A-propos de ce blog…

Ce blog est dédié à la « Grande Femelle », à la Déesse, à la maîtresse-femme-pute-mère-esclave, à la beauté du corps féminin.

Ce n’est pas un site porno, ni un site sur l’art du nu. Ce n’est pas un site sur les religions, l’histoire ou les mythes.

Je veux savoir pourquoi dans une civilisation dominée par le mâle et sa représentation divine, la déesse a survécu. Je veux retrouver les ruses qui lui ont permis de survivre. Je veux comprendre pourquoi elle est si importante.

Les réponses se trouvent quelque part dans les origines de notre espèce. Elles se trouvent aussi dans l’art, les mythes et les religions, expressions directes de ce code ADN qui programme nos actions.

C’est une quête, une recherche, un projet… Et tant mieux si ça vous intéresse. Toutes les personnes curieuses et bien intentionées sont les bienvenues.

 

19 réponses à “A-propos de ce blog…

  1. Beau blog bien fourni et documenté, qui ne verse pas dans la simplicité ni la complaisance. Des articles raisonnés.
    J’ignorais son existence, je vais de ce pas rattraper mon retard et lire tous les billets.
    Félicitations, Enkidu

  2. Merci de nous offrir ces posts à réflexion…
    Alors que je bouscule ma morale par Amour pour un homme, je trouve ici sujet à alimenter mon cheminement.
    Je vous remercie de ce travail… bel esthétisme si répond à mon plaisir.

  3. Astérion tête de bois

    Bravo; Merci; Encore…
    Bon, j’écris trop. Je retourne vous lire.

  4. J’apprécie beaucoup votre blog, riche, passionnant, documenté et savant.
    Il participe, me semble-t-il, à la compréhension que nous cherchons de l’autre genre. Il éclaire aussi beaucoup sur la place et le rôle de la femme dans l’œuvre artistique à travers les temps.
    Bravo et merci de mettre tout ce travail à notre disposition.
    Juste un détail!. En tant qu’homme, je ne me sens pas susceptible d’être réduit à une bite qui ne cherche qu’un con… La femme représente beaucoup plus pour moi que sa vulve.
    A bientôt à vous lire.
    Louis

    • Merci Louis pour votre commentaire. Je ne cherche pas à réduire les hommes à leur bite, rassurez-vous, mais plutôt à rendre compte de l’immensité de la production artistique et religieuse qu’ils ont développé à l’endroit de celle qu’ils poursuivent de leur attention. Encore merci pour vos encouragements !

  5. Cheik Yerbouti

    Franchement bluffé…
    J’apprécie beaucoup la démarche, et surtout la profondeur du propos.
    Respect madame 😉 !

    Juste un truc : à une époque où l’on sait que la femme est quoiqu’on en dise dominante (civilisation dominée par le mâle, laissez-moi rire!), même sous un camouflage de bon aloi, comment, alors que vous en êtes arrivée à ce niveau de réflexion, pouvez-vous encore vous poser la question de qui survit -et comment?

    Merci encore pour votre excellent travail.
    Cheik.

  6. Merci pour ce site aux images esthétiques, riches et variées

    http://kazuranopeintureserotiques.blogspot.fr/

  7. Merci beaucoup pour cette mine d’informations, issue un travail rigoureux, pragmatique et de longue haleine. Merci d’avoir éveillé ma curiosité, et élargi ma culture.
    Haxe

  8. Bonjour,

    Le sujet de mon dernier livre devrait vous intéresser :

    « Le cul bénit, amour sacré et passions profanes », préface du professeur Michel Maffesoli…

    La préface de Michel Maffesoli, l’introduction et le sommaire du livre sont en ligne sur le site http://bernardrio.hautetfort.com
    Un dolmen décoré de paires de seins, une Vénus nue au bain, une fée peignant sa blonde chevelure à la fontaine, une sainte Vierge offrant sa généreuse poitrine à l’enfant Jésus, une femme exhibant ses jolies fesses dans le chœur d’une chapelle… Un menhir phallique, un sexe en érection sur une stèle gauloise, un diable coquin dans une église, un acrobate exhibitionniste… Bernard Rio revisite les dolmens et les chapelles pour dévoiler une Bretagne érotique et amoureuse. Il donne à voir une multitude d’images sculptées, certaines datant de plusieurs milliers d’années, qui reprennent vie dans cette spectaculaire et passionnante évocation de la « grande déesse » et du « bon dieu », de la sirène tentatrice et du centaure lubrique, du démon de midi et de l’ange amoureux. L’auteur relève une formidable gageure : parler du sexe et de l’amour sans jamais céder à la vulgarité et toujours avec une érudition plaisante et savoureuse.
    Qui est la dame à la quenouille ? Comment saint Guernichon a-t-il succédé à Cupidon ? Pourquoi sainte Gwen possède-t-elle trois seins ? Que représentent les symboles du peigne et du miroir, les deux attributs de la sirène ? Qui sont le petangueule et le souffle-à-cul ? Que signifie les vêpres des grenouilles ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles Bernard Rio répond en traitant à la fois d’un art sacré et d’une religion populaire, des croyances et des mythes pour restituer une cohérence à l’amour originel. Un livre du désir et du plaisir sur les liaisons sacrées entre l’humain et le divin.

    Bernard Rio est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages chez différents éditeurs. Il a contribué à plusieurs encyclopédies dont le Dictionnaire critique de l’ésotérisme, publié par les Presses universitaires de France.
    Préface de Michel Maffesoli, professeur à la Sorbonne.
    Bernard Rio présentera et dédicacera son livre à la nouvelle boutique Coop Breizh, 16, rue Elie Freron à Quimper, le samedi 7 décembre, de 14 à 17 h 30.
    Format : 19 x 25 cm, 192 pages
    Prix public : 25 EUR ■

  9. Je veux vous remercier pour ce blog que je viens de découvrir. Enfin un blog qui n’est ni vulgaire ni exhibitionniste et qui est alimenté par une vraie réflexion. J’apprécie la finesse de vos commentaires, le choix soigneux des illustrations, autant que le regard acéré avec lequel vous les analysez (Je devinerais presque la-derrière un passage par l’École du Louvre ou l’Institut d’Art, mais ceci vous appartient)
    Quoiqu’il en soit je m’interroge depuis longtemps sur cette différence entre homme et femme. Nous sommes si identiques et cependant si dissemblables. Je n’ai trouvé que cette image un peu médiocre d’une paire de chaussures, l’un ne va pas sans l’autre, l’une et l’autre pareilles, et néanmoins différentes… L’un qui disperse et se disperse, s’aventure, centrifuge, et l’autre qui rassemble, serre contre ses seins, accueille et pacifie, ramène au centre.
    Vos investigations, et vos interrogations me paraissent être comme un complément, un miroir plutôt, de mes questions. Je ne suis même pas un maçon, je ne suis pas l’architecte, tout juste un simple pratiquant et un curieux insatiable, visiteur de ce temple que vous explorez.
    Remerciements.

  10. Bis.
    J’achève de rattraper mon retard et de lire vos archives que j’ai parsemées de commentaires. De fait, c’est toute l’histoire des hommes à laquelle je suis adossé dont vous faites l’inventaire, j’aime les chemins que vous empruntez d’un pas alerte, et votre point de vue en abime: une femme regardant les hommes regarder les femmes! Instructif. Je n’ai qu’un (petit) regret. Il me semble, et vos lecteurs corrigeront si je me trompe, que le rapport de l’homme à l’autre sexe est fait d’un équilibre métastable entre la pulsion: bousculer, dominer, vaincre (tu me fais bander → je te baise) et la tendresse: protéger, abriter, défendre et faire muraille. Cet « amollissement », cet antagoniste de la pulsion eut mérité un petit billet, nous ne sommes pas que des bites comme le dit un de vos lecteurs!
    Puis-je ajouter une nouvelle suggestion? Le mont de Vénus, le pénil comme on disait, ce si délicieux bombement mériterait votre attention. D’autant qu’uniformisation, mode et porno à tout va aidant il parait que la chirurgie esthétique s’empare maintenant du sujet!! (Vive le « labia project »!)
    Il me reste à attendre que le désir de poursuivre vous tenaille à nouveau. Je l’espère!!!

  11. Hi ! Did you know Normal Magazine ?

  12. Quatre mois ou plus sans billet: ce blog est moribond. La motivation fait défaut, le désir défaillant et sans doute avez-vous désormais trouvé dans cet inventaire ce que vous étiez venu y chercher. Je vous le souhaite; et même si je vous regretterai. Au fil des billets, au choix des mots, à l’objet de votre curiosité, à son abord et son traitement, vous dites beaucoup de vous. Assez en tous cas pour que je vois se dessiner une jeune femme et une personnalité attachantes.
    Vous avez imaginé une approche réellement originale de notre sexualité et de ses manifestations au long de notre histoire et de nos cultures. Vous avez su traiter votre sujet sans superficialité et le documenter avec exigence et justesse. Il serait dommage, à mes yeux du moins, que cela s’oublia au fond d’une petite puce informatique. Vous avez toute la matière, s’il vous plait, faites-en un livre.
    Merci.

    • Merci Phaistos. C’est très agréable de lire ce commentaire. En fait, je suis justement en train de faire des recherches pour terminer quelques nouveaux articles. Le blog n’est donc pas mort 🙂

  13. Merci de cette bonne nouvelle! J’ai donc été impatient, et je le suis encore de vous lire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s