Archives de Catégorie: Uncategorized

Linga aspergé de lait

L’hindouisme, c’est vraiment compliqué pour ma petite tête. J’ai passé pas mal de temps sur les histoires de lingam de Shiva et j’ai besoin de repos. Je reviendrai plus tard sur Parvati la belle et sur Kali la noire (ou la bleue ?).

Pour clore temporairement cette série d’articles consacrée au lingam et au yoni, voici néanmoins quelques photos de cérémonies traditionnelles (puja) en l’honneur du lingam.

Voici d’abord le lingam aspergé de lait qui dégouline tout le long de l’objet puis remplit le yoni avant de couler à l’extérieur. Je sais que les hindouistes arrosent souvent leurs figures sacrées de liquides (et notamment de lait) mais dans le cas du lingam, l’image est assez brutale : un liquide blanc qui coule le long d’une représentation phallique et remplit ce que certains considèrent comme l’image d’une vulve et d’autres (moi) l’image d’un ventre de femme. Osé !

[Photo puja.net]

Et voici maintenant un lingam géant aspergé de beurre fondu (le lait, c’était sur les photos d’avant que vous pouvez voir sur dhyanapeetam.org). Plus que la cérémonie elle-même, c’est la taille du lingam de cet ashram et l’équipement nécessaire pour l’asperger qui m’a interpelée.

Petite discussion sur Shiva, le mâle et son pénis

L’hindouisme est une religion extraordinairement complexe et Shiva, le principal dieu de son panthéon, n’y échappe pas. Shiva est un dieu créateur mais il représente aussi la destruction ; Il détruit pour pouvoir construire un monde nouveau. Shiva est le plus grand des ascètes or l’ascétisme entraîne généralement le retrait et la solitude mais pas pour Shiva qui concilie son acétisme avec le respect des obligations sociales telles que le mariage ou la procréation. Mariage essentiel, semble-t-il, car sa « parèdre », « celle qui s’asseoit près de lui », sa « shakti » lui apporte l’énergie. Sous la forme de la très belle Parvati ou de la redoutable Kali, elle lui est indispensable.

Elle lui est indispensable, certes, mais à la fin, c’est lui, Shiva, qui compte, pas elle. Il fait. Elle assiste. Il défait. Elle contribue. N’est-ce pas une vision, somme toute, très conservatrice du couple ?

Shiva est une force masculine pure : force violente de destruction, force positive de construction. L’énergie apportée par sa shakti représente peut-être cette autre force qui pousse toujours l’homme vers la femme et qui est le sujet même de ce blog : ce code du chasseur qui cherche la femme pour la pénétrer et qui est imprimé dans l’ADN masculin.Ainsi Shiva présente la face assez familière d’un dieu mâle et le linga lui va bien.

On retrouve dans ce sexe érigé l’envie du mâle, de la pénétration, et la dualité du sexe, aussi bien dispensateur de semence et (pro)créateur (La femme ne dit-elle pas : « remplis-moi ! » ?) que violent et destructeur (et toujours la femme est là, à encourager : « Démonte-moi ! Déchire-moi ! »).

Le pénis comme centre du monde ; Le phallus en érection comme axe du monde. Est-ce que ce serait comme ça si la femme n’était pas là à pousser, à encourager, à soutenir ?

C’est la fête de la Lune

Aujourd’hui 22 septembre, la Lune est pleine et les Chinois fêtent la Lune. Et pour célébrer dignement l’astre rond, pas moyen d’éviter les petits gateaux ronds, les « mooncakes ». Seulement voilà… Si vous vouliez en acheter au magasin de Hong Kong « Goods of Desire« , c’est malheureusement trop tard ! Tout est vendu. Voici ce qu’affichait aujourd’hui leur site web :Je sais, c’est marqué « August 15th ». L’explication c’est que la fête de la Lune se tient le 15 ème jour du 8ème  mois du calendrier lunaire chinois, ce qui s’est traduit en « 15 août ». Et sachant que le 15 août, en cantonais, désigne un autre type de Lune, les mooncakes de G.O.D sont en fait … des « buttcakes ». Et voilà les 4 premiers modèles introduits en 2008 :

Les « full monty » partent toujours en premier. Comme quoi, en terme de nu, la simplicité reste une valeur sûre.