Archives de Catégorie: Anish Kapoor

Une obsession pour les tubes et les trous

Pour en finir momentanément avec Anish Kapoor, je vais essayer de faire le tour de ses principales oeuvres obsessionnellement vulvaires.

Anish Kapoor - Jardins du château de Versailles, 2015 -

Sectional Body Preparing for Monadic Singularity – Anish Kapoor – Jardins du château de Versailles, 2015 – Photographié par Stéphane de Sakutin/AFP/Getty Images – Visible sur theguardian.com

D’abord, que dire de « Sectional Body Preparing for Monadic Singularity », exposé en ce moment dans les jardins du château de Versailles comme le « Vagin de la Reine » dont il est question dans l’article précédent ? Que je ne comprends rien au titre. C’est sûr.

Leviathan - Anish Kapoor - Grand Palais, Paris, 2011 - PVC, 33,6×99,89×72,23 mètres - visible sur anishkapoor.com

Leviathan – Anish Kapoor – Grand Palais, Paris, 2011 – PVC, 33,6×99,89×72,23 mètres – visible sur anishkapoor.com

Pour ce qui est du Léviathan exposé au printemps 2011 au Grand Palais dans le cadre de Monumenta, je me suis demandé s’il s’agissait d’une autre fantaisie sexuelle (prisonnier de la matrice ?) ou si c’était mon esprit qui imaginait encore des choses… jusqu’à ce que je lise le texte de Kapoor qui accompagnait l’expo :

Brutal thing to do. Dark before dawn. Dark, woman Groan.

… Sombre… Gémissement de femme…

Et de nouveau une question : Quelle est cette chose brutale qu’il conviendrait de faire ?

Dismemberment, Site 1 - Anish Kapoor -2003-2009 - The Farm, Baie de Kaipara, Nouvelle-Zélande - Visible sur anishkapoor.com

Dismemberment, Site 1 – Anish Kapoor – The Farm, Baie de Kaipara, Nouvelle-Zélande – Visible sur anishkapoor.com

Il me faut encore montrer la belle amande de « Démembrement », une sculpture mise en place sur le bord de la mer de Tasmanie en Nouvelle Zélande.

L’oeuvre de Kapoor est vaste et je ne vais pas essayer d’être exhaustive. J’en reste là pour l’instant : déjà trop de points d’interrogation.

Le vagin qui dérange

J’ai déjà parlé d’Anish Kapoor en 2011 dans l’article « Queue, trompe, tentacule, serpent… » où il était question d’une vulve bien rouge et d’un long serpent blanc, une ouverture et un tuyau. Après plus de 6 mois de silence sur mon blog, j’envisageais de reprendre l’écriture pour parler de l’installation par Anish Kapoor d’un vagin géant dans le parc du château de Versailles et de l’émoi que ce vagin causait localement, exprimé dans une pétition que le groupe municipal d’opposition Versailles Familles Avenir a écrit à Catherine Pégard, la présidente de l’Etablissement Public du Château, du Musée et du Domaine National de Versailles, pour exiger  » le retrait de ces installations qui dénaturent Versailles et portent atteinte à la dignité de la femme » et qui a recueilli 10000 signatures.

Nettoyage de l'installation

Nettoyage de l’installation « Dirty Corner », Versailles, 18 juin 2015 – Photo par Michel Euler/AP – visible sur theguardian.com

L’actualité a rendu le sujet encore un peu plus « brûlant » puisque le vagin a été vandalisé il y a quelques jours par plusieurs jets de peinture blanche (ou jaune ?).

Ce qui m’intéresse dans tout cela, c’est d’abord l’obsession de Kapoor pour les formes expressément sexuelles, tuyaux, ouvertures… ou,ici, immense corne de brume. C’est le nom qu’il donne à installation : « Dirty Corner »… pourquoi le « Coin Sale » ? Souvenir d’une époque où c’était « sale » de se toucher le sexe, où le sexe était sale ? Kapoor a-t-il vécu cela ? Parle-t-il de cela ? Le Coin Sale est devenu le Vagin de la Reine quand Kapoor a comparé son installation au « Vagin d’une reine qui prend le pouvoir ». Là aussi, qu’est-ce que ça veut dire ? Que signifie-t-il ?

La polémique a rendu l’oeuvre de Kapoor beaucoup plus intéressante en dépassant l’obsession personnelle d’un artiste pour montrer la réaction du public, ses tabous, ses rejets. De toutes évidences, la représentation stylisée d’un vagin géant sur le tapis vert, entre le château et le Grand Canal, ça dérange. Si le Roi-Soleil contemplait encore le « Monde » depuis son perron, son regard tomberait sur le trou béant d’un vagin suggéré… est-ce acceptable ?

L’acte de vandalisme me semble encore plus intéressant : de la peinture blanche (jaune ?) jetée sur l’ouverture de l’oeuvre… comme une giclée de sperme (what else ?) à l’insu de son propriétaire. On ne sait trop si tout cela est une blague ou un viol. Ma réflexion, à ce stade, c’est : « Tiens, Louis a repris le pouvoir ».

Queue, trompe, tentacule, serpent…

Quand la reine Maya rêve qu’elle se fait pénétrer par un éléphant blanc (voir article précédent), je ne peux m’empêcher de penser à une histoire de trompe. Une trompe qui la pénètre… Le songe d’une énorme bite. J’ai tord. Ou, plutôt, je raisonne comme une Occidentale.

« Dovima with elephants » – 1955 – Richard Avedon – Source : rvrenard.wordpress.com

Quand la célèbre mannequin américaine Dovima (Dorothy Virginia Margaret Juba, 1927-1990) pose pour Richard Avedon (1923-2004) en août 1955 dans une robe dessinée par Yves Saint-Laurent pour Christian Dior devant deux éléphants du Cirque d’Hiver à Paris, on obtient une des photos de mode les plus connues dans le monde. Une des plus sensuelles aussi : La femme sophistiquée et fragile qui pose délicatement sa fine main blanche sur la trompe dressée de la grosse bête primitive, rugueuse et grise. La Belle et la Bête. La blanche Galatée et le brutal Polyphème (voir : « Adoration, le cas Daphné« ).

Inexistant en Europe mais bien connu en Asie, l’éléphant est un animal puissant et utile qui devient incontrôlable et dangereux quand il est pris d’un coup de folie. Pas l’éléphant blanc. Celui-ci ne connaît pas la folie. Il symbolise la puissance maîtrisée et, pour cela, il est infiniment respecté en Asie. Ce n’est donc pas la trompe de l’éléphant qui intéresse la reine Maya mais sa couleur. Elle sera fécondée par un être puissant qui a appris à maîtriser sa force : l’éléphant blanc.

Je viens de lire une autre différence entre la vision occidentale et celle des Orientaux. C’est assez surprenant et, je l’avoue, parfois mystérieux. Les Occidentaux voient le sexe comme la pénétration de l’homme dans la femme et l’injection en elle de la semence du mâle. « Normal ! », me direz-vous. Et bien non ! Il semble que les Orientaux voient l’acte sexuel comme l’introduction par la femme de son énergie dans le corps de l’homme (on avait déjà évoqué le rôle énergétique de la compagne ou shakti des dieux hindous dans la « Petite discussion sur Shiva, le mâle et son pénis« ). Le sexe de l’homme devient comme une vulve pénétrée par la force féminine. Dans le ventre de l’homme devenu un être idéal hermaphrodite se forme une semence nouvelle qui monte le long de la colonne vertébrale jusqu’à la tête, comme un serpent (voir le blog chine-immortelle).

slug Anish Kapoor[« Slug » par Anish Kapoor – Source : pinterest –  2011  – Anish Kapoor est au Grand Palais à Paris du 11 mai au 23 juin 2011]

Si j’ai bien compris, c’est ce serpent qu’a représenté Anish Kapoor, Britannique d’origine indienne (né en 1954 à Bombay). Ainsi qu’une grosse vulve rouge. Vulve et serpent de l’homme hermaphrodite ? On pourrait aussi y voir une belle grosse chatte de femme et une interminable queue d’homme. Queue, trompe, tentacule, serpent… Voici une transition toute trouvée vers les prochains articles.