Archives de Tag: maillot de bain

Le microbikini est-il un bikini ?

En ces temps de fortes chaleurs estivales et de tourisme de masse sur les plages de la Méditerranée, je ne pense pas être la seule à regarder ce que portent mes congénères au bord de l’eau et à me poser la question : « Ce minuscule bout de tissu qui cache à peine le sexe peut-il encore être appelé un maillot de bain ? »


Première réponse : « oui ». Un tout petit bikini rikiki comme ce modèle proposé par Microkini-Beach, quand il est bien placé sur le sexe, il couvre tout. Et si, par derrière, on voit les lèvres , c’est que la mannequin le veut bien.

Si vous considérez avoir l’âge suffisant pour voir des chattes nues ou si, par défaut, vous êtes majeur, alors la galerie est pour vous.

A côté des micro-bikinis « traditionnels », il existe un produit amusant et original : le string-bretelles.

Ce dernier couvre plus ou moins le sexe suivant la façon dont il est ajusté. Bien calé entre les fesses, il fait son office : Une ficelle suffit pour soustraire les orifices aux regards. Par devant, c’est pareil ; Micro ou pas, le bikini cache.

[Cliquer pour voir la galerie]

Le truc fou, c’est l’arrivée massive depuis quelques années de produits ouverts, à la jointure floue entre espaces « textile » et plages nudistes.

En voici deux exemples tirés du même site.

Je passe sur le soutien-gorge : Comme (presque) toutes les femmes sur la plage ont les seins à l’air, le SG ouvert semble presque habillé. Ce qui m’intéresse ici, c’est le slip crotchless.

Si la mannequin écarte les jambes, on voit ça. Alors ? Est-ce encore un slip pour plages « textile » ou faut-il le considérer comme un accessoire fun pour naturiste ? Les lèvres sont apparentes mais la vulve et le prépuce sont couverts. Alors ?

[Cliquer pour voir la galerie]

Voici un autre string qui, cette fois-ci, n’a plus la ficelle centrale.

On ne sera pas surpris que, si la mannequin enlève la main, on voit ça. Cette fois on est clairement dans la nudité. Pourtant, ce qu’on voit est-il si différent ?

[Cliquer pour voir la galerie]

Certain(e)s me diront que cet article n’apporte pas grand chose. Oui, peut-être. En fait, c’est surtout l’occasion pour moi de vous proposer quelques liens vers  des photos de string crotchless parce que, personnellement, je trouve ça très beau. Si vous partagez mon avis, voici d’autres microkinis ouverts portés, cette fois, par Anne-Marie Rios et par Carmen McCarthy.

[Toutes photos visibles sur le site microkini-beach.com]

Les nixes de Nixxxe

Qui douterait que les nixes, naïades et autres ondines sont encore là, dans la nature, les fesses dans l’eau, au milieu des roseaux ? Si vous avez erré dans les forêts allemandes cet été, vous en avez sûrement vu près des étangs, des lacs et de chaque trou d’eau.

Un fabricant allemand (bien sûr !) s’est spécialisé dans le maillot de bain très dépouillé pour ces jeunes filles d’un autre âge, pour qu’elles ne semblent pas aussi nues que les nixes de Cranach. Sans surprise, ce fabricant s’appelle Nixxxe parce que la nudité est naturelle mais la couvrir un tout petit peu, c’est XXX.

Voici Fanny, Sophie, Marlen… Quelques-unes des nymphes d’eau douce qu’on trouve dans les sources et les rivières germaniques (la liste complète est ici)…

Première rangée : Monokini et bikini à anneaux. Deuxième rangée : Deux vues d’un string-bretelles.

Pour finir, je ne résiste pas à une dernière photo de nixe en Nixxxe. Les filles du Rhin étaient-elles brunes ? Pourquoi pas ! Celle-ci fait très bien l’affaire.

[Toutes photos sur nixxxe.com]

Portrait de Peggy Moffitt par William Claxton

Peggy Moffitt,william claxton, monokiniDans la série des portraits, pourquoi pas celui de cette drôle de nana, aussi célèbre en son temps que Twiggy pour Mary Quant ? Encore une égérie des sixties comme on les aimait à cette époque : filiforme et planante.

[Photo et article sur le blog « A naked world« ]

Topless : America first

En même temps que Mary Quant en Angleterre, le créateur de mode américain Rudi Gernreich sniffe l’air du temps et se jette à l’eau. Quand Mary s’intéresse aux jambes, Rudi préfère les seins. Après le soutien-gorge pour petites poitrines, sans armature et transparent, le « no bra », puis sa version dos-nu (le « no back »), Rudi, avec quelques années d’avance sur les féministes, envoie carrément valser le soutien-gorge avec un vêtement seins nus. Il propose une culotte avec bretelles qui peut servir aussi bien de maillot à la plage que de tenue de soirée pour un cocktail. Mais ce n’est pas évident de sortir les seins à l’air en juin 1964 et les premières photos du monokini sur son mannequin préféré, Peggy Moffit, sont plutôt prudes.

peggy moffit,william claxton, gernreich,life, monokini

Peggy Moffit dans un monokini de Rudi Gernreich - Photo par William Claxton publiée dans Life, juillet 1964 - Photo HD en cliquant sur l'image, visible sur bikiniscience.com

Certaines femmes iront cependant plus loin et, comme toujours pour créer du buzz, c’est l’arrestation de Toni Lee Shelley (une jeune fille aspirant devenir mannequin ou actrice, semble-t-il) sur une plage du lac Michigan à Chicago à la fin du mois de juin qui attira l’attention sur le monokini de Rudi Gernreich et assura à ce dernier son passage à la postérité (et quelques articles dans ce blog – quelle chance !-).

toni lee shelley monokini chicago police arrested topless

Toni Lee Shelley arrêtée sur une plage de Chicago - Fin juin 1964 - photo HD sur bikiniscience.com

La phobie des seins nus n’est pas propre aux USA. La France n’est pas particulièrement en avance sur ce terrain comme en atteste la réaction du magazine Elle.magazine Elle,monokini,gernreich Notons enfin que Peggy Moffit finira par retirer ses bras de devant ses tétons pour une autre photo par son mari William Claxton (cf le portrait de Peggy Moffit). Le couple y prendra goût car d’autres photos topless suivront.

[Un grand merci au site bikiniscience.com pour ses nombreuses infos et photos]

1964 : topless à Molitor pour Life Magazine

Avant de prendre un peu de temps pour parler du fameux monokini lancé en 1964 par le styliste américain Rudi Gernreich, je consacre cet article à la séance de prises de vue réalisée par le photographe Paul Schutzer (entre autres photographes présents) pour l’article du 10 juillet 1964 du magazine Life.Daphne Dayle,Paul Schutzer,Life,Molitor,monokini,topless,rudi gernreich Pourquoi ? Parce que – j’espère que vous l’avez reconnue – ça se passe à MOLITOR ! Oui, la géniale piscine découverte de Paris-XVI, fermée depuis 1989.

Je ne sais pas qui sont tous ces photographes, ni qui a pris les photos que je montre dans cet article. Le mannequin s’appelle Daphne Dayle et je pense que c’est Paul Schutzer qui est photographié avec elle sur ce cliché :daphne dayle,paul schutzer,life magazine,piscine molitor,gernreich,monokini

De cette scéance à Molitor, il ne restera qu’une seule photo publiée dans l’article « Me ? In That ! » (Moi ? Dans ce truc-là !) de l’édition du 10 juillet 1964.Life magazine,10 juillet 1964,july 10 1964,gernreich,dayle,schutzer

Mais ne gâchons pas notre plaisir ! Avant de passer à des choses plus sombres, voici deux autres photos de la jolie nymphette Daphne Dayle dans l’eau claire de la piscine Molitor sous le soleil.daphne dayle,paul schutzer,piscine molitor,life magazine

daphne dayle,paul schutzer,piscine molitor,life magazine,monokiniEt pour terminer (et pour se faire du mal cette fois-ci) voici une autre photo de Molitor en 1964…daphne dayle,paul schutzer,piscine molitor,life magazine,monokini,paris…Et ce qui restait de Molitor il y a quelques années, sous un angle à peu près identique.piscine molitor,paris,abandon,délabrement[Visible sur http://www.image urban-exploration.com-Cliquer l’image pour accéder au site]

Quant à Paul Schutzer, il est mort 3 ans après Molitor (il avait 37 ans), tué par un obus dans le Neguev alors qu’il couvrait la guerre des 6 jours.

[Toutes les photos, sauf celle de la piscine Molitor en ruines, proviennent du blog nistagmus]