Archives de Tag: nudité

La modernité du poil

Après des millénaires de classicisme et la révolution réalisto-impressionisto-expressioniste de la fin du 19ème siècle, le nouveau siècle sera celui du foisonnement artistique… et des pubis au naturel… donc poilus (pour faire suite à la discussion engagée avec l’article « La rupture artistique du poil« ).

Nu féminin couché avec les jambes écartées - 1914 - Albertina, Venne - Source : Wikimedia

Egon Schiele – Nu féminin couché avec les jambes écartées – 1914 – Dépôt : Albertina, Vienne – Source : Wikimedia

En matière de nu féminin, le jeune Autrichien Egon Schiele (1890-1918) est celui qui ose tout : des prostituées à poil dans tous les sens, même quand elles sont enceinte. Il est pour moi l’équivalent de cet électron libre qu’était Hans Sebald Beham à la Renaissance.

Son contemporain italien Amedeo Modigliani (1884-1920) explose les codes artistiques de son côté et peint à Paris des dizaines de portraits de visages allongés et de femmes nues alanguies.

Modigliani impose une esthétique extrêmement moderne de la femme et prépare l’arrivée, un demi siècle plus tard, du pop art.

Amedeo Modigliani - Le Grand Nu - 1917 - Dépôt : Museum of Modern Art, New York - Source : Wikimedia

Amedeo Modigliani – Reclining Nude (Le Grand Nu ?) – vers 1919 – Dépôt : Museum of Modern Art, New York – Source : Wikimedia

Au début du siècle, les « post-impressionistes » Kees van Dongen (1877-1968) et Henri Lebasque (1865-1937) produisent eux aussi de nombreux portraits et de nombreux nus (aux pubis poilus, puisque c’est le thème de cette série d’articles) ainsi que Suzanne Valadon (1865-1938), la première femme admise à la Société Nationale des Beaux-Arts !

Les Années folles de l’après guerre verront le développement de l’Art Déco et le succès du peintre japonais Foujita (1886-1968), installé lui aussi à Paris (voir l’article « Pubis selon Foujita« ).

C’est aussi l’époque de Dada et du surréalisme. Le Belge Magritte (1898-1967) peint peu de nues mais presque toutes ont la chatte au naturel. Citons aussi les « viols », ces « portraits de femme » dont les yeux sont des seins et les bouches des pubis poilus.

René Magritte - La Géante - 1929 - Musée Ludwig, Cologne

René Magritte – La Géante – 1929 – Musée Ludwig, Cologne

L’autre grand Belge de cette époque, c’est Paul Delvaux (1897-1994), peintre à l’oeuvre onirique dont on a déjà un peu parlé (cf article « Les sirènes de Delvaux« ).

Delvaux est un véritable peintre de nues féminins. Elles hantent l’intégralité de son oeuvre, vagabondant dans les rues et les ruines, leur chattes noires à l’air. Pourquoi l’expo « Paul Delvaux » qui s’est tenue en 2011 à Biarritz a-t-elle choisi, pour illustrer ses affiches, une des très rares peintures de Delvaux où les nues ont le pubis glabre (à savoir « Les amies », peintes en 1929) ? Le poil est-il de nouveau scabreux ? L’académisme est-il de retour au 21ème siècle ?

Paul Delvaux - Les Promeneuses - 1947 - Collection privée - Source : Wikipaintings

Paul Delvaux – Les Promeneuses – 1947 – Collection privée – Source : Wikipaintings

On pourrait citer beaucoup d’autres artistes mais j’aimerais achever l’article sur une peinture de Tom Wesselmann (1931-2004), comme un clin d’oeil à l’oeuvre de Modigliani.

Les modèles de Wesselmann adoptent par ailleurs des poses similaires à celles de Schiele et rappellent aussi les shunga dont on a parlé à l’article précédent.

Tom Wesselmann - Study for the Great American Nude, #87 - 1966 - Collection privée ? - Source : Christie's

Tom Wesselmann – Study for the Great American Nude, #87 – 1966 – Collection privée ? – Source : Christie’s

Enfin, les nus féminins au pubis poilu n’ont pas disparu en ce 21ème siècle commençant : Pour preuve, la production de l’artiste américaine Tracy Nakayama, née en 1974, comme le « Laurel Canyon couple » visible au MoMA de New York.

Les shunga ont-ils popularisé les poils de chattes ?

On connaît l’influence sur les Impressionistes des estampes japonaises, tout juste découvertes par les Occidentaux. Monet les collectionnait.

Cependant, à côté des paysages d’Hiroshige et d’Hokusai, on ne doit pas oublier les milliers de shunga imprimés depuis des siècles en Chine et au Japon.

shunga repr vulves

Trois vulves examinées dans un miroir – Estampe érotique japonaise – vers 1850 – Source : wikimedia

« Shunga », ça veut dire « images de printemps » parce qu’au printemps… les pénis gonflent et rentrent dans les vagins humides… on resterait presque dans le bucolique, finalement !

Regardez tous les shunga que vous pouvez, vous y trouverez toujours des poils. Les pubis des femmes et des hommes sont toujours couverts d’une toison noire parfois énorme, en opposition totale avec la représentation occidentale traditionnelle du nu.

Idem pour les sculptures. On trouve de jolies scènes érotiques gravées sur des netsuke (un « netsuke » est un petit accessoire de la garde-robe japonaise traditionnelle qui permettait d’accrocher des objets à la ceinture) et, regardez bien, ça ne manque jamais de poils !

hako netsuke

Intérieur d’un « hako netsuke » représentant une scène d’accouplement – Fin du 19ème siècle – Source : Maison de vente aux enchères Kunsthandel Klefisch

Sur le netsuke ci-dessus, l’artiste a encré une seule chose : les poils ! Cheveux noirs, sourcils noirs, cils noirs et poils pubiens noirs sur des corps d’ivoire. On ne voit que les poils !

Question : les images de printemps et autres netsuke porno étaient-ils connus des artistes de la fin du 19ème siècle ? A n’en pas douter ! J’ai même découvert qu’à cette époque, l’expression « Viens voir mes estampes ! » signifiait « Allons baiser ! » (document « Voir le mal en face : L’origine du monde de Gustave Courbet« ). Dans ce cas, les Japonais sont-ils derrière les chattes noires de Courbet, Schiele, Modigliani… ? C’est vraisemblable, non ?

La rupture artistique du poil

Si l’on compare la « Vérité » peinte par Jules Joseph Lefebvre en 1870 et la « Véritée nue » peinte par Gustav Klimt un quart de siècle plus tard, on constate qu’elles tiennent bien toutes les deux un miroir dans la main droite mais que la Vérité de Klimt est effectivement plus « nue » que celle de Lefebvre : elle ose montrer ses poils pubiens.

Truth jules lefebvreb

« La Vérité » (extrait) par Jules Joseph Lefebvre – 1870 – Musée d’Orsay, Paris – Source : Wikimedia

Dans le dernier quart du 19ème siècle, une révolution est passée, celle de ce qu’on peut appeler l’ « anti-académisme », commencée dès le milieu du siècle par le réaliste Gustave Courbet et les impressionistes, prolongée à la fin du même siècle par le sécessioniste Gustav Klimt.

J’avais déjà parlé des seins lourds des nues de Courbet, Manet et Renoir (voir article « Les gros seins datent d’hier« ) en opposition aux petits seins de la peinture occidentale classique.

Voici maintenant, en opposition aux traditionnels pubis glabres des représentations féminines depuis l’Antiquité (il y a quelques exceptions dont je reparlerai), le pubis poilu de Gustave Courbet (« L’origine du monde », bien sûr, en 1866, qui reste une exception camouflée au milieu d’une oeuvre moins poilue), la « femme étendue sur un divan » (1873) et le « Nu au divan » (vers 1881) de Gustave Caillebotte (les seuls nus féminins de Caillebotte), la « Nuda Veritas » au pubis roux et les Gorgones aux pubis noirs (à la gauche du géant et des passions coupables dans la frise des « forces hostiles » de la frise de Beethoven peinte en 1902) par Gustav Klimt.

veritas

« Nuda Veritas » par Gustav Klimt – 1899 – Österreichisches Theatermuseum, Vienne

La révolution artistique du 19ème siècle donnera cependant peu d’oeuvres de nues avant 1900 (et encore moins de nues au pubis poilu : voir les 4 tableaux des 3 Gustave mentionnés ci-dessus !).

Les belles alanguies de Modigliani et les femmes sans culotte d’Egon Schiele arriveront à la veille de la première guerre mondiale, suivies de l’Eve de Klimt et de l’Aphrodite de Franz van Stuck, puis des nues allongées de Foujita et de Suzanne Valadon dans les « Années folles ». A cette époque, l’académisme aura définitivement lâché l’affaire et les pubis fleuris abonderont… mais cela est une autre histoire…

Jambes en M – Le cas de la Lajja Gauri

Surprise par la beauté et la sensualité totalement impudique de cette statue, j’ai décidé de passer un peu de temps à essayer de comprendre ce qu’elle représentait.

Lajja-Gauri-Karnataka

Statue de Lajja-Gauri trouvée au temple chalukya de Naganath près de la ville de Badami, état de Karnataka (Inde) – Sculptée vers 650 après JC – Conservée au musée archéologique de Badami

La tâche est ingrate car malgré les milliers de pages pondues sur le sujet, personne ne semble savoir avec certitude de quoi il s’agit.  Qui est donc cette femme nue (mais couverte de bijoux sur les bras, les pieds, le cou, la poitrine et le ventre) , accroupie avec les jambes largement ouvertes en forme de M, avec les bras en l’air, la poitrine exposée, la tête coupée et remplacée par une fleur de lotus (pour compliquer les choses, elle n’est parfois pas nue et elle a parfois une tête) ?

Suivant qu’on s’intéresse à la position de ses jambes, à son absence de pudeur, à l’absence de sa tête ou à la fleur de lotus qui la remplace ou à d’autres critères encore, on l’appelle « Aditi Uttanapada », « Nagna Kabandha », « Lajja Gauri » et plein d’autres jolis noms. « Lajja Gauri » est le plus fréquent.

Il existerait une centaine de représentations connues de la Lajja Gauri en Inde. Je n’en ai trouvé qu’une poignée sur le web :

1Lajja-Gauri-deccan british museum

Statuette de Lajja Gauri en stéatite de 6,6×7,6cm, datée du 6ème siècle après JC, originaire du plateau du Deccan en Inde et conservée au British Museum à Londres

2Lajja-Gauri-Madhya Pradesh MET

Statuette de Lajja Gauri de 10.3 x 10.3 cm, datée du 6ème siècle après JC, originaire de l’état de Madhya Pradesh en Inde et conservée au Metropolitan Museum à New York

3lajja-gauri-orissa

Plaque N°2 de Lajja Gauri en calcaire de 11×12 cm, datée de la fin du 8ème siècle ou du 9ème siècle, découverte dans le district de Nuapada, état d’Orissa en Inde et conservée par son inventeur, M. Singh Deo

lajja

Statue de Lajja Gauri datée d’environ 650 après JC, originaire du temple de Sangamesvara près de Kudavelli, état d’Andhra Pradesh en Inde et conservée au musée d’Alampur

Certains experts avancent que la position des jambes indique qu’il s’agit d’une femme en train d’accoucher, même si son ventre n’est pas gros et qu’aucun bébé ne pointe le bout de la tête comme on peut le voir sur des représentations de déesses-mères (comme celle de Dharti-Mata, par exemple).

D’autres experts avancent que la position des jambes indique qu’il s’agit d’une femme prête à accueillir une relation sexuelle.

Une déesse de la fécondité dans un cas, une déesse du plaisir dans l’autre ?

D’autres avancent par ailleurs qu’une femme sans tête ne saurait être une déesse mais plutôt une sorte de fétiche. Vu la taille réduite de la plupart des Lajja Gauri représentées ci-dessus, faudrait-il les comparer aux tout aussi énigmatiques « Vénus » préhistoriques retrouvées en Europe ?

Pour ajouter ma touche au débat, je me permettrai de signaler que la position de la Lajja Gauri n’est pas une position érotique « naturelle ». Jambes en M, bras en l’air et seins apparents ?  Non. Quand une femme s’assoit avec les jambes écartées, elle a généralement la poitrine cachée par les jambes et les bras en bas. Voici une des rares photos érotiques de pose en M qui pourrait correspondre à la Lajja Gauri (imaginez une fleur de lotus à la place du visage de Vic E et, surtout, son corps couvert de bijoux) :

vic-e-the-only-way-i-know-08

Vic-E dans « The only way I know » – Source : femjoyhunter.com

Amusez-vous à feuilleter les centaines de photos de pose en M sur ce site, aucune ne correspond vraiment à la Lajja Gauri. Peut-on en déduire que cette forme si particulière a été créée un jour quelque part puis, pour des raisons inconnues, copiée et disséminée ?

Post-scriptum : Je mets à jour l’article avec une photo que j’avais complètement oubliée. J’ignore malheureusement le nom de la modèle et du photographe. Et, bien sûr : Trop de chaussures, pas assez de bijoux, trop de visage, pas assez de fleur de lotus… Comme il se doit. Néanmoins, avez-vous remarqué ce qui fait que cette femme n’adopte PAS la pose de Lajja Gauri ?

18-ptt

Pour moi, le problème vient des bras : La Lajja Gauri lève les bras, certes, mais elle tient aussi quelque chose dans les mains, ce qui n’est pas le cas de la modèle ci-dessus qui passe les mains dans ses cheveux, ce qui rappelle plutôt certaines représentations de Vénus/Aphrodite. Je reviendrai sur la pose de la Lajja Gauri un peu plus tard, quand je parlerai des « maîtresses » du Louristan.

Jambes en X – Démonstration par Ariel

Ariel dans la série « Summer breeze » – 2009 – Photo : Demian Rossi – Source : femjoyhunter.com

Après celle de Pixie, je vous propose une démonstration par Ariel, la mannequin aux cheveux rouges qu’on peut voir sur tous les sites de nues. Ariel est plutôt mince et elle prend la pose des jambes en X sur de très jolies photos réalisées pour le site spécialisé femjoy.com (photos dont quelques échantillons gratuits basse définition sont proposés sur femjoyhunter.com).

Jambes minces indispensables. Oui. Bien sûr. Une femme aux fesses un peu épaisses ne parviendrait pas à rendre un beau X car ses fesses seraient collées. C’est plutôt évident.

Ariel présente un large espace entre les fesses, ce qui lui permet de prendre de jolies poses en X, de derrière comme de devant. Sur la photo de face, Ariel ne serre pas les genoux mais elle croise les jambes. On dira que ça compte parce que ça fait quand même un X.

La série « Got an idea » est particulièrement réussie. Admirez donc les cheveux rouges sur un fond vert !

[A gauche : Ariel dans la série « A point of view« , 2008, photo par Demian Rossi – A droite : Ariel dans la série « Got an idea« , 2010, photo par Stefan Soell – Source : femjoyhunter.com]

Les jambes de la femme  se prêtent bien à cet exercice car elle a généralement  un espace entre les jambes plus grand au niveau du pubis (procréation oblige) mais c’est aussi une question de pose : Sur les deux photos de la série « Eyes of fire » (ci-dessous), la forme en X a disparu au profit d’un évasement presque régulier depuis les chevilles jusqu’aux fesses.

[Ariel dans la série « Eyes of fire » – 2011 – Photos Stefan Soell – Source : femjoyhunter.com]

La forme en X est très féminine mais pas très fréquente dans la vie de tous les jours. On trouve plutôt des jambes évasées, comme dans la série ci-dessus ou sur la photo ci-dessous : Une forme plus quelconque mais bien jolie quand même.
Un Y plutôt qu’un X.

Notez qu’on passe d’un X sur la plage à un Y dans la salle de bains (ci-dessous). Ca reste une histoire d’eau.

Ariel dans la série « Always naked at home » – 2009 – Photo : Demian Rossi – Source : femjoyhunter.com

[Toutes les photos sont des échantillons basse définition distribués autrefois par le site femjoy.com et encore visibles sur le site femjoyhunter.com]

Jambes en X – Démonstration par Miss Pixie

Miss Pixie – Glass 4 – Photo par Eroticalia – Source : misspixie.co.uk

Voici la photo que je préfère entre toutes pour commencer cette « série » d’articles sur jambes et féminité (il y en aurait tant à écrire !!). C’est Pixie, une mannequin britannique, qui nous offre cette très belle photo de ses jambes.

Bien sûr, on voit beaucoup la taille et les fesses (qui font cependant partie des jambes !) et pas le bas des jambes. Pas grave. C’est la forme en « X » qui m’intéresse : Un bassin large marquée par des fesses bien séparées, des jambes qui se resserrent aux genoux et qui s’écartent de nouveau en bas. Voici une façon de se tenir très féminine.

Je ne veux pas dire que toutes les femmes souffrent d’un genu valgum. Non. Il ne s’agit pas ici d’une déformation mais bien d’une façon de se tenir (ça se voit nettement sur les photos ci-dessous), tout comme la fameuse position orientale du tribangha (voir « Maya, la Madonne de l’Est« ) à laquelle elle ressemble d’ailleurs beaucoup.

Cette pose est typiquement féminine et très sexy. Je vais me faire plaisir en fournissant bientôt quelques exemples supplémentaires.

[A gauche : « Fencenet », photo par Roger Mann – A droite : « Kinky 2 », photo par gsphoto – Source : misspixie.co.uk]

Féminité ? De quoi parle-t-on ?

Voici un petit billet qui va ressembler à un exercice. Le thème : « La féminité, c’est quoi ? » Attention ! Il ne s’agit pas parler de choses telles que l’élégance, la -fameuse !!!!- pudeur, le – fameux !- sentiment maternel, la capacité à faire plusieurs choses en même temps (Mais oui ! Tout le monde sait ça), etc. Non ! On se place strictement dans le corporel.

[Photos par Marcus J Ranum sur deviantart – Voir aussi les images libres de droit sur mjranum-stock]

Pour réfléchir à cela, voici Carly dont on trouve un très chouette « flyaround » (série de photos de Carly alors qu’elle tourne sur un plateau rotatif) sur le site deviantart de Marcus J Ranum.

Carly est magnifique. Elle est femme-femme-femme. Alors bien sûr, il y a le visage, les seins, la chatte, l’absence de pilosité, les formes rondes et lisses qui en font à coup sûr, au premier regard, une femme.

Mais il y a autre chose. Une chose évidente chez Carly : La largeur de son bassin et les fesses qui vont avec. La taille fine mais un bassin large et des jambes écartées (ou devrais-je plutôt dire « des cuisses évasées »), c’est un truc de nana : un jour ou l’autre, il faut bien faire un mouflet qui se logera dans le ventre et qui passera, de la tête et des épaules, entre les jambes.

Regardez bien ! Le ventre de Carly et la forme de ses jambes, c’est 100% féminin. Introuvable chez un mec.

Maintenant que j’ai dit ça, je vais écrire quelques billets sur les jambes des femmes (qui sont tellement mieux que celles des mecs, non ?)

Félix Vallotton – « La Haine » – 1908 – Musée d’Art et d’Histoire de Genève

Je vais m’intéresser plus particulièrement à la forme des jambes. Regardez la femme peinte par Vallotton : Des genoux serrés mais des pieds écartés et des jambes qui s’évasent vers le bassin. On en reparle…