Archives de Tag: genou

Jambes en X – Démonstration par les soeurs Ikaruga

« High school samurai » est un manga récent qui conte la rencontre du jeune et « innocent » Yoichi Karasuma (élevé dans les montagnes dans la voie du samourai) avec la modernité et, au passage, les 4 soeurs Ikaruga qui gèrent leur propre dojo. Voici les 4 soeurs : Ibuki, l’aînée aux cheveux pourpre, Chiaya aux cheveux verts, Ayame aux cheveux blonds et la petite Kagome aux cheveux bleu marine.

Sur les 4 dessins, les soeurs Ikaruga adoptent une pose en X avec leurs jambes. Genoux en dedans, pieds en dedans, voilà exactement la pose inverse de celle qu’on attend d’un homme (jambes écartées et pieds ouverts : voir billet « Femme libérée, jambes écartées (1. Cabaret) » et suivants).

Comme souvent dans les mangas, les filles ont des allures de fillette : pommettes roses et poses qui indiquent la timidité, la réserve, voire la candeur. Bien sûr, les Japonais ont des fantasmes bien connus (écolières et petites culottes) mais le manga permet aussi de rappeler que la pose en X exprime de toutes façons une forme de retenue ou de pudeur. Quand on rentre les genoux, on serre en fait les fesses et on bloque l’accès au sexe (seules les filles aux jambes minces conservent un espace ouvert).

La pose en X est donc une pose « pudique » (voir les nombreux billets sur la Venus Pudica dont « Le jour où commença le culte du corps féminin« ) et la pudeur est typiquement associée à la fémininité. On y revient toujours !

Quand les jupes remontaient d’un genou : Côté mode

Tâchons donc de préciser la date où la frontière du genou a été franchie. Ca devient technique : une affaire de stylistes et de couturiers.harper's bazaar,mode,juin,1960Harper’s Bazaar, juin 1960 : La jupe est encore sous le genou (en fait, dans les années 50, elle descandait même jusqu’au mollet). vogue,septembre,1965,minijupe,miniskirtAh ! Septembre 1965. Le genou est franchi (Sur la couverture de Vogue, la fameuse robe inspirée par « Mondrian » de la collection automne-hiver 1965 d’Yves Saint-Laurent).

En fait, on considère généralement que c’est en 1964 (certains disent 1962) que la mini-jupe a été inventée par l’Anglaise Mary Quant puis importée l’année suivante sur le continent par le Français André Courrèges.  Au début, la mini-jupe n’est pas si « mini », mais plutôt « au-dessus du genou », comme sur ces modèles de la collection printemps-été 1965 de Courrèges (photo sur static.paulsmith.co.uk-cliquer l’image pour voir la HD).Courrèges,minijupe,miniskirt,mode,printemps-été,1965Mais, une fois la frontière franchie, la mini-jupe se rétrécit très rapidement et remonte à mi-cuisses, comme sur ces jeunes femmes autour de Mary Quant en 1968.

Mary Quant,minijupe,genou,1968

Mary Quant (à droite) et trois de ses créations - 1968 - Photo © AP/Wide World Photos visible sur le site fashionencyclopedia.com (cliquer la photo pour y aller)

Quand les jupes remontaient d’un genou : Côté rue

Pour cet article, j’ai décidé de quitter les musées et de sortir à l’air frais. On va faire ça en très bonne compagnie avec trois représentants célèbrissimes de ce qu’on appelle parfois les « photographes de rue ».  Aves eux, on va remonter quelques rues et regarder au passage les femmes sur les trottoirs. Peu à peu, croyez-moi, on verra le bas de leurs jupes remonter.

Commençons avec ce cliché de Robert Doisneau visible sur son site officiel (un site très agréable à visiter avec beaucoup de photos très belles de Paris et des Parisien(ne)s).

Robert Doisneau,Erik Satie,Arcueil

Robert Doisneau - La maison d'Erik Satie à Arcueil - 1945 - Photo du site officiel http://www.robert-doisneau.com (cliquer l'image pour y aller), portfolio "La banlieue"

En haut de cette rue pavée et humide de la banlieue laborieuse de Paris, deux silhouettes de femmes. Pour ce qui nous concerne, regardez bien leur jupe (je sais, c’est petit). Les jupes descendent jusqu’au genou, comme il se doit en 1945.

Voici maintenant une photo de l’Américain Garry Winogrand prise à la fin des années 60 sur le bitume d’un trottoir ensoleillé de los Angeles. Regardez ! Cette fois, les genoux sont largement à l’air.

Garry Winogrand,LA,Los Angeles,sidewalk,minijupe,sixties,miniskirt,photo

Garry Winogrand - LA sidewalk - 1969

[Pour en savoir plus sur Garry Winogrand, je vous conseille cet article sur Photo numérique (c’est là que j’ai trouvé la photo).]

Bon d’accord ! Toutes ces femmes étaient un petit peu loin sur les photos et la taille des jupes sur le cliché d’Arcueil est discutable. Je vous propose donc de refaire le voyage, en plus gros plan. D’abord Paris :

Willy Ronis,trottoir,Vendôme,flaque,genou,mode,jupe,photo

Willy Ronis - Place Vendôme - 1947

Sur le célèbre cliché de Willy Ronis, la jupe tombe pile sous le genou. Place Vendôme ou Arcueil, même combat. Maintenant, repartons aux USA. A New-York cette fois-ci, pour être précis :

Garry Winogrand,New York,sidewalk,trottoir,photo,mode,minijupe,miniskirt

Garry Winogrand - New-York, 1965 in "Women are beautiful"

En 1965, la jupe est bien au-dessus du genou. [La photo se trouve dans un intéressant article en anglais, pas très positif sur Winogrand, sur american suburb X ]

La jupe a passé la frontière du genou et commencé son ascension le long des cuisses quelque part entre 1947 et 1965. On précisera plus tard.

[La photographie de Doisneau est extraite de son site officiel. Pour Ronis et Winogrand, cette possibilité n’existe pas. J’ai donc pris des photos disponibles sur le web. Pour Ronis, elles ne manquent pas : Tapez « Willy Ronis Place Vendôme » sur Google et regardez les femmes en noir défiler !]