Archives de Tag: Maison close (lingerie)

Futile harnais. Pour habiller la femme presque nue.

Quand on parle de lingerie un peu « osée », alors il faut mentionner « Maison Close » (voir site).

Après le tanga à perles Bracli qui frotte sur le clitoris et après les culottes ouvertes de Damaris, voici un accessoire (un bijou ?) qu’affectionne Maison Close : le harnais.

D’accord, ce n’est pas une nouveauté. Il y a eu le harnais orienté bondage, en cuir, latex ou PVC, de marques comme Fleet Ilya ou (feu ?) Antiseptic Fashion. Il y a eu le harnais de sex-shop, en strass généralement, vendu sous le nom de choker-tie-belt et à l’aspect un peu cheap. Il y a enfin eu (et il y a toujours) les harnais fabriqués dans une gamme de bijoux de corps, entre les bijoux de seins et les bijoux d’épaules, par des créateurs/créatrices de bijoux. J’en cite quelques-uns : Bliss Lau, Litter, Fannie Schiavoni, Justine Clenquet, Léon Rose Magma, Pagan Poetry, (feu ?) Mousseline Chou d’Amour, Sofiyani La, Anita Quansah

Avec Maison-Close, le harnais, en tant que pièce de lingerie ou comme bijou de corps joli et sexy, va enfin se démocratiser.

[En haut : Harnais « A ton cou ». Ci-dessus, de haut en bas et de gauche à droite :  Harnais « A ton cou », Harnais pour shorty (ici sur un string) « Féerie Précieuse », Harnais-string « Soie Chérie », Harnais « Villa Satine »]

A quoi sert le harnais ? A rien, vraiment. En fait, à mettre en valeur les seins qu’il sépare, le cou qu’il enserre, le dos qu’il laisse vierge. Il sert à faire plus joli. Il est utile donc. Il donne de l’originalité. Il fait sortir de l’ordinaire. Il rend sexy. Il excite l’imagination. Il attise les sens. Très utile, donc. Que dis-je ? Indispensable harnais !

Toutes les photos des nouvelles collections Maison-Close sont visibles sur le site Dessus-Dessous.

Salon de la Lingerie 2011 – Tassle twirling

Vu au Salon International de la Lingerie 2011 à Paris : le spectacle burlesque de Mamzelle Zaza sur le stand Maison Close. A la fin de son show, Zaza se retrouve toujours en cache-tétons et elle offre même au public un petit numéro de « tassle twirling » (rotation de pompons, ou « quand Mamzelle fait l’hélico avec les pompons sur le bout de ses tétons »).  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Perruque et seins nus, le top du Chic

C’est une star au musée royal des antiquités de Leyde, aux Pays-Bas : Mince, coiffée d’une lourde perruque, les yeux maquillés de khôl, vêtue d’une simple robe moulante aux seins nus, la dame (ou la prêtresse ?) Imeret-Nébés symbolise toute la grâce et l’élégance des divinités égyptiennes telles qu’Isis ou Hathor.

egypte,statue,robe,coiffe,imeret-nebes

Statuette d'Imeret-Nébés - Rijksmuseum van Oudheden, Leyden - 18-20ème siècle avant JC

Difficile d’imaginer ce type de tenue dans les rues de nos villes modernes mais pourquoi pas dans l’intimité de la maison ? La robe d’Imeret-Nébés et sa bretelle tour-de-cou qui passe entre les seins me rappelle ce « string taille haute » Cabaret Royal de la collection 2010 visible sur le site de la marque de lingerie Maison Close.maisonclose lingerie,seins nus