Archives de Tag: tentacules

WW dominée. Ligotée pour s’amuser ?

Il semble que le créateur de Wonder Woman n’était pas seulement intéressé par la domination féminine (cf billet précédent) mais qu’il était en fait intéressé par les jeux de domination, le type de jeux qu’on pratique avec des cordes ou des menottes, voire un fouet ou une tapette à cul-cul (voir la page de l’album 31 de Sensation Comics de juillet 1944 dans lequel Wonder Woman, les mains liées, nous adresse un clin d’oeil alors qu’un gros bébé lui fesse le cul). C’est ce qu’on peut lire dans de nombreux articles consacrés à la dame à la culotte étoilée.

Domination/soumission => Maître/esclave. La question de l’esclavage est plusieurs fois abordée dans les premiers albums, comme par exemple dans ces deux cases extraites du numéro 3.

 WW avance que les femmes dans le monde des hommes (à la différence du monde des Amazones) préfèrent être des esclaves plutôt que se trouver en concurrence avec les hommes (Ah bon ? Discutable…). La 2ème case est la plus intéressante : WW se fait la réflexion que ce n’est pas un problème d’être un esclave : Le seul tort est de se soumettre à un maître (à un homme donc) ou à une mauvaise maîtresse. Une BONNE maîtresse ferait des merveilles (« Wonders », comme dans Wonder Woman !) avec ces esclaves. WW Dominatrix ?

Pourtant, WW Dominatrice, pas vraiment ! Ou pas seulement… Car une fois passés les vingt premiers numéros dans lesquels WW attrape beaucoup de méchants (généralement des hommes, cf coverbrowser.com) avec son lasso, c’est bien WW elle-même qui se retrouve souvent ligotée. Ci-dessous, à gauche, WW est enchaînée aux pieds d’une ennemie (couverture de l’album 19 de la série de 1987), comme  sur la couverture des numéros 24, 106, 117, 146, 158, 161, 162, 200, 206, 207, 209 (c’est maman qui est ligotée), 219, 220, 221 de la série originale de 1941, puis des numéros 82, 83 de la série de 1987.

Au-dessus, à droite, voici une couverture très clairement sexuelle sur laquelle WW attachée et les jambes écartées est la cible d’un gros missile dirigé vers son ventre (illustration d’Al Rio inspirée de la couverture du numéro 229). Dans le même registre (ligotage + gros missile), voir aussi les numéros 68 et 205.

Les histoires de bondage et de jeux sexuels ont pas mal inspiré les commentateurs : Les bracelets d’invincibilité de WW et le fait qu’ils perdent leur pouvoir quand on les couvre de chaînes, feraient référence aux liens du mariage pour certains ou à des jeux avec menottes auxquels les femmes de Marston-Moulton se soumettaient pour d’autres…

Remarquons nénmoins que, quoiqu’en disent les spécialistes  (et si on s’en tient aux couvertures), l’incidence des scènes de « bondage » (ou assimilées) n’est guère élevée si on ramène les chiffres aux centaines d’albums publiés. Il y a en fait un petit pic entre les numéros 146 et 221, soit entre les années 1964 et 1975 (Marston était alors mort depuis longtemps).

Enfin, comme dans les BD érotiques japonaises appelées shokushu ou tentacle-hentai (voir la « La plongeuse et le poulpe »  et « Tentacules : Du plaisir au viol« ), WW est plusieurs fois assaillie par des tentacules/serpents/queues (voir ici, ici, ici, ici, ici, ici). Et puisqu’on en est au shokushu, je ne peux pas m’empêcher de présenter la très juste illustration de Marcos Capuz.

Parce que, oui, vous l’aurez deviné : Quand la femme est ainsi ligotée et vulnérable, alors fatalement elle ne tarde pas à se faire pénétrer. Ce n’était peut-être pas l’intention des créateurs et cela n’apparaît pas dans les albums (si ce n’est  de manière camouflée sur les couvertures : voir ci-dessus les missiles et les jambes écartées) mais la WW pénétrée est très présente dans l’imagerie parodique des super-héros. On en reparlera.

Transition du poulpe aux serpents

Ca fait maintenant un bout de temps qu’on traîne au Japon et c’est le moment d’aller voir ailleurs… Sous peine de grosse lassitude. On va partir avec une dernière image de tentacules (Illustration de Huyu visible sur le site de Toshio Maeda dont on a parlé dans l’article précédent). Des tentacules bien phalliques ! Histoire de confirmer que la représentation des bites est de nouveau autorisée au pays du soleil levant mais pas la pénétration qui reste pixellisée.

Les tentacules, c’est un truc 100% nippon. Peut-être parce que le Japon, c’est une île, un pays de bouffeurs de fruits de mer.

Chez les bouffeurs de calamars, autour de la Méditerranée et puis dans toute l’Europe, ce ne sont pas les tentacules de poulpe qui rampent sur les femmes, leur enserrent les cuisses et leur lèchent le sexe. En Europe (et, par extension, en Amérique du Nord et en Australie), ce sont les serpents.

Des photos comme celle-ci, il y en a beaucoup (et souvent, comme ci-dessus, sans auteur connu). C’est difficile de faire un choix. J’aime beaucoup celles d’Angélique Ashley parues dans le numéro de « Men Only » d’avril 1972 et reprises sur le site venusobservations.blogspot.com (« Venus observations » : Tout un programme ! Un site très riche, vraiment à la hauteur de la tâche).

J’ai retardé au maximum cette échéance. Parler de femmes et de serpents, c’est partir pour un voyage extrêmement long. Je vais devoir être très sélective. Dur, dur ! On parlera un peu d’Eve, forcément, mais il n’y a pas qu’elle. L’association de la femme avec le monde souterrain grouillant de reptiles est ancienne. L’iconographie aussi est foisonnante et souvent très belle et sensuelle.

Avant de m’embarquer avec vous, je voudrais juste liquider une éventuelle remarque. Je viens de dire qu’en Occident, ce sont les serpents qui lèchent les sexes des femmes, pas les poulpes. Pour celles et ceux qui doutent, cliquez donc ici et découvrez un exemple au milieu de la galerie de photos prises par Andrew Blake et qui mettent en scène Valentina Vaughn et son serpent.

Shokushu goukan ou le fantasme du viol

Quand on surfe sur les sites de hentai, le « shokushu » spécialisé dans les tentacules se confond avec le sous-genre du « shokushu  goukan » axé sur le viol par des tentacules, tant il est vrai que lorsqu’on parle de tentacules, on parle surtout de viol.

Certain(e)s trouvent le shokushu bizarre ou tordu. Moi non : N’est-ce pas le fantasme masculin de base ? Pénétration multiple, domination, viol… Un truc de mec. Quand ils se laissent aller, ils foncent dans ce trip. Pour illustrer, je vous propose une planche d’un des maîtres du genre, Toshio Maeda (illustration extraite de la galerie publique du site officiel).

Les organes génitaux ont été effacés mais on comprend bien ce qui se passe : des petits tentacules qui convergent vers l’anus, un gros pour le sexe, un autre petit qui s’acharne sur le bouton du clitoris (gros-plan en bas à droite) et encore un autre qui encercle un sein et l’écrase pour le traire.

Les tentacules étaient autrefois un artifice pour contourner les lois qui ne permettaient pas de montrer le pénis. Les tentacules sont bien des bites. Les pieuvres et les monstres, ce sont des mecs. Un octopus, c’est un gangbang de 8.

Voici deux illustrations issues du site konachan.com dans lesquelles les tentacules ne cachent pas leur statut de bite.

Cliquez  pour voir le gros-plan : bites qui se frottent contre les seins (paizuri), contre le pubis, contre les fesses. On se croirait dans le métro en heure de pointe ! Pour passer aux choses sérieuses, la fille se retourne. Levrette, bien sûr ! Pénétration multiple et giclures de sperme tous azimuts.

Jusque là, le shokushu est plutôt tranquille : Mis à part le principe du viol fantasmé par de tranquilles illustrateurs vissés derrière leur planche à dessin, c’est juste une histoire de domination, de gangbang, de liquides qui giclent. Du cul, quoi ! Il vire parfois bizarre certes, avec hermaphrodites et seins énormes (bakunyuu). On passera carrément sur le malsain des looks enfantins, des femmes enceintes, du sanglant… Le côté obscur des désirs masculins.

La plongeuse et le poulpe

Voici la shunga (type d’estampe érotique japonaise) la plus célèbre de Katsushika Hokusai (je mets le prénom avant le nom, à l’occidentale, à l’inverse des Japonais). Elle représente une femme nue allongée sur le dos recevant lascivement les assauts de deux pieuvres : une petite qui enfonce son bec dans la bouche de la femme tout en tâtant son téton gauche et une grosse pieuvre accrochée entre ses cuisses qui suce sa vulve tout en la pénétrant avec un tentacule. Difficile de faire plus hard-core.

"Le rêve de la femme du pêcheur" ou "La plongeuse et le poulpe" (tako to ama) - vers 1814 - Katsushika Hokusai (1760-1849) - Source : hararie-japan-tokyo-tokyo.com

Cette oeuvre d’Hokusai est généralement appelée « Le rêve de la femme du pêcheur », ce qui nous laisse imaginer que la femme, seule dans son lit dans l’attente du retour de son pêcheur de mari, fait un rêve érotique bizarrement zoophile. C’est, je pense, une traduction très trompeuse.

Le titre japonais de l’estampe (tako to ama : l’ama et le poulpe) nous informe que cette femme est en fait une ama, une « fille de la mer » (littéralement), une de ces plongeuses japonaises qui, autrefois, pêchaient les coquillages complétement nues. On pourrait penser que, l’ama et le poulpe se côtoyant en permanence, il n’est finalement pas très étonnant que l’une rêve de l’autre. On peut aussi trouver une autre explication :

Ces filles étaient connues de tous les Japonais qui les voyaient en chair et en os (au Japon, la mer n’est jamais très loin) ou sur des estampes (et, plus tard en photo ou en film, comme ci-dessous dans un livre japonais photographié par mermaidsarereal). Ne croyez-vous pas plutôt qu’Hokusai était en fait le poulpe qui rêvait d’une plongeuse ?

La pieuvre et ses huit tentacules qui enserrent, carressent et pénètrent la fille ont été copiés par plusieurs artistes mais jamais aussi bien que par Masami Teraoka (né au Japon en 1936). L’estampe suivante, éxécutée dans les années 80, reprend le thème de la plongeuse traditionnelle japonaise et du poulpe. Cependant, le rapport entre la belle et la bête ressemble plus à une lutte qu’à une étreinte sensuelle. Remarquez au passage les très beaux tatouages de la fille.

"Wave Series / Tattooed Woman at Kaneoche Beach I" - Masami Teraoka - 1984 - Source : masamiteraoka.com

Une autre estampe réalisée la même année par Teraoka, « Wave Series / Pearl Diver and Octopus« , met en scène la mer avec beaucoup plus de présence et de puissance que dans l’oeuvre d’Hokusai qui se concentre sur le rapport sexuel plus que sur le décor.

Dans les années 90, Teraoka ajoute de la sensualité dans son travail et de la blondeur à ses modèles. On a en fait quitté l’archipel nippon car ses illustrations sont destinées au marché américain, dans le cadre de campagnes de lutte contre le SIDA (les petits sachets bleus sont des emballages de capotes) pour lesquelles Teraoka concevra des dessins originaux dans le style traditionnel du shunga japonais (voir sur le site officiel de l’artiste).

"New Wave Series / Eight Condom Fantasy"- Masami Teraoka - 1992 - Source : masamiteraoka.com

Ci-dessous, voici l’estampe de Teraoka qui ressemble le plus à celle d’Hokusai. La main de la fille qui tire sur sa cuisse pour s’ouvrir encore plus au poulpe est particulièrement érotique. L’artiste renoue également avec le cunnilingus clairement affiché par son illustre prédécesseur.

"New Wave Series / Sarah and Dream Octopus"- Masami Teraoka - 1992 - Source : masamiteraoka.com

En 2001, Teraoka remet encore une fois ça avec le « 7ème Ciel » de Sarah (« Sarah and Octopus / Seventh Heaven« ).

Il semble que la pieuvre soit une vraie spécialité japonaise car il existe un troisième illustrateur, lui aussi Japonais, qui a fait un « Octopus » puissant et sensuel : Il s’agit de Hajime Sorayama (né au Japon en 1947).

Et enfin, juste pour contredire le paragraphe précédent, voici le « Seafood » de Dorian Cleavenger avec un brouttage d’algues pubiennes (puisqu’il s’agit de « Seafood ») très expressif. A moins que l’octopus de déguste plutôt une belle moule…

La « plongeuse et le poulpe » d’Hokusai peut être considérée comme l’ancêtre du style de BD érotiques japonaises appelé shokushu ou tentacle-hentai dans lesquelles le sexe masculin est remplacé par des tentacules ou toutes autres formes de tuyaux qui pourraient ressembler à des bites.

En Europe, contrée moins maritime que le Japon insulaire, on a depuis toujours préféré le cou d’un cygne aux tentacules d’une pieuvre (voir « Deux mille ans de porno suvtil (plus ou moins) » et les autres articles consacrés à Leda).