Archives de Tag: pornai

L’érection, quintessence de la virilité

Est-ce déplacé de parler d’érection ou de bite sur un site consacré à la grande Femelle ? Sûrement pas ! La grande Femelle n’est pas prude et apprécie une bite bien raide et un homme qui fait son boulot.

Paul Mathias Padua (1903-1981), de par ses acquaintances avec le régime nazi, n’et pas un peintre très fréquentable mais on ne peut qu’admirer l’énergie de son cygne/Zeus monté sur sa femelle et sa magnifique érection. Petite veinarde, cette Léda !leda,paul mathias,padua,nue,allongée,pénétration,cygne,cou[La « Leda und der Schwan » de Padua aurait été achetée par Adolphe Hitler. Qu’est-elle devenue ? Où se trouve-t-elle maintenant ? Je n’ai pu récupérer que cette image de mauvaise qualité sur la toile]

Deux mille ans de porno subtil (plus ou moins)

Avant la photo et Internet, le porno existait aussi, mais en plus subtil. Des images de pénétration sexuelle ont ainsi réussi à trouver leur place sur les murs et dans les palais, par l’intermédiaire d’un mythe tombé à pic (ce ne sera pas le seul) : Léda et le cygne. Léda, fille du roi d’Etolie et femme du roi de Sparte, est séduite (ou violée) par Zeus déguisé en cygne. Le même soir, elle couche avec son mari. Léda, deux fois pénétrée, deux fois imprégnée par deux hommes différents et deux fois mères de deux paires de jumeaux !

Si la représentation de la pénétration d’une femme par un homme a posé de tous temps quelques problèmes, il n’en était pas de même pour la pénétration d’une femme par un gros oiseau… Très curieusement ! Dans la copie de la « Léda » de Timothéos, on ne peut nier la suggestivité évidente du long cou du cygne qui part de la base du pubis de Léda, traverse son ventre et plonge entre ses seins (une sacrée pénétration !).

leda,timotheos,cygne,cou,pénétration

Léda - Détail de la copie romaine d'une oeuvre du sculpteur grec Timothéos du IVeme siècle avant JC - Musée du Prado, Madrid - Cliquer l'image pour voir l'original sur le site du Prado

Et que dire de la Léda de Venise, loudement montée par ce gros cygne de Zeus ? Que dire de la main gauche de la reine de Sparte, dissimulée entre ses cuisses, sans doute occupée à fourrer dans son vagin la bite du volatile malhabile (scène très réaliste : les hommes ont souvent un peu de difficulté à viser le trou) ? Que dire de la main droite qui tient le long cou de la bête dont le bec cherche les lèvres de la femme ? Double pénétration ou petit baiser d’amour ?

leda,cygne,penetration,suspendu,

Léda - Copie romaine du 2ème siècle après JC d'une oeuvre grecque - Museo Archeologico Nazionale, Venise - Cliquer pour voir la photo originale sur Tumblr

A la réflexion, cette statue-là vaut bien toutes les photos porno.

Représentation de la « Pornai » : 3- La pénétration

La pornai, ce n’est pas que la nudité et le déshabillage, c’est, in fine, l’accouplement, c’est à dire la pénétration. C’est le propre de la pornai et c’est le propre du porno ! Et comme ce site n’est pas un site porno, je ne vous montrerai pas n’importe quoi.Ce bas-relief a été trouvé dans une taverne de Pompéi (les tavernes servaient souvent également de bordels).  Il est conservé au musée archéologique national de Naples. Ce document est publié sur Wikimedia Commons.

Représentation de la « pornai » : 2- Le déshabillage

Si la pornai finit toujours nue, la phase de déshabillage (et de réhabillage) est essentielle. On n’est plus dans l’univers esthétisant et un peu froid du nu : on entre dans la chaleur érotique du corps qui s’offre. J’aurais pu mettre, bien sûr, des milliers de photos de strip-tease. La vraie difficulté, c’est de n’en mettre qu’une. Celle-ci s’appelle « Hotel » et c’est pour ça que je l’ai prise. Petite précision : le strip-tease est esthétisant, lui aussi. Je sais. Et cette photo n’a rien à voir avec l’univers glauque de la prostitution. Quant à Hattie Watson, qui penserait que c’est une vraie putain ? Non. C’est juste un mannequin.

Clayton Addison - Hotel - Cliquer pour voir la photo originale sur le site DeviantArt de Hattie Watson, le mannequin sur la photo

[Pour en savoir plus sur ce photographe, voir le site de Clayton Addison. Pour Hattie Watson, le mieux, c’est d’aller sur deviantArt]

Et voici son équivalent antique :

Prostituée remettant son vêtement sous les yeux de son client - vers 490 av. J.-C. - British Museum - Image disponible sur Wikimedia Commons

Passons maintenant à la troisième représentation de la « pornai » : la pénétration.

Représentation de la « Pornai » : 1- Nudité

Après l’article sur Marie-Madeleine et son assimilation erronée à une prostituée (voir « La putain qui met un terme à sa carrière« ), je me suis demandé quelle serait, logiquement, la représentation la plus vraisemblable pour une prostituée.

Dans la Grèce antique, la fille qui fait le trottoir (ne pas confondre avec la courtisane), est appelée « pornai ». D’où le mot « pornographie » qui signifie en fait « images de prostituées » (je mets tout au féminin mais ça pourrait être des garçons. Les Grecs ne faisaient pas vraiment la différence, semble-t-il). Le porno, on connaît tous : Sa première caractéristique, c’est l’étalage sans gêne et sans fard du corps humain sous toutes ses coutures. N’est ce pas également la première caractéristique des prostituées ?

Prostituées exposant leurs attributs et négociant le tarif - Des photos qui traînent sur le web, comme des milliers d'autres du même genre

L’esclave, homme ou femme, est souvent nu dans le monde antique. Il n’y a pas de problème de décence ou de morale puisque l’esclave est une simple marchandise et la nudité permet de vérifier facilement la qualité de la « marchandise ». Dans la Grèce antique, les « pornai » ne sont pas des femmes libres mais des esclaves. Les peintres orientalistes ont apprécié le sujet du marché aux esclaves. Cette femme nue de Jean-Léon Gérôme au milieu d’hommes habillés qui la tripotent est sans nul doute une image pornographique. Et la blanche au milieu des Arabes vaut bien les photos interraciales des sites porno actuels (type « blacksonblondes »).

Jean-Léon Gérôme - Marché aux esclaves - vers 1866 - Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown (Massachusetts) - Image disponible sur Wikimedia Commons

Et voici une version plus récente du marché aux esclaves avec ce maquereau (mère maquerelle, en l’occurence) qui présente sa fille au client.

Hermann Vogel (1856-1918) - Est-ce qu'elle vous plaît ? - Image disponible sur Wikimedia Commons

Et maintenant, passons au deuxième type de représentation de la « pornai » : le déshabillage.