Archives de Catégorie: Sandy Viktor Nys

La putain qui met un terme à sa carrière

Quand on pense maintenant à Marie-Madeleine, on voit l’amie fidèle ou la disciple, voire même la femme ou la maîtresse. Pourtant, pendant des siècles, elle a surtout représenté la putain ou, plus exactement, la prostituée repentie. Pourquoi ? A cause de l’histoire rapportée dans les évangiles d’une femme « de mauvaise vie » qui se serait jetée aux pieds de Jésus et qui aurait tellement pleuré qu’elle lui aurait trempé les pieds avec ses larmes avant de finalement les sécher avec ses cheveux. On ne sait pas du tout qui est cette femme mais l’épisode ressemble tellement à celui qui s’est tenu chez Simon avec une certaine « Marie » assimilée à Marie Madeleine que finalement les 3 femmes n’en font plus qu’une dans l’imagination collective.

TROISIEME ASPECT de notre Magdaléna, donc : La putain repentie.

Malgré l’abondante iconographie de Marie-Madeleine, ce n’est pas facile de trouver une représentation de la prostituée aux pieds de Jésus.  La peinture de Jean Béraud m’a bien récompensée pour mes efforts :

Jean Béraud - La Madeleine chez les Pharisiens - 1891 - Musée d'Orsay, Paris

Dans le rôle de la prostituée repentie, Jean Béraud a représenté une femme célèbre dans les salons parisiens de son époque  : la mondaine comtesse Liane de Pougy, qui n’était vraisemblablement pas une comtesse mais qui était pour sûr une prostituée. Elle était surnommée « la Grande Horizontale » (no comment !). Détail croustillant, comme la prostituée des évangiles, notre Grande Horizontale se « repentit » et entra dans les ordres !

Enfin, je vous propose cette photo de l’excellent photographe-photoshopper belge (flamand) Sandy Viktor Nys : une « chapel sinner », une pêcheresse en top transparent et collants de latex dans le confessionnal d’une chapelle. Se repentira-t-elle comme notre Magdalena ?


[Cette photo est disponible en HD sur la page de  Sandy Viktor Nys du site photokonkurs]

Enfin, je vous recommande très chaudement d’aller visiter le site « Hybryds » de Sandy Viktor Nys : C’est un temple, lui aussi, peuplée des vestales du Belge et l’esprit de la Grande Femelle y souffle fort.