Archives de Tag: sixties

Portrait de Peggy Moffitt par William Claxton

Peggy Moffitt,william claxton, monokiniDans la série des portraits, pourquoi pas celui de cette drôle de nana, aussi célèbre en son temps que Twiggy pour Mary Quant ? Encore une égérie des sixties comme on les aimait à cette époque : filiforme et planante.

[Photo et article sur le blog « A naked world« ]

1964 : topless à Molitor pour Life Magazine

Avant de prendre un peu de temps pour parler du fameux monokini lancé en 1964 par le styliste américain Rudi Gernreich, je consacre cet article à la séance de prises de vue réalisée par le photographe Paul Schutzer (entre autres photographes présents) pour l’article du 10 juillet 1964 du magazine Life.Daphne Dayle,Paul Schutzer,Life,Molitor,monokini,topless,rudi gernreich Pourquoi ? Parce que – j’espère que vous l’avez reconnue – ça se passe à MOLITOR ! Oui, la géniale piscine découverte de Paris-XVI, fermée depuis 1989.

Je ne sais pas qui sont tous ces photographes, ni qui a pris les photos que je montre dans cet article. Le mannequin s’appelle Daphne Dayle et je pense que c’est Paul Schutzer qui est photographié avec elle sur ce cliché :daphne dayle,paul schutzer,life magazine,piscine molitor,gernreich,monokini

De cette scéance à Molitor, il ne restera qu’une seule photo publiée dans l’article « Me ? In That ! » (Moi ? Dans ce truc-là !) de l’édition du 10 juillet 1964.Life magazine,10 juillet 1964,july 10 1964,gernreich,dayle,schutzer

Mais ne gâchons pas notre plaisir ! Avant de passer à des choses plus sombres, voici deux autres photos de la jolie nymphette Daphne Dayle dans l’eau claire de la piscine Molitor sous le soleil.daphne dayle,paul schutzer,piscine molitor,life magazine

daphne dayle,paul schutzer,piscine molitor,life magazine,monokiniEt pour terminer (et pour se faire du mal cette fois-ci) voici une autre photo de Molitor en 1964…daphne dayle,paul schutzer,piscine molitor,life magazine,monokini,paris…Et ce qui restait de Molitor il y a quelques années, sous un angle à peu près identique.piscine molitor,paris,abandon,délabrement[Visible sur http://www.image urban-exploration.com-Cliquer l’image pour accéder au site]

Quant à Paul Schutzer, il est mort 3 ans après Molitor (il avait 37 ans), tué par un obus dans le Neguev alors qu’il couvrait la guerre des 6 jours.

[Toutes les photos, sauf celle de la piscine Molitor en ruines, proviennent du blog nistagmus]

Et si la mini-jupe anglaise était un mythe ?

Revenons sur l’article précédent : la mini-jupe aurait été inventée en Angleterre en 1964 par Mary Quant. Ah bon !? Alors comment expliquer les photos ci-dessous : ann,sheridan,pinup,pin-up,mini-jupe,miniskirt[Photo publiée sur skylighters.org]

Voici Ann Sheridan en mini-jupe (une vraie mini-jupe mini ; pas une mini-jupe à la Courrèges 1965 !). Ann Sheridan est une actrice américaine. elle est née en 1915 et elle a tourné dans plusieurs dizaines de films entre 1934 et 1957. J’ignore la date et l’origine de cette photo récupérée sur le web mais on peut penser qu’elle a été prise avant 1945 (l’actrice aurait eu 30 ans à cette date).

Voici une autre actrice, Virginia Mayo (Elle est la partenaire de Burt Lancaster dans « La Flèche et le Flambeau » de Jacques Tourneur et les plus de 65 ans s’en souviennent très bien.) : virginia,mayo,pinup,pin-up,mini-jupe,miniskirt,minijupe[Photo publiée sur suspense-movies.com]

Elle aussi porte une micro mini-jupe qui ne cache rien de ses jambes magnifiques. Pourtant, Virginia Mayo étant née en 1920, je pense que cette photo (dont j’ignore également tout) a été prise largement avant 1964.

Et que dire des « Hot pants » (shorts courts) ? Il paraît que Mary Quant les aurait inventés après la mini-jupe (donc après 1964). J’en doute. Regardez cette troisième actrice (et deuxième Texane après Ann Sheridan) : Martha Hyer. Aucun doute qu’elle porte des hot pants ! Et si elle a 20 ans sur la photo, alors on est en 1944, soit 20 ans avant 1964. martha,hyer,pinup,pin-up,hot pants,shorts[Photo publiée sur atomicpinup.com]

Ni Mary Quant, ni André Courrèges n’ont inventé la mini-jupe ou les hot pants. D’ailleurs, quand Martha Hyer expose ses gambettes, Mary n’est-elle pas encore à l’école primaire !

Ce sont les actrices hollywoodiennes qui ont osé montrer leurs jambes en premier : Ces centaines de pin-ups qui ont déferlé sur le monde dans les knapsacks des GIs. Elles ont ouvert la voie, montré que c’était possible, donné envie aux hommes. Elles étaient les petites Vénus sur papier glacé des troupes de Mars.

Mary Quant n’est qu’une styliste. Elle a flairé l’air du temps, repris l’idée, industrialisé le concept. Elle a permis à chaque femme d’être à son tour une petite Vénus. Et ça… ce n’est pas si mal.

[Une fois de plus, je dois me contenter de photos glânés sur le web, sans date, lieu ou auteur. Si vous avez plus d’informations, n’hésitez pas à me les communiquer.]

Quand les jupes remontaient d’un genou : Côté mode

Tâchons donc de préciser la date où la frontière du genou a été franchie. Ca devient technique : une affaire de stylistes et de couturiers.harper's bazaar,mode,juin,1960Harper’s Bazaar, juin 1960 : La jupe est encore sous le genou (en fait, dans les années 50, elle descandait même jusqu’au mollet). vogue,septembre,1965,minijupe,miniskirtAh ! Septembre 1965. Le genou est franchi (Sur la couverture de Vogue, la fameuse robe inspirée par « Mondrian » de la collection automne-hiver 1965 d’Yves Saint-Laurent).

En fait, on considère généralement que c’est en 1964 (certains disent 1962) que la mini-jupe a été inventée par l’Anglaise Mary Quant puis importée l’année suivante sur le continent par le Français André Courrèges.  Au début, la mini-jupe n’est pas si « mini », mais plutôt « au-dessus du genou », comme sur ces modèles de la collection printemps-été 1965 de Courrèges (photo sur static.paulsmith.co.uk-cliquer l’image pour voir la HD).Courrèges,minijupe,miniskirt,mode,printemps-été,1965Mais, une fois la frontière franchie, la mini-jupe se rétrécit très rapidement et remonte à mi-cuisses, comme sur ces jeunes femmes autour de Mary Quant en 1968.

Mary Quant,minijupe,genou,1968

Mary Quant (à droite) et trois de ses créations - 1968 - Photo © AP/Wide World Photos visible sur le site fashionencyclopedia.com (cliquer la photo pour y aller)

Quand les jupes remontaient d’un genou : Côté rue

Pour cet article, j’ai décidé de quitter les musées et de sortir à l’air frais. On va faire ça en très bonne compagnie avec trois représentants célèbrissimes de ce qu’on appelle parfois les « photographes de rue ».  Aves eux, on va remonter quelques rues et regarder au passage les femmes sur les trottoirs. Peu à peu, croyez-moi, on verra le bas de leurs jupes remonter.

Commençons avec ce cliché de Robert Doisneau visible sur son site officiel (un site très agréable à visiter avec beaucoup de photos très belles de Paris et des Parisien(ne)s).

Robert Doisneau,Erik Satie,Arcueil

Robert Doisneau - La maison d'Erik Satie à Arcueil - 1945 - Photo du site officiel http://www.robert-doisneau.com (cliquer l'image pour y aller), portfolio "La banlieue"

En haut de cette rue pavée et humide de la banlieue laborieuse de Paris, deux silhouettes de femmes. Pour ce qui nous concerne, regardez bien leur jupe (je sais, c’est petit). Les jupes descendent jusqu’au genou, comme il se doit en 1945.

Voici maintenant une photo de l’Américain Garry Winogrand prise à la fin des années 60 sur le bitume d’un trottoir ensoleillé de los Angeles. Regardez ! Cette fois, les genoux sont largement à l’air.

Garry Winogrand,LA,Los Angeles,sidewalk,minijupe,sixties,miniskirt,photo

Garry Winogrand - LA sidewalk - 1969

[Pour en savoir plus sur Garry Winogrand, je vous conseille cet article sur Photo numérique (c’est là que j’ai trouvé la photo).]

Bon d’accord ! Toutes ces femmes étaient un petit peu loin sur les photos et la taille des jupes sur le cliché d’Arcueil est discutable. Je vous propose donc de refaire le voyage, en plus gros plan. D’abord Paris :

Willy Ronis,trottoir,Vendôme,flaque,genou,mode,jupe,photo

Willy Ronis - Place Vendôme - 1947

Sur le célèbre cliché de Willy Ronis, la jupe tombe pile sous le genou. Place Vendôme ou Arcueil, même combat. Maintenant, repartons aux USA. A New-York cette fois-ci, pour être précis :

Garry Winogrand,New York,sidewalk,trottoir,photo,mode,minijupe,miniskirt

Garry Winogrand - New-York, 1965 in "Women are beautiful"

En 1965, la jupe est bien au-dessus du genou. [La photo se trouve dans un intéressant article en anglais, pas très positif sur Winogrand, sur american suburb X ]

La jupe a passé la frontière du genou et commencé son ascension le long des cuisses quelque part entre 1947 et 1965. On précisera plus tard.

[La photographie de Doisneau est extraite de son site officiel. Pour Ronis et Winogrand, cette possibilité n’existe pas. J’ai donc pris des photos disponibles sur le web. Pour Ronis, elles ne manquent pas : Tapez « Willy Ronis Place Vendôme » sur Google et regardez les femmes en noir défiler !]