Archives de Catégorie: Albert Arthur Allen

Portrait de femme « exotique » par Albert Arthur Allen

exotic nudeCette photo est tirée de la série « Exotic Nudes », le dernier portfolio d’Albert Arthur Allen (1886-1962), consacré aux « femmes de couleur » et publié en 1930. C’est rare que je montre deux photos par le même photographe dans la série des « Icônes ». Je pourrais tenter de justifier cela par l’aspect tellement plus « moderne » de cette photo, comparée à celle du Modèle N°2, délicieusement désuette. Il s’agit surtout de remettre les choses en place dans cette série d’articles animée par la question de la modernité de la pilosité pubienne : Dans le studio d’Allen , dans les années 1920, à Oakland (Californie), épilées et poilues se côtoyaient.

Source : Historical Ziegfeld Group

Portrait du Modèle N°02 par Albert Arthur Allen

portrait du modèle 02 par A A AllenPhotographie tirée du portfolio « The Female Figure », une très imposante série de photos de plusieurs modèles tirées dans des poses classiques et visant à couvrir de façon exhaustive la question de la forme humaine (suivant les mots mêmes d’Albert Arthur Allen). Elle a été publiée en 1923 par Allen (1886-1962).

Pour voir beaucoup d’autres photos de la série « The Female Figure » (et des autres séries), visitez donc le site du Historical Ziegfeld Group.

Le nu dramatique

Voici un article qui va demander un peu de gymnastique cérébrale ! C’est quoi ça, le « nu dramatique » ?

D’accord ! C’est juste un terme que j’ai inventé pour désigner la façon un peu artificielle de mettre en scène les modèles dans les photos anciennes. On pourra me rétorquer qu’il y a toujours une mise en scène dans les photos de studio… oui. OK.

Albert Arthur Allen - The Model Series #10

Albert Arthur Allen – Un des 15 « tableaux » de la série « The Model » – 1925

Alors disons que je pense à une mise en scène « grandiloquente » ou plus simplement théâtrale, tragique ou… dramatique.

Le cas de la photo ci-dessus me semble particulièrement intéressant. Le prolifique photographe Albert Arthur Allen (1886-1962) a publié de nombreux portfolios de nus féminins. En 1925, son studio d’Oakland (« The Allen Institute of Fine and Applied Art ») brûle et il construit à la place un studio de cinéma (« The Classic Motion Picture Corp ») dans lequel il commence par tirer une série de 15 tableaux de 7 modèles dont il a lui-même chorégraphié les mouvements, en vue d’un film… qui ne verra jamais le jour. Le studio déposera en effet le bilan en 1927 et Allen arrêtera son activité de photographie de nus suite à une condamnation pour obscénité en 1930.

Allen a une vue très élitiste des 7 modèles qu’il a photographiées. Il écrit d’elles qu’elles sont « au-dessus de la moyenne, tant mentalement que physiquement ou moralement ». Elles sont les ambassadrices d’un nouvel âge qu’Allen appelle de ses voeux : l’Age de la Nudité. Cette vision d’une société nouvelle de jeunes gens et de jeunes femmes nus, sains, sportifs, joyeux et optimistes se retrouve dans les mouvements naturistes des années 30. On en reparlera.

Je souhaite aussi parler de la photographe autichienne Trude Fleischmann (1895-1990) qui établit son studio à Vienne en 1920 et se spécialise dans les photographies d’artistes.

Trude Fleischmann La danseuse Claire Bauroff photographiée par Trude Fleischmann à Vienne, 1925

La danseuse Claire Bauroff photographiée par Trude Fleischmann à Vienne, 1925 – Source : Article de Timm Starl consacré à Trude Fleischmann

Elle expose en 1925 une série de photos de la danseuse Claire Bauroff qui est confisquée par la police (ce qui fait grimper sa notoriété… Ah! L’odeur du soufre !). On pourra comprendre que le bourgeois viennois se soit effarouché à la vue de la fente de Claire, même si les danseuses sont associées à la nudité et au sexe, voire à la prostitution, depuis les temps les plus reculés (voir « Les femmes tatouées d’Hathor« ).

Puisqu’on parle de danseuses, de nudité et de mise en scène dramatique, je citerai une autre Viennoise, Dora Kallmus (1881-1963), aussi appelée « Madame d’Ora », grande photographe des années 1910 à 1940, connue pour ses portraits de Joséphine Baker, Tamara de Lempicka ou Colette…

NB : Pour plus d’informations sur Albert Arthur Allen, voir les sites Transverse Alchemy et Historical Ziegfeld Group.