Archives de Tag: bas

Hé, ho ! Je te parle avec mes jambes

Je suis tombée par hasard sur cette photo dans un article de madmoizelle.com qui posait la délicate question : « Comment faire durer un fuck friend ?« 

Après 3 billets sur les jambes en X, voici un assortiment de jambes dont 3 paires sur 4 sont en forme de X !

Comme évoqué dans l’article précédent, serrer les genoux et rentrer les pieds est un signe de pudeur et de modestie, 2 attributs (en d’autres temps ou dans d’autres cultures, j’aurais pu écrire « 2 vertus » ou « 2 qualités ») considérés dans notre culture (et ce n’est pas la seule) comme typiquement féminins.

Mais on peut essayer d’aller un peu plus loin et voir dans la façon de tenir ses jambes un message un peu plus complexe que « je suis pudique » ou « je ne suis pas pudique ». Ainsi, s’il fallait tenter de qualifier les 4 femmes de la photo ci-dessus sur la base de leurs jambes, ne pourrait-on pas dire, de gauche à droite : timide, entreprenante, expectative, réservée ?

Tentons l’exercice avec d’autres jambes, toutes glanées sur le site de la marque anglaise de collants Pamela Mann.

Pieds rentrés et genoux serrés, les deux paires de jambes ci-dessus expriment la timidité, comme déjà évoqué précédemment. Notons qu’avec une mini-jupe, des jarretelles, des bas résille et des talons hauts, la candeur prend une nouvelle dimension : celle de la candeur feinte pour rassurer l’homme et l’encourager à agir. Ainsi la modestie, fausse, est en fait utilisée comme une arme de séduction.

Bien droites, les jambes disent autre chose :

A gauche, moi je vois une fille sérieuse, une étudiante bosseuse qui serre les fesses. Je l’imagine avec une pile de bouquins dans les bras et des lunettes sur le nez. Ce sont peut-être les leggings (et leur air de grandes chaussettes d’hiver) qui me donnent cette impression car les jambes tout aussi droites sur l’autre photo me semblent appartenir à une secrétaire dominatrice qui aurait troqué les livres pour le fouet, jarretelles obligent.

Une fois les jambes écartées, que voit-on ? De la décontraction et du jeu à gauche, de la sévérité et de la domination à droite ? Pourquoi pas. Position, vêtements, chaussures : tout compte.

La communication est un art délicat.

Jarretelles d’encadrement

Rappelez-vous le coup du cadre !

On en a parlé avec « cadrer l’essentiel » et « encadrement de féminité » : l’art de mettre en évidence les parties « essentielles » de la femme, et notamment son sexe.

Avec les jarretelles, la tentative d’encadrement s’expose sans vergogne.

La photo ci-dessus provient du site de vente de corsets Erotex.

Elle met en scène un corset noir, une paire de bas noirs, deux paires de jarretelles noires et, au centre de la pièce, un string noir, avec juste ce qu’il faut de peau blanche pour contraster.

Voyez-vous l’effet de cadre ?

Il semble évident mais maintenant regardez ci-dessous :

Même si la poitrine nue occupe une large place, l’oeil suit le regard de la mannequin. Il est immédiatement attiré par la blancheur éclatante du serre-taille, puis par l’assemblage constitué par le corset, la paire de bas et la paire de jarretelles : Un cadre qui entoure et fait ressortir le pubis de la fille.

Sur d’autres clichés, le photographe a complètement évacué la tête et la poitrine des mannequins pour se consacrer à l’essentiel.

Sur la photo de gauche, la vulve est un bijou dans un écrin triple : jarretelles, cuisses et mains. On ne voit qu’elle au centre de la scène.

Quant à la photo de droite… No comment !

[Photos de Karin, Inke et Els sur le site du fabricant de corsets néerlandais jc-creations]

Cadrer l’essentiel

Le problème avec Rodney Mickle, c’est de sélectionner…

[Ci-dessus : Séance photo avec Molly Heart, juin 2010]

Vous rappelez-vous de l’article avec photos de strings ouverts (« Le microbikini est-il un bikini ?« ) ?  Ce qui est très sexy dans le string ouvert, c’est que la ficelle forme une sorte d’encadrement autour du sexe. Elle le fait ressortir, le met en valeur. Rodney Mickle fait exactement la même chose mais en plus grand : Il habille le haut et le bas des mannequins pour faire ressortir  leur sexe (et généralement aussi leurs cuisses, leur ventre et leurs seins).

Séance photo avec Vaudeville, mai 2011.

Des nombreuses prises de vue proposées par Mickle sur son site deviantart, je n’en ai finalement conservées que 3. J’aime particulièrement le dernier cliché sur lequel Vaudeville est vêtue d’un soutien-gorge à jarretelles. L’effet de cadre est inmanquable : Entre le SG et le haut des bas, puis entre les jarretelles, la mise en valeur du ventre et du sexe est volontaire et très réussie.

[Toutes photos et beaucoup d’autres visibles sur deviantart, adresse mickledesignwerks]

Jambes : Le nylon – Serait-ce la solution ?

Une fois ruiné par le budget latex, le nylon reste une solution très économique et, il faut bien l’avouer, super sexy et élégante. La marque française Cervin qui fabrique des bas, collants et autres petites choses dans son usine du Gard depuis 1918 mérite un article. Son site larsoie.com est plutôt esthétique (nettement mieux que le déprimant cervin-paris.com), la boutique est agréable et informative, les prix… oui… très abordables ! Je n’ai pas hésité. J’aime beaucoup le bas couture bleu et le sans-couture jaune.cervin,bas,nylon,couture,jarretelle,jambes,fessescervin,bas,nylon,jarretelles,jambesQuant au toujours utile collant, regardez comme il est beau :cervin,collant,jambe,nylon,couture,fesses

Jambes : Si belles en latex

Troisième journée de shopping chez HighGlossDolls. Après les porte-jarretelles Fraülein Ehrhardt, passons donc aux bas ! C’est maintenant que le latex prend tout son sens car il sublime vraiment les jambes. Encore faut-il avoir de belles gambettes… bien sûr… Las !!!! (Autre petit problème : pas grand chose à moins de 75 euros la paire)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La danse de la femelle par excellence

Le chorégraphe Alain Platel est né à Gand où il a fondé les Ballets C de la B. C’est de la B ? Non… « Ballets Contemporains de la Belgique », en fait. Caroline Lemaire, elle, est stripteaseuse (entre autres) à Bruxelles et maîtrise les talons-aiguilles.caroline lemaire,danse,strip-tease,déshabillageEn souvenir, on garde un gros plan des jambes de Creamy Caro (pour info, elle préconise les bas Gerbe, Falke ou Oro Blu. Et éviter les bas qui tiennent tout seuls car ça laisse des traces) : caroline lemaire, danse,talons hauts,bas,collants,nylons,strip tease
[Photos HD visibles sur http://theatre-danse.photos.fluctuat.net%5D