers 1855 – Source : Musée d’Orsay, Paris

Le peintre Courbet possédait une collection de photos érotiques. La ressemblance entre l’ « Origine du Monde » et cette photo visible sur le web et attribuée à Belloc est intrigante.

A la fin du siècle, les Allemands Guglielmo (Wilhelm) von Plüschow (1852-1930) et son cousin Wilhelm von Gloeden (1856-1931) sont les pionniers de la photographie homosexuelle, en immortalisant en noir et blanc de jeunes éphèbes siciliens complètement nus. Leur modèle Vincenzo Galdi (1871-1961) ouvre son propre studio à Rome en 1900.

Galdi photographie de nombreux modèles féminins, ainsi que des scènes à la limite de la pornographie, comme ces fumeurs de Gitanes qui comparent leur sexe, ou des mises en scène très signifiantes comme celle d’un garçon et d’une fille qui s’étreignent mais détournent le visage alors que le garçon semble mal résister à son attirance pour un autre garçon…

Poursuivis pour détournement de mineurs, von Plüschow et Galdi cessent leurs activités dans le nu en 1907.

Une réponse à “La photo, à peine née, montre du nu, du sexe et… du poil !

  1. Les modèles vivant(e)s coutaient alors, relativement, cher pour des rapins souvent impécunieux. La photographie a donc très vite employée à leur fournir des « catalogues »de nus, d’où des mises en scènes souvent « pompeuses » dans le style académique du temps. Évidemment certains photographes ont rapidement glissé vers le porno, autant, sinon plus rémunérateur, puisqu’il s’adressait à une population masculine plus étendue.
    L »Origine du monde » de Courbet à, probablement, été exécutée d’après nature, celle de la maîtresse de Courbet, superbe rousse – ça se voit – irlandaise, dont le nom ne me revient pas pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s