Archives de Catégorie: INSTRUMENTS DU CULTE

Portrait de Hannah Holman par Grégory Derkenne

HannahHolmanGregoryDerkenne2011Photographie publiée dans Citizen K, été 2011. Source : gloutir.com

Une nue sans nudité. Superbe !

Pierre et Chair

Je pense à un billet publié il y a déjà longtemps : « Etre à la mode, c’est être nue ?« . Je pense à « Couvertes de bijoux (… et rien d’autre)« .

Voici les photos prises par Grégory Derkenne pour un article du magazine Citizen K de l’été 2011 consacré à la joaillerie.

Vous trouverez ces photos sur les sites de Clémence Cahu et de Laurent Dombrowicz qui ont contribué à l’article. Les photos HD se trouvent sur le site de MyFashionDatabase.

Portrait de Micaela Schäfer

mic4Soit je deviens fan de cette Micaela Schäfer, soit je deviens conne (ou les deux) mais j’aime bien ce portrait pris pendant le défilé Kauffeld & Jahn à l’occasion de la Mercedes-Benz Fashion Week Spring/Summer 2015 à Berlin le 7 juillet dernier.

(source : ok-magazin.de)

Nue au défilé ? C’est toujours OK ou « déjà vu » ?

Puisqu’on a parlé récemment de la nudité lors des expositions (voir « Pour en finir avec les people qui prétendent se mettre à nu« ), je me suis demandée où on en était avec la nudité lors des défilés de mode.

Défilé Automne-Hiver 2013 Pam Hogg à la London Fashion Week - Source : Zimbio.com

Défilé Automne-Hiver 2013 Pam Hogg à la London Fashion Week, février 2013 – Source : Zimbio.com

Je rappelle que les premières mannequins nues défilaient pour Hussein Chalayan en 1997 (« Nue au défilé ? En fait déjà en 1997« ) puis en 2006 (« Nue au défilé ? Déjà en 2006« ), Charlie le Mindu en 2010 et Robyn Coles en 2012 (voir le résumé de tout cela dans « Audace et nudité au défilé : Messieurs (Mesdames) les Anglais(e)s, tirez les premiers !« ). Après quelques présentations osées (« La nouvelle frontière sur le runway : pas de slip au défilé« ), Pam Hogg a également franchi le pas de la nudité intégrale en 2013 (voir photo ci-dessus).

La même année, Charlie le Mindu a fait défiler une femme et un homme nus à Berlin (la femme est en dessous, l’homme est ici).

le-mindu-2013

Défilé Charlie le Mindu à la Fashion & Film Night au Badeschiff pendant la Fashion Week Mercedes-Benz printemps-été 2014 à Berlin, le 4 juillet 2013 – Source : fernwehosophy.com

On s’était posé la question en 2012 : « Et maintenant, quoi ? On ne peut pas aller plus loin que le défilé de Robyn Coles. Va-t-on assister à un retour en arrière ? » Il semblerait que oui, en 2014 en tous cas, car il n’y avait pas de nudité intégrale dans les derniers spectacles de Le Mindu (un pagne couvre le sexe des danseuses du show offert à la fondation Cartier en juillet 2014). Il n’y a pas de nudité intégrale non plus dans le dernier défilé de Pam Hogg. Serait-ce le retour du cache-sexe sur le « runway » ?

Les shunga ont-ils popularisé les poils de chattes ?

On connaît l’influence sur les Impressionistes des estampes japonaises, tout juste découvertes par les Occidentaux. Monet les collectionnait.

Cependant, à côté des paysages d’Hiroshige et d’Hokusai, on ne doit pas oublier les milliers de shunga imprimés depuis des siècles en Chine et au Japon.

shunga repr vulves

Trois vulves examinées dans un miroir – Estampe érotique japonaise – vers 1850 – Source : wikimedia

« Shunga », ça veut dire « images de printemps » parce qu’au printemps… les pénis gonflent et rentrent dans les vagins humides… on resterait presque dans le bucolique, finalement !

Regardez tous les shunga que vous pouvez, vous y trouverez toujours des poils. Les pubis des femmes et des hommes sont toujours couverts d’une toison noire parfois énorme, en opposition totale avec la représentation occidentale traditionnelle du nu.

Idem pour les sculptures. On trouve de jolies scènes érotiques gravées sur des netsuke (un « netsuke » est un petit accessoire de la garde-robe japonaise traditionnelle qui permettait d’accrocher des objets à la ceinture) et, regardez bien, ça ne manque jamais de poils !

hako netsuke

Intérieur d’un « hako netsuke » représentant une scène d’accouplement – Fin du 19ème siècle – Source : Maison de vente aux enchères Kunsthandel Klefisch

Sur le netsuke ci-dessus, l’artiste a encré une seule chose : les poils ! Cheveux noirs, sourcils noirs, cils noirs et poils pubiens noirs sur des corps d’ivoire. On ne voit que les poils !

Question : les images de printemps et autres netsuke porno étaient-ils connus des artistes de la fin du 19ème siècle ? A n’en pas douter ! J’ai même découvert qu’à cette époque, l’expression « Viens voir mes estampes ! » signifiait « Allons baiser ! » (document « Voir le mal en face : L’origine du monde de Gustave Courbet« ). Dans ce cas, les Japonais sont-ils derrière les chattes noires de Courbet, Schiele, Modigliani… ? C’est vraisemblable, non ?

Le retour du poil ?

Il y a 15 jours, un article de oystermag.com (le site web du magazine féminin australien Oyster) prévoyait que 2014 serait l’année du retour du big « bush », c’est à dire du pubis plein de poils, c’est à dire du pubis au naturel. Que la nature soit à la mode… why not !… mais le retour du big bush… waouh !… Vraiment ?

Le précurseur de cette nouvelle tendance serait la marque de vêtements American Apparel dont les mannequins du magasin du quartier  de Soho à New-York ont fait le buzz.

Clientes devant la vitrine du magasin American Apparel de East Houston Street, janvier 2014 - Source :

Lécheuses de vitrine devant le magasin American Apparel de East Houston Street, New York, janvier 2014 – Source : mirror.co.uk

Le "bush" - source : oystermag.com

Le « bush » – source : oystermag.com

3 mannequins avec un postiche pubique dans la culotte (voir l’article « Pour remplacer le poil, le postiche pubique« ) qui ont attiré les curieux.

Je pense que ce ne sont pas 3 pauvres mannequins dans une vitrine plutôt sinistre (franchement !) d’un magasin finalement assez petit qui devraient révolutionner la façon dont les femmes gèrent les poils de leur pubis. Ce qui me surprend plus, ce sont les photos du catalogue en ligne.

La marque American Apparel nous a maintenant habitué(e)s à une communication assez dénudée, voire même un peu sulfureuse et les photos de la collection actuelle ne dérogent pas à cette règle de conduite. Elles montrent plusieurs lapins poilus, notamment le bunny de Miss Holiday.

Body en mesh de la collection Cali chez American Apparel

Le mannequin Bunny Holiday dans un body en mesh de la collection Cali Sun & Fun, American Apparel, Janvier 2014 – Source : americanapparel.net

Cette exposition de poils dans le catalogue américain d’une marque grand public a quand même de quoi surprendre. Il y a là une vraie audace qui ne s’est pas fait censurer. Le poil (de chatte) redevriendrait-il acceptable ?

Portrait de Megan Muerte par Le Mew

megan muerte par le mew photoUne nouvelle illustration du « merkin » (voir article précédent « Pour remplacer le poil : le postiche pubique« ) : Megan Muerte en cache-tétons « Couture Nearly Nude » et en postiche pubique « Starbust » de chez Gothfox Designs photographiée par le duo Le Mew (Jennifer Garcia à la photo et Armando Esquivel à la lumière) spécialisé dans la photographie en de pin-ups gothiques (voir leur site ici).

Pour voir la page ModelMayhem de Megan Muerte, taper ici et pour accéder au site marchand de la spécialiste des cache-tétons, taper ici. Le Tumblr de Gothfox Designs est aussi très intéressant (il y a beaucoup de choses, alors il faut fouiller un peu).

Source : La page DeviantArt de Gothfox Designs (voir ici un modèle en plumes de paons)