Archives de Tag: diane

Le Bras de la Justice et de la Vérité

Je ne sais pas si c’est la meilleure traduction pour « Tireless Champion for Justice and Truth » (cliquer sur la page dessinée ci-dessous pour lire les textes) mais ça m’amuse bien de comparer, pour une fois, une femme à un bras.

On ne parle pas de n’importe quelle femme, bien sûr, puisqu’il s’agit de Wonder Woman, un des super-héros de DC Comics et le seul qui soit une femme et qui puisse rivaliser avec Superman ou Batman. Les autres héroïnes de DC Comics (Supergirl, Catwoman, Power Girl…) sont un cran en dessous.

Avant d’écrire quelques articles sur la superhéroïne à la culotte bleue étoilée, je vais faire une succinte présentation de la dame, sans trop paraphraser Wikipedia. Pour celles et ceux qui ne  la connaissent pas, vous allez voir que le personnage est assez étonnant, truffé de clins d’oeil à l’Antiquité grecque… et à des pratiques inattendues dans des livres illustrés pour enfants.

– Wonder Woman s’appelle en fait Diana (comme Diane/Artémis, la déesse vierge, soeur d’Appolon, qui vit dans la nature, entourée de femmes – pour faire bref ! On en a déjà pas mal parlé : voir « Diane et Actéon« ). Diana est la fille d’Hippolyte, la reine des Amazones de l’île de Paradise Island (nom identique à celui d’une « vraie » reine amazone de la mythologie grecque). « Paradise Island », cela sonnait peut-être un peu trop comme le titre d’un épisode de « La croisière s’amuse » et l’île fut par la suite renommée Thémyscira (oui, c’est mieux).

– Diana sait se défendre. En plus de son entregent particulier dans le monde animal (elle ne s’appelle pas Diane pour rien), elle dispose d’un lasso de vérité et de deux bracelets protecteurs. Le lasso aurait été réalisé à partir de la fameuse ceinture d’Hippolyte (on en reparlera) et les bracelets auraient été forgés à partir de l’Egide d’Athéna (on pense que l’Egide était une sorte de bouclier recouvert d’une peau de chèvre). Elle dispose également de divers dons paranormaux et athlétiques.

– La princesse Diana de l’ile des femmes est envoyée dans le « monde des hommes » (le monde, quoi) sous le nom, très original, de Diana Prince. Elle y passe son temps à soumettre des hommes à sa loi (la loi des Amazones ? La loi des femmes ?), grâce à son lasso d’or. Fouet, lasso, corde, soumission… Il faudra qu’on revienne sur la signification de ce lasso, ainsi que celle des bracelets, ainsi que le recours constant au ligotage… mais une chose à la fois !

Wonder Woman Présidente - Numéro 7 de Wonder Woman - Hiver 1943 - Source : http://www.comicbookresources.com

Le personnage de Wonder Woman a été créé aux USA en 1941, l’année de Pearl Harbor, par le couple de psychologues William (Charles Moulton) Marston  (1893-1947) et  Elizabeth Sadie Holloway (1893-1993). Marston dit de Wonder Woman qu’elle est une propagande psychologique pour le nouveau type de femme qui devrait, selon lui, diriger le monde (citation dans Wikipedia). Il est intéressant de noter que les Marston avaient une vision assez particulière de la relation homme-femme puisqu’ils ont formé un ménage à 3 avec leur ex-étudiante Olive Byrne qui eut, comme Elizabeth, 2 enfants avec William.

Les bases étant posées, il y a maintenant quelques aspects qui mériteraient d’être détaillés.

Portrait de Wonderwoman par Terry Dodson

Après plusieurs billets sur le corset, j’ai envie de changer le sujet et de passer sur le cas très particulier d’une héroïne (SUPER-héroïne) en corset (mais ce n’est pas le corset qui la caractérise : elle peut même tout à fait s’en passer, comme on le verra plus tard).

Voici donc Wonderwoman, ici dessinée par l’illustrateur Terry Dodson (voir son site web).

Baigneuse et voyeur : 1. Diane et Actéon

En 2009, la National Gallery de Londres a acheté (en partenariat avec les National Galleries of Scotland) le tableau « Diane et Actéon » peint par le Titien (v. 1490-1576). La National Gallery possédait déjà depuis 1972 « La mort d’Actéon » du même Titien. Hormis la lecture des « métamorphoses » d’Ovide (Livre III : Métamorphose d’Actéon en cerf), le déplacement à Londres est donc devenu la façon la plus simple de comprendre cette histoire.

titien,tiziano,diane et actéon,diana,actaeon,national gallery

Titien, "Diane et Actéon", vers 1556-59, National Gallery et National Galleries of Scotland - Photo © National Gallery 2011

Après une journée de chasse bien remplie, Actéon se ballade dans la forêt avec ses chiens. Il tombe par hasard sur la déesse de la chasse, Diane/Artémis, à l’heure où elle se baigne avec ses nymphes. Méchant destin : la déesse vierge est pudique et sans pitié. Actéon la fait rougir. Il va mourir (Appréciez pleinement le regard terrible de la déesse – celle qui porte un croissant de Lune dans les cheveux – en cliquant sur la photo pour atteindre le site de la National Gallery et en zoomant).

Ecrit par Ovide, ça donne ceci : « Tandis que Diane se baigne dans la fontaine de Gargaphie, Actéon errant d’un pas incertain dans ce bocage qui lui est inconnu, arrive dans l’enceinte sacrée, entraîné par le destin qui le conduit. À peine est-il entré dans la grotte où coule une onde fugitive, que les nymphes l’apercevant, frémissent de paraître nues, frappent leur sein, font retentir la forêt de leurs cris, et s’empressent autour de la déesse pour la dérober à des yeux indiscrets. Mais, plus grande que ses compagnes, la déesse s’élevait de toute la tête au-dessus d’elles. Tel que sur le soir un nuage se colore des feux du soleil qui descend sur l’horizon; ou tel que brille au matin l’incarnat de l’aurore naissante, tel a rougi le teint de Diane exposée sans voiles aux regards d’un mortel. Quoique ses compagnes se soient en cercle autour d’elles rangées, elle détourne son auguste visage. Que n’a-t-elle à la main et son arc et ses traits rapides ! À leur défaut elle s’arme de l’onde qui coule sous ses yeux; et jetant au front d’Actéon cette onde vengeresse, elle prononce ces mots, présages d’un malheur prochain : « Va maintenant, et oublie que tu as vu Diane dans le bain. Si tu le peux, j’y consens ». Elle dit, et soudain sur la tête du prince s’élève un bois rameux; son cou s’allonge; ses oreilles se dressent en pointe; ses mains sont des pieds; ses bras, des jambes effilées; et tout son corps se couvre d’une peau tachetée. »

titien,tiziano,titian,la mort d'actéon,death of actaeon,acteon,national gallery

Titien, "La mort d'Actéon", v. 1559-75, National Gallery, Photo © National Gallery 2011

Le deuxième tableau, sombre et tourmenté, montre la fin du malheureux chasseur transformé en cerf. Titien a pris quelques libertés avec le poème romain : Diane n’aura pas besoin de planter ses flèches dans le corps de la « bête ». Ses chiens se chargeront de le dévorer. Il semble d’ailleurs que c’est le même chien noir et blanc qui accompagne son maître dans le premier tableau et qui lui bouffe la jambe dans le second.

« (…) la meute arrive, fond sur lui, le déchire, et bientôt sur tout son corps il ne reste aucune place à de nouvelles blessures. Il gémit, et les sons plaintifs qu’il fait entendre, s’ils différent de la voix de l’homme, ne ressemblent pas non plus à celle du cerf. Il remplit de ses cris ces lieux qu’il a tant de fois parcourus; et, tel qu’un suppliant, fléchissant le genou, mais ne pouvant tendre ses bras, il tourne en silence autour de lui sa tête languissante (…) Mais ses chiens l’environnent; ils enfoncent leurs dents cruelles dans tout son corps, et déchirent leur maître caché sous la forme d’un cerf. Diane enfin ne se crut vengée que lorsque, par tant de blessures, l’affreux trépas eut terminé ses jours. »

Pauvre Actéon ! Franchement, le malheureux ne méritait pas ça et la déesse Diane est une sacrée garce. On ne transigeait pas avec la pudeur, aux temps des Grecs anciens !

Pour les puristes, j’ajouterai que Titien n’a pas montré le moment où Diane jette l’eau sur Actéon et scelle ainsi son destin. Ce détail n’a pas été oublié sur deux peintures que j’aime beaucoup : Le « Diane et Actéon » de Matteo Balducci (1509-1554), propriété d’un collectionneur privé mais visible sur friendsofart.net (remarquez le regard indifférent de la déesse alors qu’Actéon se fait bouffer !), et celui de Lucas Cranach l’Ancien (1472-1553), visible, en principe, au Wadsworth Atheneum Museum of Art à Hartford, Connecticut.