Archives de Tag: gros seins

Portrait de Micaela Schäfer

mic4Soit je deviens fan de cette Micaela Schäfer, soit je deviens conne (ou les deux) mais j’aime bien ce portrait pris pendant le défilé Kauffeld & Jahn à l’occasion de la Mercedes-Benz Fashion Week Spring/Summer 2015 à Berlin le 7 juillet dernier.

(source : ok-magazin.de)

Pour en finir avec les « people » qui prétendent se mettre à nu

Chaque semaine amène son lot de peoples et autres semi-mondaines qui prétendent attirer le photographe avec l’exposition d’un quart de téton ou d’une demi-fesse à l’occasion d’une festivité quelconque.

C’est fini. Qu’elles aillent toutes se rhabiller !

micaelaschaeferrathoctobre2014a

La people Micaela Schäfer (personne sans aucune utilité avérée, comme tous les peoples dignes de ce nom) vient de se promener à poil – ou plutôt vêtue d’un chapeau, d’un collier et d’un bracelet, le sexe soigneusement camouflé par un petit sac à main – lors du vernissage de l’exposition « Berlin Bohême » organisée par la Gallery Rath au Humboldtbox à Berlin du 1 au 5 octobre dernier. Voici 2 photos de Micaela en compagnie d’Oliver Rath et d’une incommue (vous retrouverez ces photos en HD sur le site icelev ou sur le site d’Oliver Rath).

micaelaschaeferrathoctobre2014b

Voilà, c’est fait! On ne peut pas faire mieux.

Portrait d’une femme par Michele Tosini

Tosini_Venus_VictrixPortrait de femme (ou « Venus Victrix ») exécuté vers 1560-70 par Michele Tosini (dit aussi : Michele di Ridolfo del Ghirlandaio – 1503-77) et conservé au Musée Czartoryskich à Cracovie en Pologne – Source : Wikimedia

Dans la lignée de l’article précédent (voir « Les seins de Michel-Ange« ), voici un portrait pour illustrer l’affection pour les seins-obus de quelques peintres de la Renaissance. Michele Tosini, qui aimait bien copier les oeuvres de ses prédécesseurs (A cette époque, copier est aussi un business – Voir les copies de Michel-Ange et Pontormo par Tosini sur le blog lepetitrenaudon) a ici repris le portrait d’une sibylle par Bacchiacca, maintenant conservé au Kunsthistorisches Museum à Vienne.

Les seins de Michel Ange

Puisque je parlais de seins dans mon dernier billet (écrit il y a 3 mois !), j’ai envie de m’attarder un peu sur la poitrine de l’allégorie de la nuit (voir photo ci-dessous) qui se trouve dans la Nouvelle Sacristie des chapelles des Médicis à Florence.

La nuit MichelAnge

« La Nuit » (détail) par Michel-Ange – Tombe de Julien, duc de Nemours , Nouvelle Sacristie, Chapelles des Médicis, Basilique San Lorenzo, Florence – 1520-1534 – Source : Wikimedia

Cette oeuvre de Michel-Ange (1475-1564) a apporté de l’eau au moulin des critiques qui considèrent que le grand artiste italien ne savait représenter que des hommes. Ces mêmes critiques avancent que Michel-Ange n’employait pas de femmes comme modèles, qu’il n’utilisait que des hommes, même pour ses représentations féminines. Pour faire une femme, il collait deux boules en guise de seins et une tête de femme sur un corps d’homme. On remarquera en effet les fesses d’athlète de la belle ainsi que ses 2 seins ronds qui font l’effet de postiches. On pourrait faire la même remarque pour d’autres femmes de Michel-Ange, comme Léda (voir l’article « Le missionnaire de Michel-Ange et la levrette de Klimt : les positions perdues de Léda« ) ou la Vénus copiée par Pontormo (voir « Vénus incestueuse ?« ).

Il y a quelque chose de moderne dans ces femmes musclées aux poitrines-boules. Elles ne choquent pas l’oeil contemporain. Leur musculature et leurs seins ronds rappellent les bodybuildeuses aux poitrines siliconées qui sont peu à peu devenues des icônes sexuelles pour certain(e)s.

bodybuilder

Bodybuildeuse – Source : nude-femalebodybuilders.com

A la Renaissance, il n’y avait cependant si salle de musculation, ni silicone. Les artistes représentaient généralement les femmes avec de petits seins. Les femmes de Michel-Ange sont donc parfaitement anachroniques et je me demande ce qu’en pensaient les contemporaines de ce dernier.

Quelques décennies plus tard, le peintre Hendrick Goltzius (1558-1617) qui aimait, lui aussi, peindre des corps nus et musculeux, a représenté quelques poitrines qui feraient la fierté de cliniques de chirurgie esthétique.

Ainsi Minerve, peinte avec des seins en forme d’obus (ci-dessous).

Hendrick Goltzius

Minerve (détail) par Hendrick Goltzius – 1611 – Frans Hals Museum, Haarlem  – Source : Wikimedia – Photo : Niek Sprakel

Coïncidence cocasse, les deux femmes aux seins ronds sont accompagnées d’une chouette, animal nocturne (pour « La Nuit ») et symbole de la Sagesse (pour Minerve/Athéna). Seins, nuit, chouette… nous voilà en plein paradygme féminin, à tout le moins pour les représentations des femmes chères aux mythologies grecque et romaine.

« Sans pain et sans vin, pas d’Amour » dit en substance le vers du poète carthaginois Térence repris par Goltzius en 1600 (voir ci-dessous).

sine Cerere

Sine Cerere et Libero friget Venus (Sans Ceres et sans Bacchus, il fait froid auprès de Vénus – Traduction de Daniel de la Feuille, 17ème siècle) par Hendrick Goltzius – 1600-1603 – Philadelphia Museum of Art – Source : Wikimedia / Google Art Project

Le peintre a pourtant essayé de mettre tous les atouts du côté de la déesse de la beauté et de l’amour en la dotant d’une poitrine que peu (pas ?) de femmes développent naturellement.

La jolie fille photographiée par Andrey Starchenko (ci-dessous) a le même type de seins et, franchement, je doute qu’ils soient naturels.

andrey starchenko

Photo par Andrey Starchenko  – Source : photodom.com

Une fois de plus, je me pose la question : « A quoi sert l’article que je viens d’écrire ? »

A faire remarquer que certains artistes avaient imaginé les seins siliconés avant que la science ne les rende possibles ?

A rappeler que l’idéal fémininin de Michel-Ange était la bodybuildeuse, avant même que celle-ci n’existe ?

Admettons…

Les figurines de Tell-Halaf : Ces petites femmes qui cachent les grandes déesses

Tell-Halaf est le nom d’un site archéologique au nord-est de la Syrie, près de la frontière turque. Ce site, découvert en 1899 par l’Allemand Max von Oppenheim a donné son nom à une culture néolithique régionale : la culture de Halaf. On connaît cette culture pour ses très belles poteries et surtout pour ses petites figurines de femme en argile assises sur leurs grosses fesses et qui tiennent leur grosse poitrine avec les mains. Elles n’ont jamais de pieds et rarement une tête.

Figurine de la culture de Halaf découverte sur le site de Chagar Bazar, Syrie - 5ème millénaire avant JC - British Museum, Londres - Photo © The Trustees of the British Museum (cliquer la photo pour voir l'original sur le site du musée)

Ces petites femmes dont on ignore la fonction sont couvertes de peintures sur leurs seins et sur leurs jambes. La large « ceinture » peinte sur la femme du British Museum, ci-dessus, représente peut-être un pagne. Quand elles ont une tête, celle-ci est toute plate avec un oeil peint de chaque côté (cf la figurine du musée ashmoléen de l’université d’Oxford). On trouve ces statuettes dans plusieurs musées telle la figure féminine de Halaf au musée du Louvre ou la « Tel Halaf » fertility figurine du Walters Art Museum de Baltimore.

C’est tout ce qu’on se rappelle de Tell Halaf parce qu’on a oublié qu’il y a eu bien plus. On l’a oublié parce que tous les vestiges ont été détruits, en novembre 1943, lors d’un bombardement dévastateur de l’aviation alliée sur Berlin. Tous ? En fait non. De nombreux fragments ont survécu au sinistre. La bonne nouvelle, c’est qu’ils ont été retrouvés et restaurés et qu’ils sont de nouveau visibles.

Trois mille ans après les potiers qui fabriquaient des statuettes de femmes aux grosses fesses, des peuples araméens s’installaient à Tell Halaf et y développèrent un grand centre urbain. Max von Oppenheim a ramené à Berlin tous les vestiges de cette époque et notamment les statues monumentales du Palais Ouest qu’il a exposées dans son musée privé à Charlottenburg. Ce dernier fut cependant dévasté par des bombes incendiaires pendant le seconde guerre mondiale. Les pièces en bois et en plâtre ont été détruites. Les statues de basalte éclatèrent en dizaine de milliers de fragments. Ce sont ces morceaux, retrouvés dans les réserves du musée de Pergame en 2001 et patiemment réassemblés pendant neuf années, que l’on pourra voir jusqu’au 14 août 2011 au musée du Proche-Orient du musée de Pergame (Vorderasiatische Museum-Pergamonmuseum) à Berlin dans une exposition intitulée « Les dieux sauvés du palais de Tell Halaf » (voir aussi, en français, le Projet Tell Halaf).

La "belle Vénus" de Max von Oppenheim - Déesse trônant, lors de son excavation et en cours de restauration - Photos © Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung, Cologne

Courtisanes charnues

Jacopo de Antonio de Negreto, dit Jacopo Negretti, dit « Palma il Vecchio » ou « Palma le Vieux » en français (1480-1528) nous a laissé une brochette impressionante de courtisanes vénitiennes (peintes sur des toiles…). Si les jeunes filles de Domenico Tintoretto (article précédent) semblaient un peu rondes, les femmes de Palma sont vraiment charnues.

Une belle brochette de blondes (blond vénitien, bien sûr, mais aussi blondes platine) bien en chair ! Ce en quoi Palma semblait partager les goûts du Titien, son contemporain, au point qu’il est parfois difficile de savoir qui a peint quoi (Voir les deux prochains articles).


Pour retrouver ces peintures sur les sites des musées :
Femme blonde, Femme en bleu, Femme en vert, La courtisane, Femme au chapeau, Sibylle (Windsor)

Vénus tchèques

Il était impossible de  parler de la Vénus tchèque de Dolni Vestonice (voir article sur les 3 Vénus préhistoriques de Dolni Vestonice, Moravany et Willendorf) sans évoquer les Vénus, certes 30.000 ans plus jeunes mais tout aussi grasses, du photographe tchèque Jan Saudek (1935-). Ainsi, n’hésitez pas à comparer le « tête-bêche » de cette carte à jouer avec les vues avant et arrière de la petite céramique du Gravettien :

jan saudek,card 353

jan saudek, card 353
[Carte N°353, 1987, photo sur http://www.saudek.com]

Le plus intéressant, c’est que Saudek  pose en quelques photos la question du sens de ces Vénus et, sans y répondre, il propose les trois mêmes options que celles que confrontent en vain les archéologues.

Première option : Les Vénus préhistoriques représentent des déesses de la fécondité ou une forme de déesse-mère primordiale.

jan saudek,the matrimony[« The matrimony », c’est à dire « Le mariage ». Mais dans « matrimony », il y a aussi le mot « mater », non ? La mère, comme dans « maternité ». On pense à un « matrimoine » qui reviendrait à la mère comme le « patrimoine » relèverait du père… Peut-être. 1985. Photo sur http://www.saudek.com]

Deuxième option : Elles  sont véritablement des Vénus, des déesses de la beauté. Elles sont des objets d’art qui montrent ce que les hommes préhistoriques trouvaient beau : des formes féminines amples et rondes.

jan saudek,slavic beauty[« Beauté slave », 1988, photo sur http://www.saudek.com]

Troisième option : Ces petites statuettes sont des objets érotiques que les hommes tripotaient ou regardaient en se masturbant, comme une photo dans un magazine « pour homme », mais en 3 dimensions. Tout cela ne serait alors qu’une bonne vieille histoire de cul.

jan saudek,at the waterfront[« At the waterfront » qu’on pourrait peut-être traduire par « Face à la mer » ou « Le pied dans l’eau » ? Photo sur http://www.galeriemoderna.cz]