Archives de Tag: mamelon

Petite contribution au Boob Art

Je ne sais pas si le Boob Art, Breast Art ou Tits Art existe au même titre que le Penis Art mais, en admettant que oui, j’aimerais faire une petite contribution personnelle. Ca fait plusieurs jours que j’écris sur les seins et les tétons  en utilisant le matériau des autres. Il est temps d’y mettre du mien…

… modestement (ce n’est pas le Seascape #17) …

… en espérant que ça plaise.

sein,boob,tit,breast

Retour sur l’orange, le sein et la courbe

Le premier article sur Wesselmann (voir « The great nude, the orange and the cigarette ») me semble un peu court, d’où ce retour sur le sein et l’orange… Et retour sur la courbe avec cette photo de Tom Wesselmann en plein ouvrage pour représenter un sein (photo prise en 65 ?).

Impossible de faire l’impasse sur ce cliché qui représente si bien l’homme en plein travail de construction de son temple de la grande femelle (et cela n’a pas l’air facile !), l’objet de ce blog.

Alors, le sein selon Wesselmann, ça donne quoi ? Sur quelle (s) courbe (s) a-t-il abouti ?

Et bien cela aboutit surtout sur des tétons et des aréoles car – impossible de dire le contraire ! – les seins de Wesselmann ne comptent pas tant que les mamelons (Rappelons la définition des termes : le mamelon se compose du téton et de l’aréole, l’un se dressant au centre de l’autre).

Les seins ne sont souvent que la marque blanche laissée par le soutien-gorge (ainsi pour le « Nude » du Smithsonian American Art Museum à Washington) alors que les mamelons se détachent par leur volume et leur couleur.

Couverture du 5ème numéro du magazine Avant Garde (14 numéros publiés de janvier 1968 à juillet 1971) - Illustration : Seascape #17 ("two tits", 1966) par Tom Wesselmann

Les « 2 tits » de 1966 sont, à cet égard, parfaits : seins blancs et mamelons carmin sur un fond bleu ensoleillé. Il y a dans cette illustration quelque chose de beau, de sexy, de gai qui ressemble à une vision de Paradis.

Le nu allongé du musée Thyssen-Bornemisza, ci-dessus, semble un peu plus classique : un corps de femme allongé et pas seulement une paire de seins, le recours à des symboles comme les roses et, bien sûr (puisqu’il s’agit de Wesselmann), l’orange.

Tom Wesselmann - Desnudo #1 - 1970 - Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid - Source : site du musée (cliquer pour voir l'image en grand)

L’orange !

A ceux qui estiment que l’orange symbolise le sein, on peut répondre « oui, peut-être ». Oui, le sein rond et, dessus, le mamelon (Comment appelle-t-on le mamelon de l’orange ? Queue ? Tige ? Non. Mamelon, c’est parfait). Donc le sein a un mamelon, comme l’orange.

On pourrait aussi répondre « non » car les aréoles de Wesselmann sont tellement bombées qu’elles ressemblent à des oranges. Une aréole  gonflée et un téton en son centre : L’orange selon Wesselmann ?

[Ci-dessus : Oeuvre de Tom Wesselmann exposée à la galerie Melki – Source : galerie-melki.fr – Les couleurs sont tellement unies et flashy et les dégradés tellement réguliers qu’on croirait voir le travail d’un infographiste.]

Le sein nu et l’Asie

Un passage récent au musée Guimet à Paris va me permettre de préciser quelques articles publiés précédemment.

J’ai écrit dans « En Orient, la femme a le pubis fendu » que, quand ils réalisent une statue de femme nue, les Asiatiques n’hésitent pas à montrer la fente du pubis, contrairement aux Occidentaux. Peut-être mais force est de constater que les Asiatiques représentent rarement la femme entièrement nue (de même que l’homme d’ailleurs). Peu de pubis et de pénis au musée Guimet mais beaucoup de seins car les corps sont généralement torse nu.

Je souhaite également revenir sur la polémique derrière l’article « Menaces de mort pour quelques seins nus ! ». Le musée Guimet est très riche en statuaire du sud-est asiatique or une visite au musée ne laisse aucun doute : les seins nus ne posaient aucun problème dans les sociétés anciennes d’Asie du Sud-Est. Les statues de femme sont toutes torse nu. Je ne comprends toujours pas cette polémique qui frise l’ignorance crasse.

Regardez ci-dessous le gros plan de la statue de gauche. J’aime beaucoup ces mamelons représentés par de simples incisions dans la pierre. Ils me rappellent une photo prise au réveil, mamelons roses à peine visibles et traces des draps sur la peau.

Une chose apparaît également clairement lors de la visite au Guimet : Les statues de Bouddha ou de Bodhisattva (sur le Bodhisattva, voir article « Femmes géantes« ) sont nombreuses et pourraient se confondre avec des statues de femmes car ils sont habillés comme les femmes,  de jupes ou de sampots et, sous la jupe, pas de pénis visible (pas même un renflement). Ce qui fait la différence, c’est la poitrine que les femmes ont généreuse, voire même très ronde.

Parmi les très beaux seins ronds exposés à Guimet, il y a ceux-ci :

Il s’agit d’une « divinité fluviale » (les fleuves sacrés sont représentés par une divinité) sculptée au 8ème ou 9ème siècle en Inde et accompagnée, je suppose, par ses petites servantes. Une autre photo est visible sur Wikipedia.