Archives de Catégorie: Léda, la femme pénétrée

Leda et son serpent

En octobre dernier, je publiais un article sur l’utilisation du cou du cygne comme ersatz phallique (« 2000 ans de porno subtil (plus ou moins)« ). Vous rappelez-vous de la statue de Timotheos exposée au Prado ? Le long cou du cygne sur le ventre de Leda, raide de son pubis jusqu’entre ses seins ?

Nulle doute qu’un serpent ferait aussi bien l’affaire et, quand j’ai vu les photos suivantes, c’est à Léda que j’ai pensé.

Voici une photo que je daterais des années 70. Pubis poilu, ongles rouges, peu de maquillage, longs cheveux châtains en bataille. On ne photographie plus comme ça de nos jours. Dommage que je ne connaisse ni le modèle, ni l’auteur. J’aurais aimé voir les autres photos de la série.

[Source : jsd.com, le site officiel du photographe James Stanley Daugherty – Pour voir la galerie publique de « Serpent of the people », cliquer ici]

Ci-dessus, une femme grasse. Ah ! Ca fait plaisir  de voir  des cuisses plus épaisses que les miennes.

Ci-dessous, retour aux femmes parfaites. Très beaux gros seins. Et une grosse bête qui se frotte contre le pubis.

[Source : fresonmagic.com – Pour voir toutes les photos de la galerie de Terka et son serpent, cliquer ici]

Voilà. C’était un petit article apéritif. Facile à écrire. Agréable à regarder. Je vais essayer de creuser un peu plus dans le prochain post.

Le missionnaire de Michel-Ange et la levrette de Klimt : les positions perdues de Léda

Comme on l’a déjà discuté dans des articles précédents, les artistes ont beaucoup aimé peindre ou sculpter Léda car c’était, de tous temps,  un des rares moyens acceptables de représenter l’acte sexuel, à savoir Léda s’accouplant avec Jupiter transformé en cygne. L’oiseau a pénétré la femme dans de nombreuses positions. On a déjà vu l’ « union suspendue » (inversée en l’occurence, puisque c’est Léda, debout, qui tient le mâle) dans l’article « Deux mille ans de porno subtil« . On va voir maintenant deux autres positions, le missionnaire et la levrette, qui ont ceci en commun, que la version originale a disparu !

Voici d’abord la position du missionnaire originellement peinte par Michel-Ange, puis vendue vers 1530 à François 1er qui ajoute le tableau à la collection royale assemblée au château de Fontainebleau. La toile est copiée par de nombreux artistes (dont le graveur Cornelis Bos entre 1537 et sa mort en 1566) puis… elle disparaît. On ne sait toujours pas ce qu’elle est devenue. Plusieurs gravures de Bos sont actuellement conservées, notamment au British Museum et à l’université Cornell.leda,cornelis,bos,michel-ange,gravure,michelangelo,copulation,tableau,disparu

Léda n’a pas souvent été prise en levrette. C’est Gustave Klimt qui l’a imaginée comme ça en 1917 mais il ne nous reste malheureusement qu’un morceau du tableau, photographié en noir et blanc. L’original a disparu en même temps que 12 autres peintures de Klimt et que le château Immendorf en Autriche où ils étaient entreposés avec d’autres oeuvres d’art. Le château a été dynamité par des troupes SS en déroute le 8 mai 1945 (oui : le 8 mai 1945 !). Il a brûlé pendant plusieurs jours. Rien n’a subsisté.klimt,leda,levrette,tableau,disparu,incendie,nazi

L’érection, quintessence de la virilité

Est-ce déplacé de parler d’érection ou de bite sur un site consacré à la grande Femelle ? Sûrement pas ! La grande Femelle n’est pas prude et apprécie une bite bien raide et un homme qui fait son boulot.

Paul Mathias Padua (1903-1981), de par ses acquaintances avec le régime nazi, n’et pas un peintre très fréquentable mais on ne peut qu’admirer l’énergie de son cygne/Zeus monté sur sa femelle et sa magnifique érection. Petite veinarde, cette Léda !leda,paul mathias,padua,nue,allongée,pénétration,cygne,cou[La « Leda und der Schwan » de Padua aurait été achetée par Adolphe Hitler. Qu’est-elle devenue ? Où se trouve-t-elle maintenant ? Je n’ai pu récupérer que cette image de mauvaise qualité sur la toile]

Deux mille ans de porno subtil (plus ou moins)

Avant la photo et Internet, le porno existait aussi, mais en plus subtil. Des images de pénétration sexuelle ont ainsi réussi à trouver leur place sur les murs et dans les palais, par l’intermédiaire d’un mythe tombé à pic (ce ne sera pas le seul) : Léda et le cygne. Léda, fille du roi d’Etolie et femme du roi de Sparte, est séduite (ou violée) par Zeus déguisé en cygne. Le même soir, elle couche avec son mari. Léda, deux fois pénétrée, deux fois imprégnée par deux hommes différents et deux fois mères de deux paires de jumeaux !

Si la représentation de la pénétration d’une femme par un homme a posé de tous temps quelques problèmes, il n’en était pas de même pour la pénétration d’une femme par un gros oiseau… Très curieusement ! Dans la copie de la « Léda » de Timothéos, on ne peut nier la suggestivité évidente du long cou du cygne qui part de la base du pubis de Léda, traverse son ventre et plonge entre ses seins (une sacrée pénétration !).

leda,timotheos,cygne,cou,pénétration

Léda - Détail de la copie romaine d'une oeuvre du sculpteur grec Timothéos du IVeme siècle avant JC - Musée du Prado, Madrid - Cliquer l'image pour voir l'original sur le site du Prado

Et que dire de la Léda de Venise, loudement montée par ce gros cygne de Zeus ? Que dire de la main gauche de la reine de Sparte, dissimulée entre ses cuisses, sans doute occupée à fourrer dans son vagin la bite du volatile malhabile (scène très réaliste : les hommes ont souvent un peu de difficulté à viser le trou) ? Que dire de la main droite qui tient le long cou de la bête dont le bec cherche les lèvres de la femme ? Double pénétration ou petit baiser d’amour ?

leda,cygne,penetration,suspendu,

Léda - Copie romaine du 2ème siècle après JC d'une oeuvre grecque - Museo Archeologico Nazionale, Venise - Cliquer pour voir la photo originale sur Tumblr

A la réflexion, cette statue-là vaut bien toutes les photos porno.