Archives de Catégorie: Amande adorée

Une obsession pour les tubes et les trous

Pour en finir momentanément avec Anish Kapoor, je vais essayer de faire le tour de ses principales oeuvres obsessionnellement vulvaires.

Anish Kapoor - Jardins du château de Versailles, 2015 -

Sectional Body Preparing for Monadic Singularity – Anish Kapoor – Jardins du château de Versailles, 2015 – Photographié par Stéphane de Sakutin/AFP/Getty Images – Visible sur theguardian.com

D’abord, que dire de « Sectional Body Preparing for Monadic Singularity », exposé en ce moment dans les jardins du château de Versailles comme le « Vagin de la Reine » dont il est question dans l’article précédent ? Que je ne comprends rien au titre. C’est sûr.

Leviathan - Anish Kapoor - Grand Palais, Paris, 2011 - PVC, 33,6×99,89×72,23 mètres - visible sur anishkapoor.com

Leviathan – Anish Kapoor – Grand Palais, Paris, 2011 – PVC, 33,6×99,89×72,23 mètres – visible sur anishkapoor.com

Pour ce qui est du Léviathan exposé au printemps 2011 au Grand Palais dans le cadre de Monumenta, je me suis demandé s’il s’agissait d’une autre fantaisie sexuelle (prisonnier de la matrice ?) ou si c’était mon esprit qui imaginait encore des choses… jusqu’à ce que je lise le texte de Kapoor qui accompagnait l’expo :

Brutal thing to do. Dark before dawn. Dark, woman Groan.

… Sombre… Gémissement de femme…

Et de nouveau une question : Quelle est cette chose brutale qu’il conviendrait de faire ?

Dismemberment, Site 1 - Anish Kapoor -2003-2009 - The Farm, Baie de Kaipara, Nouvelle-Zélande - Visible sur anishkapoor.com

Dismemberment, Site 1 – Anish Kapoor – The Farm, Baie de Kaipara, Nouvelle-Zélande – Visible sur anishkapoor.com

Il me faut encore montrer la belle amande de « Démembrement », une sculpture mise en place sur le bord de la mer de Tasmanie en Nouvelle Zélande.

L’oeuvre de Kapoor est vaste et je ne vais pas essayer d’être exhaustive. J’en reste là pour l’instant : déjà trop de points d’interrogation.

Le vagin qui dérange

J’ai déjà parlé d’Anish Kapoor en 2011 dans l’article « Queue, trompe, tentacule, serpent… » où il était question d’une vulve bien rouge et d’un long serpent blanc, une ouverture et un tuyau. Après plus de 6 mois de silence sur mon blog, j’envisageais de reprendre l’écriture pour parler de l’installation par Anish Kapoor d’un vagin géant dans le parc du château de Versailles et de l’émoi que ce vagin causait localement, exprimé dans une pétition que le groupe municipal d’opposition Versailles Familles Avenir a écrit à Catherine Pégard, la présidente de l’Etablissement Public du Château, du Musée et du Domaine National de Versailles, pour exiger  » le retrait de ces installations qui dénaturent Versailles et portent atteinte à la dignité de la femme » et qui a recueilli 10000 signatures.

Nettoyage de l'installation

Nettoyage de l’installation « Dirty Corner », Versailles, 18 juin 2015 – Photo par Michel Euler/AP – visible sur theguardian.com

L’actualité a rendu le sujet encore un peu plus « brûlant » puisque le vagin a été vandalisé il y a quelques jours par plusieurs jets de peinture blanche (ou jaune ?).

Ce qui m’intéresse dans tout cela, c’est d’abord l’obsession de Kapoor pour les formes expressément sexuelles, tuyaux, ouvertures… ou,ici, immense corne de brume. C’est le nom qu’il donne à installation : « Dirty Corner »… pourquoi le « Coin Sale » ? Souvenir d’une époque où c’était « sale » de se toucher le sexe, où le sexe était sale ? Kapoor a-t-il vécu cela ? Parle-t-il de cela ? Le Coin Sale est devenu le Vagin de la Reine quand Kapoor a comparé son installation au « Vagin d’une reine qui prend le pouvoir ». Là aussi, qu’est-ce que ça veut dire ? Que signifie-t-il ?

La polémique a rendu l’oeuvre de Kapoor beaucoup plus intéressante en dépassant l’obsession personnelle d’un artiste pour montrer la réaction du public, ses tabous, ses rejets. De toutes évidences, la représentation stylisée d’un vagin géant sur le tapis vert, entre le château et le Grand Canal, ça dérange. Si le Roi-Soleil contemplait encore le « Monde » depuis son perron, son regard tomberait sur le trou béant d’un vagin suggéré… est-ce acceptable ?

L’acte de vandalisme me semble encore plus intéressant : de la peinture blanche (jaune ?) jetée sur l’ouverture de l’oeuvre… comme une giclée de sperme (what else ?) à l’insu de son propriétaire. On ne sait trop si tout cela est une blague ou un viol. Ma réflexion, à ce stade, c’est : « Tiens, Louis a repris le pouvoir ».

Musique !

Commençons la semaine en fanfare, puisqu’on est lundi. Voici quelques photos d’une chatte chérie qui s’ennuyait dans le ronronnement d’un disque dur. C’est tellement mieux de la sortir au monde, cette fente très peu poilue, cette amande bien entretenue, pour qu’elle puisse danser sous nos yeux. Si c’est une valse, suivons ses 4 temps :

1. SOURIRE – 2. S’ALLONGER – 3. S’ECARTER – 4. S’OUVRIR

On pourrait aussi dire « s’affoler », « s’exciter », « se laisser aller »…

La vulve / prostituée de Dix

Sur le célèbre triptyque « Großstadt » d’Otto Dix (1891-1969), on remarque forcément la femme-vulve qui occupe le premier plan du panneau de droite : l’ouverture du manteau, rouge, en forme de petites lèvres, la fourrure qui dessine une amande à l’emplacement des poils et la tête à la place du clitoris. Pas de doute.

großstadt

« Großstadt » (appelé aussi « Metropolis »), détail du panneau de droite – Otto Dix – 1927-28 – Kunstmuseum Stuttgart

De quoi s’agit-il ?

Regardez la main de la femme : elle nous invite à pénétrer sa fente parce qu’il s’agit de sexe, bien sûr, ou plutôt des excès de la société berlinoise (puisque la « grande ville », la métropôle qui a donné son nom au tableau, c’est Berlin) des années 20. Le triptyque dans son intégralité (voir ici) représente, au centre, la bourgeoisie riche qui s’amuse dans un club de jazz et, de chaque côté, une rue peuplée de prostituées et d’anciens combattants estropiés : La guerre et les putes, les sujets préférés de Dix (lui-même un ancien combattant qui fréquenta les bordels belges).

Dirne und Kriegsverletzter - zwei opfer des kapitalismus

« Prostituée avec un blessé de guerre » (Dirne und Kriegsverletzter) – Dessin d’Otto Dix renommé « Deux victimes du Capitalisme » (Zwei Opfer des Kapitalismus) lors de sa publication dans le magazine Die Pleite en 1923

On trouve toutes sortes d’avis sur Otto Dix. Certains le considèrent anti-capitaliste comme semble en attester le dessin ci-dessus paru dans la revue « Die Pleite », publiée entre 1920 et 1924 par les artistes du mouvement de la « Nouvelle Objectivité » dont Dix est un des créateurs. Il accuse le capitalisme d’avoir engendré la guerre et, par conséquent, d’avoir réduit des milliers d’hommes, vétérans de la guerre de 14-18, à l’état d’estropiés (ci-dessus une « gueule cassée » au sens propre) obligés de mendier dans les rues des grandes villes allemandes pour survivre. Il accuse aussi le capitalisme d’être à l’origine de la crise économique des années 20 et de la prostitution massive des femmes allemandes, réduites à vendre leur corps pour gagner leur vie. Dans le même style anti-capitaliste, voir le dessin « Nous voulons du pain ! » (Wir wollen Brot !).

Certains le considèrent comme mysogyne. L’était-il ?  Je me suis posé cette question en regardant certaines de ses oeuvres. Ce n’est pas tant la laideur des femmes (généralement des prostituées) qui est surprenante mais plutôt une forme de mépris que je ressens confusément à la vue de certaines toiles.

"Drei Weiber" - Otto Dix - 1926 - Kunstmuseum Stuttgart

« Drei Weiber » (Trois femmes) – Otto Dix – 1926 – Kunstmuseum Stuttgart – source : wikiart

Ainsi, quand les artistes de la Renaissance auraient choisi trois beautés pour représenter les « trois grâces », Dix choisit trois prostituées pas vraiment belles (une blonde maigre, une brune grasse et une rousse dont les seins pendent comme les pis d’une vache) pour représenter les « trois femmes ».

Certes, on peut y voir la recherche de la « vérité » (par rapport aux canons de la beauté, les femmes sont souvent trop maigres ou trop grosses… et avec l’âge, les seins pendent) ou une forme de désespoir ou de tristesse. On peut aussi y voir aussi une sorte de critique sociale où la femme n’a pas la part belle, voire même un dégoût.

Autoportrait avec nue - Otto Dix - 1923 - Collection privée ?

Autoportrait avec nue – Otto Dix – 1923 – Collection privée ? – Source : ayearofpositivethinking.com

Et quand je regarde le tableau « Autoportrait avec nue », je me demande si Otto Dix se considérait comme un gardien de la vertu, un homme « droit dans ses bottes » (et habillé), à côté de la femme, dépravée, petite et tordue (et nue). On en reparle un peu plus tard…

La photo, à peine née, montre du nu, du sexe et… du poil !

La technique photographique est à peine née (on retient habituellement 1839, date de la présentation du daguerréotype à l’Académie des Sciences comme date de naissance) qu’elle sert déjà à montrer la nudité.

moulin

Félix Jacques Antoine Moulin – Fille nue debout tenant une chemise dans la main – Daguerréotype, 1849 – Albertina, Vienne

La photo est une révolution. Elle montre les choses telles qu’elles « sont » (mais en noir et blanc) et les femmes nues sont en général… poilues. Cette représentation poilue du pubis féminin a, sans nul doute, ouvert la voie aux peintres Courbet, Caillebotte et Klimt (voir article « La rupture artistique du poil« ).

Les premiers photographes célèbres de nus sont les Français Félix Jacques Antoine Moulin (1802-vers 1875), Auguste Belloc (1805-1867) et Pierre Ambroise Richebourg (1810-1875).

Les photos de nus vont devenir rapidement une juteuse affaire commerciale. Bon nombre de ces photos ne sont pas même des nus au sens strict puisqu’il s’agit souvent de filles qui de retroussent leurs jupes pour montrer leur sexe.

Les nouvelles techniques, comme la stéréoscopie, sont immédiatement récupérées pour la production de clichés érotiques encore plus réalistes. Les modèles sont souvent des filles très jeunes, comme Céline Cerf, qui commence à travailler pour Félix Moulin à l’âge de 16 ans (voir cliché ci-dessus).

Auguste Belloc - Femme assise avec un drap sur la tête - Daguerréotype stéréocopique, vers 1855 - Source : Musée d'Orsay, Paris

Auguste Belloc – Femme assise avec un drap sur la tête – Daguerréotype stéréoscopique, vers 1855 – Source : Musée d’Orsay, Paris

Le peintre Courbet possédait une collection de photos érotiques. La ressemblance entre l’ « Origine du Monde » et cette photo visible sur le web et attribuée à Belloc est intrigante.

A la fin du siècle, les Allemands Guglielmo (Wilhelm) von Plüschow (1852-1930) et son cousin Wilhelm von Gloeden (1856-1931) sont les pionniers de la photographie homosexuelle, en immortalisant en noir et blanc de jeunes éphèbes siciliens complètement nus. Leur modèle Vincenzo Galdi (1871-1961) ouvre son propre studio à Rome en 1900.

Galdi photographie de nombreux modèles féminins, ainsi que des scènes à la limite de la pornographie, comme ces fumeurs de Gitanes qui comparent leur sexe, ou des mises en scène très signifiantes comme celle d’un garçon et d’une fille qui s’étreignent mais détournent le visage alors que le garçon semble mal résister à son attirance pour un autre garçon…

Poursuivis pour détournement de mineurs, von Plüschow et Galdi cessent leurs activités dans le nu en 1907.

La modernité du poil

Après des millénaires de classicisme et la révolution réalisto-impressionisto-expressioniste de la fin du 19ème siècle, le nouveau siècle sera celui du foisonnement artistique… et des pubis au naturel… donc poilus (pour faire suite à la discussion engagée avec l’article « La rupture artistique du poil« ).

Nu féminin couché avec les jambes écartées - 1914 - Albertina, Venne - Source : Wikimedia

Egon Schiele – Nu féminin couché avec les jambes écartées – 1914 – Dépôt : Albertina, Vienne – Source : Wikimedia

En matière de nu féminin, le jeune Autrichien Egon Schiele (1890-1918) est celui qui ose tout : des prostituées à poil dans tous les sens, même quand elles sont enceinte. Il est pour moi l’équivalent de cet électron libre qu’était Hans Sebald Beham à la Renaissance.

Son contemporain italien Amedeo Modigliani (1884-1920) explose les codes artistiques de son côté et peint à Paris des dizaines de portraits de visages allongés et de femmes nues alanguies.

Modigliani impose une esthétique extrêmement moderne de la femme et prépare l’arrivée, un demi siècle plus tard, du pop art.

Amedeo Modigliani - Le Grand Nu - 1917 - Dépôt : Museum of Modern Art, New York - Source : Wikimedia

Amedeo Modigliani – Reclining Nude (Le Grand Nu ?) – vers 1919 – Dépôt : Museum of Modern Art, New York – Source : Wikimedia

Au début du siècle, les « post-impressionistes » Kees van Dongen (1877-1968) et Henri Lebasque (1865-1937) produisent eux aussi de nombreux portraits et de nombreux nus (aux pubis poilus, puisque c’est le thème de cette série d’articles) ainsi que Suzanne Valadon (1865-1938), la première femme admise à la Société Nationale des Beaux-Arts !

Les Années folles de l’après guerre verront le développement de l’Art Déco et le succès du peintre japonais Foujita (1886-1968), installé lui aussi à Paris (voir l’article « Pubis selon Foujita« ).

C’est aussi l’époque de Dada et du surréalisme. Le Belge Magritte (1898-1967) peint peu de nues mais presque toutes ont la chatte au naturel. Citons aussi les « viols », ces « portraits de femme » dont les yeux sont des seins et les bouches des pubis poilus.

René Magritte - La Géante - 1929 - Musée Ludwig, Cologne

René Magritte – La Géante – 1929 – Musée Ludwig, Cologne

L’autre grand Belge de cette époque, c’est Paul Delvaux (1897-1994), peintre à l’oeuvre onirique dont on a déjà un peu parlé (cf article « Les sirènes de Delvaux« ).

Delvaux est un véritable peintre de nues féminins. Elles hantent l’intégralité de son oeuvre, vagabondant dans les rues et les ruines, leur chattes noires à l’air. Pourquoi l’expo « Paul Delvaux » qui s’est tenue en 2011 à Biarritz a-t-elle choisi, pour illustrer ses affiches, une des très rares peintures de Delvaux où les nues ont le pubis glabre (à savoir « Les amies », peintes en 1929) ? Le poil est-il de nouveau scabreux ? L’académisme est-il de retour au 21ème siècle ?

Paul Delvaux - Les Promeneuses - 1947 - Collection privée - Source : Wikipaintings

Paul Delvaux – Les Promeneuses – 1947 – Collection privée – Source : Wikipaintings

On pourrait citer beaucoup d’autres artistes mais j’aimerais achever l’article sur une peinture de Tom Wesselmann (1931-2004), comme un clin d’oeil à l’oeuvre de Modigliani.

Les modèles de Wesselmann adoptent par ailleurs des poses similaires à celles de Schiele et rappellent aussi les shunga dont on a parlé à l’article précédent.

Tom Wesselmann - Study for the Great American Nude, #87 - 1966 - Collection privée ? - Source : Christie's

Tom Wesselmann – Study for the Great American Nude, #87 – 1966 – Collection privée ? – Source : Christie’s

Enfin, les nus féminins au pubis poilu n’ont pas disparu en ce 21ème siècle commençant : Pour preuve, la production de l’artiste américaine Tracy Nakayama, née en 1974, comme le « Laurel Canyon couple » visible au MoMA de New York.

Les shunga ont-ils popularisé les poils de chattes ?

On connaît l’influence sur les Impressionistes des estampes japonaises, tout juste découvertes par les Occidentaux. Monet les collectionnait.

Cependant, à côté des paysages d’Hiroshige et d’Hokusai, on ne doit pas oublier les milliers de shunga imprimés depuis des siècles en Chine et au Japon.

shunga repr vulves

Trois vulves examinées dans un miroir – Estampe érotique japonaise – vers 1850 – Source : wikimedia

« Shunga », ça veut dire « images de printemps » parce qu’au printemps… les pénis gonflent et rentrent dans les vagins humides… on resterait presque dans le bucolique, finalement !

Regardez tous les shunga que vous pouvez, vous y trouverez toujours des poils. Les pubis des femmes et des hommes sont toujours couverts d’une toison noire parfois énorme, en opposition totale avec la représentation occidentale traditionnelle du nu.

Idem pour les sculptures. On trouve de jolies scènes érotiques gravées sur des netsuke (un « netsuke » est un petit accessoire de la garde-robe japonaise traditionnelle qui permettait d’accrocher des objets à la ceinture) et, regardez bien, ça ne manque jamais de poils !

hako netsuke

Intérieur d’un « hako netsuke » représentant une scène d’accouplement – Fin du 19ème siècle – Source : Maison de vente aux enchères Kunsthandel Klefisch

Sur le netsuke ci-dessus, l’artiste a encré une seule chose : les poils ! Cheveux noirs, sourcils noirs, cils noirs et poils pubiens noirs sur des corps d’ivoire. On ne voit que les poils !

Question : les images de printemps et autres netsuke porno étaient-ils connus des artistes de la fin du 19ème siècle ? A n’en pas douter ! J’ai même découvert qu’à cette époque, l’expression « Viens voir mes estampes ! » signifiait « Allons baiser ! » (document « Voir le mal en face : L’origine du monde de Gustave Courbet« ). Dans ce cas, les Japonais sont-ils derrière les chattes noires de Courbet, Schiele, Modigliani… ? C’est vraisemblable, non ?