Archives de Catégorie: Tom Wesselmann

La modernité du poil

Après des millénaires de classicisme et la révolution réalisto-impressionisto-expressioniste de la fin du 19ème siècle, le nouveau siècle sera celui du foisonnement artistique… et des pubis au naturel… donc poilus (pour faire suite à la discussion engagée avec l’article « La rupture artistique du poil« ).

Nu féminin couché avec les jambes écartées - 1914 - Albertina, Venne - Source : Wikimedia

Egon Schiele – Nu féminin couché avec les jambes écartées – 1914 – Dépôt : Albertina, Vienne – Source : Wikimedia

En matière de nu féminin, le jeune Autrichien Egon Schiele (1890-1918) est celui qui ose tout : des prostituées à poil dans tous les sens, même quand elles sont enceinte. Il est pour moi l’équivalent de cet électron libre qu’était Hans Sebald Beham à la Renaissance.

Son contemporain italien Amedeo Modigliani (1884-1920) explose les codes artistiques de son côté et peint à Paris des dizaines de portraits de visages allongés et de femmes nues alanguies.

Modigliani impose une esthétique extrêmement moderne de la femme et prépare l’arrivée, un demi siècle plus tard, du pop art.

Amedeo Modigliani - Le Grand Nu - 1917 - Dépôt : Museum of Modern Art, New York - Source : Wikimedia

Amedeo Modigliani – Reclining Nude (Le Grand Nu ?) – vers 1919 – Dépôt : Museum of Modern Art, New York – Source : Wikimedia

Au début du siècle, les « post-impressionistes » Kees van Dongen (1877-1968) et Henri Lebasque (1865-1937) produisent eux aussi de nombreux portraits et de nombreux nus (aux pubis poilus, puisque c’est le thème de cette série d’articles) ainsi que Suzanne Valadon (1865-1938), la première femme admise à la Société Nationale des Beaux-Arts !

Les Années folles de l’après guerre verront le développement de l’Art Déco et le succès du peintre japonais Foujita (1886-1968), installé lui aussi à Paris (voir l’article « Pubis selon Foujita« ).

C’est aussi l’époque de Dada et du surréalisme. Le Belge Magritte (1898-1967) peint peu de nues mais presque toutes ont la chatte au naturel. Citons aussi les « viols », ces « portraits de femme » dont les yeux sont des seins et les bouches des pubis poilus.

René Magritte - La Géante - 1929 - Musée Ludwig, Cologne

René Magritte – La Géante – 1929 – Musée Ludwig, Cologne

L’autre grand Belge de cette époque, c’est Paul Delvaux (1897-1994), peintre à l’oeuvre onirique dont on a déjà un peu parlé (cf article « Les sirènes de Delvaux« ).

Delvaux est un véritable peintre de nues féminins. Elles hantent l’intégralité de son oeuvre, vagabondant dans les rues et les ruines, leur chattes noires à l’air. Pourquoi l’expo « Paul Delvaux » qui s’est tenue en 2011 à Biarritz a-t-elle choisi, pour illustrer ses affiches, une des très rares peintures de Delvaux où les nues ont le pubis glabre (à savoir « Les amies », peintes en 1929) ? Le poil est-il de nouveau scabreux ? L’académisme est-il de retour au 21ème siècle ?

Paul Delvaux - Les Promeneuses - 1947 - Collection privée - Source : Wikipaintings

Paul Delvaux – Les Promeneuses – 1947 – Collection privée – Source : Wikipaintings

On pourrait citer beaucoup d’autres artistes mais j’aimerais achever l’article sur une peinture de Tom Wesselmann (1931-2004), comme un clin d’oeil à l’oeuvre de Modigliani.

Les modèles de Wesselmann adoptent par ailleurs des poses similaires à celles de Schiele et rappellent aussi les shunga dont on a parlé à l’article précédent.

Tom Wesselmann - Study for the Great American Nude, #87 - 1966 - Collection privée ? - Source : Christie's

Tom Wesselmann – Study for the Great American Nude, #87 – 1966 – Collection privée ? – Source : Christie’s

Enfin, les nus féminins au pubis poilu n’ont pas disparu en ce 21ème siècle commençant : Pour preuve, la production de l’artiste américaine Tracy Nakayama, née en 1974, comme le « Laurel Canyon couple » visible au MoMA de New York.

Retour sur l’orange, le sein et la courbe

Le premier article sur Wesselmann (voir « The great nude, the orange and the cigarette ») me semble un peu court, d’où ce retour sur le sein et l’orange… Et retour sur la courbe avec cette photo de Tom Wesselmann en plein ouvrage pour représenter un sein (photo prise en 65 ?).

Impossible de faire l’impasse sur ce cliché qui représente si bien l’homme en plein travail de construction de son temple de la grande femelle (et cela n’a pas l’air facile !), l’objet de ce blog.

Alors, le sein selon Wesselmann, ça donne quoi ? Sur quelle (s) courbe (s) a-t-il abouti ?

Et bien cela aboutit surtout sur des tétons et des aréoles car – impossible de dire le contraire ! – les seins de Wesselmann ne comptent pas tant que les mamelons (Rappelons la définition des termes : le mamelon se compose du téton et de l’aréole, l’un se dressant au centre de l’autre).

Les seins ne sont souvent que la marque blanche laissée par le soutien-gorge (ainsi pour le « Nude » du Smithsonian American Art Museum à Washington) alors que les mamelons se détachent par leur volume et leur couleur.

Couverture du 5ème numéro du magazine Avant Garde (14 numéros publiés de janvier 1968 à juillet 1971) - Illustration : Seascape #17 ("two tits", 1966) par Tom Wesselmann

Les « 2 tits » de 1966 sont, à cet égard, parfaits : seins blancs et mamelons carmin sur un fond bleu ensoleillé. Il y a dans cette illustration quelque chose de beau, de sexy, de gai qui ressemble à une vision de Paradis.

Le nu allongé du musée Thyssen-Bornemisza, ci-dessus, semble un peu plus classique : un corps de femme allongé et pas seulement une paire de seins, le recours à des symboles comme les roses et, bien sûr (puisqu’il s’agit de Wesselmann), l’orange.

Tom Wesselmann - Desnudo #1 - 1970 - Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid - Source : site du musée (cliquer pour voir l'image en grand)

L’orange !

A ceux qui estiment que l’orange symbolise le sein, on peut répondre « oui, peut-être ». Oui, le sein rond et, dessus, le mamelon (Comment appelle-t-on le mamelon de l’orange ? Queue ? Tige ? Non. Mamelon, c’est parfait). Donc le sein a un mamelon, comme l’orange.

On pourrait aussi répondre « non » car les aréoles de Wesselmann sont tellement bombées qu’elles ressemblent à des oranges. Une aréole  gonflée et un téton en son centre : L’orange selon Wesselmann ?

[Ci-dessus : Oeuvre de Tom Wesselmann exposée à la galerie Melki – Source : galerie-melki.fr – Les couleurs sont tellement unies et flashy et les dégradés tellement réguliers qu’on croirait voir le travail d’un infographiste.]

La bouche non érotique

Sur le site thescienceofdesign, on trouve un extrait d’un entretien que le critique d’art Irving Sandler a tenu avec Tom Wesselmann début 1984 pour le compte des Archives de l’Art Américain (voir ici l’entretien complet). L’extrait concerne les peintures de bouche exécutées par Wesselmann.

Tom Wesselmann - Expo Mouth #10 - 1967 - Huile sur toile du Minneapolis Institute of Arts © Tom Wesselmann / Copyright VAGA, New York, NY - Source : artsmia.org, le site web du MIA

Tom Wesselmann – Expo Mouth #10 – 1967 – Huile sur toile du Minneapolis Institute of Arts © Tom Wesselmann / Copyright VAGA, New York, NY – Source : artsmia.org, le site web du MIA

Sandler demande à Wesselmann s’il a reçu des plaintes pour ces « mouth paintings ». La réponse du peintre est étonnante. Il dit que cette notion de la bouche érotique est un cliché, que pour lui seul le sexe est érotique, pas des courbes alambiquées (« You see, erotic to me is sex; erotic isn’t convoluted curves to me…« ).

Le critique s’étonne.

Moi aussi.

Le peintre précise alors sa pensée : il n’avait pas l’intention de peindre quelque chose d’érotique mais peut-être que les lèvres entrouvertes présentent quelque chose d’érotique… Bref ! Je vous laisse lire l’entretien par vous même.

Au delà des lèvres entrouvertes, que dire de la peinture ci-dessus d’une bouche largement ouverte (3m x 2,70m !) offerte par Wesselmann au Minneapolis Institute of Arts?

Moi, ça me fait penser à ça (l’actrice porno Summer Slate photographiée pendant une de ses prestations) :

slateptt

Regardez bien ! C’est exactement la même bouche, à l’exception du piercing de langue, inconnu en 1967 (S’ils avaient existé, Wesselmann aurait-il aimé les dessiner ?).

La bouche ouverte, la langue poussée vers l’avant mais qui ne dépasse pas des lèvres… C’est une bouche qui demande, qui a envie, qui implore, qui désire, qui a faim.

Bien sûr, une femme peut désirer ardemment une glace à la fraise ou une tranche de kiwi mais franchement… ?

Alors quand Wesselmann dit que ses bouches ne sont pas érotiques parce que, pour lui, l’érotisme, c’est le sexe, on pourrait répondre : « Et bien, justement !! ».

The great nude, the orange and the cigarette

Puisqu’on a montré pas mal de seins dans les derniers articles, parlons donc de Tom Wesselmann.

Tom Wesselmann (1931-2004) est un des grands artistes du mouvement Pop-Art. Il a définitivement sa place dans ce blog en tant que chercheur-explorateur-décrypteur-représentateur de la forme féminine.

Regardez-le en plein travail !  Il cherche la courbe parfaite, lui aussi (cf l’article sur Aristide Maillol et la Vénus de Perpignan). La courbe du sein, du ventre ou du dos… Du sein, je parierai !

Tom Wesselmann, Self-portrait while drawing, 1983, source : http://www.all-art.org

Grand fan du Sein et du Téton. Tom l’est.

Il a réalisé (à la peinture acrylique, en sérigraphie, en lithographie, etc.) une grande quantité de nues, à savoir :
– des seins
– des seins + une bouche
– des seins + une bouche + un pubis.
Toujours des cheveux (plutôt longs et blonds).
Rarement des yeux.
Jamais (?) de nez.

Les lèvres sont toujours brillantes de rouge à lèvres. Les seins sont souvent blancs de la marque du soutien-gorge. Les tétons sont toujours ronds et bombés. Les pubis sont toujours poilus (ça se passe dans les sixties !).

On peut se poser la question : « Pourquoi pas d’yeux ? ».
J’ai envie de me poser la question : « Pourquoi les oranges et la cigarette ? »

[De gauche à droite et de haut en bas : Bedroom Painting N°13 – Great American Nude N°8, 1969, Collection Ludwig, Cologne –  Great American Nude N° 99, 1968, Collection MG Neumann, Chicago –  Great American Nude N°92, 1967, Collection privée, New York]

Vous avez vu les oranges ? Ca me fait penser aux peintures du Moyen-Age et de la Renaissance, toujours pleines de symbolique (le lys blanc pour ceci, la rose rouge pour cela…). Parlant de fleurs, il y en a aussi souvent (roses, jonquilles) dans les oeuvres de Wesselmann. On sait que les fleurs représente généralement le sexe féminin mais que dire des oranges ? Les oranges, rondes et fermes. Je dirai, sans prendre trop de risques, que les oranges, c’est une histoire de seins. Encore !

Les seins, toujours les seins ! Tom ne pensait-il pas au sexe de la femme ? Je dirais  que si. Beaucoup même. Car les bouches des femmes de Tom ressemblent à des vulves. Ce n’est pas pour rien que Tom aimait peindre des bouches avec une cigarette entre les lèvres. Un fin pénis fumant sur lequel tire la femme…

Tom Wesselmann – Smoker, 1 (Mouth, 12) – 1967 – Source : thescienceofdesign.blogspot.fr 

[Voir ici la version de Smoker#1 détenue par le Musée des Beaux-Arts de Montréal]