Archives de Tag: cigarette

Portrait de secrétaire par August Sander

August Sander, Secretary at West German Radio, Cologne, 1931ptt.Secrétaire à la station de radio Westdeutscher Rundfunk à Cologne par August Sander (1876-1964), 1931. Cette femme qui fume coiffée à la garçonne ne vous rappelle-t-elle pas Sylvia von Harden (voir « Portrait de Sylvia von Harden par Otto Dix ») ?

© Estate of August Sander / SODRAC (2008) – Source : arttattler.com

Les poils de Violetta – Une femme au naturel, par Helmut Newton

Après plusieurs mois sans écrire le moindre billet, je vais « profiter » du dixième anniversaire de la mort d’Helmut Newton (1920-2004) – C’était en janvier 2004, dans un accident de voiture à L.A. –  pour m’y remettre.

Je vais clore la série d’articles écrite sur la modernité du poil pubien (à ce sujet, voir aussi « Jusqu’au bout des poils« , un blog contestataire qui défend la pilosité féminine, ainsi que le corps humain dans toute sa constitution naturelle) avec deux photos de Violetta Sanchez prises par Helmut Newton.

helmut newton violetta sanchez

Violetta Sanchez par Helmut Newton, Paris, 1979 – Source : The Ravestijn Gallery

« A book of Violetta » a été réalisé par Helmut Newton à l’attention de Gert Elfering (voir les photos du livret sur le site de Christies). Voici le texte d’accompagnement écrit par Helmut Newton :

« Monte Carlo, le 6.10.1997, Cher Gert, cette série de photographies a été prises par une journée très chaude d’août 1979 à Paris dans le minuscule appartement de Violetta Sanchez. Elle est une amie, une de mes modèles préférées, une actrice, une garde du corps à l’entrée des « Bains-Douches » à cette époque et un mannequin pour YSL. Ce sont les toutes premières photos que j’ai prises d’elle. Helmut. »

Deux ans plus tard, Newton s’amuse à la photographier avec son « double », un mannequin de plastique fabriqué à son image (un mannequin du mannequin).

helmut newton_The_Two_Violettas_ptt

« The two Violettas » par Helmut Newton, 1981 – Source : Photoschule.com

Les deux Violettas sont aussi photographiés au lit (voir ici).

Remarquez que sur le mannequin du mannequin, on n’a pas omis les poils du pubis… ce qui nous ramène au tout premier article de la série (voir « Le retour du poil »).

The great nude, the orange and the cigarette

Puisqu’on a montré pas mal de seins dans les derniers articles, parlons donc de Tom Wesselmann.

Tom Wesselmann (1931-2004) est un des grands artistes du mouvement Pop-Art. Il a définitivement sa place dans ce blog en tant que chercheur-explorateur-décrypteur-représentateur de la forme féminine.

Regardez-le en plein travail !  Il cherche la courbe parfaite, lui aussi (cf l’article sur Aristide Maillol et la Vénus de Perpignan). La courbe du sein, du ventre ou du dos… Du sein, je parierai !

Tom Wesselmann, Self-portrait while drawing, 1983, source : http://www.all-art.org

Grand fan du Sein et du Téton. Tom l’est.

Il a réalisé (à la peinture acrylique, en sérigraphie, en lithographie, etc.) une grande quantité de nues, à savoir :
– des seins
– des seins + une bouche
– des seins + une bouche + un pubis.
Toujours des cheveux (plutôt longs et blonds).
Rarement des yeux.
Jamais (?) de nez.

Les lèvres sont toujours brillantes de rouge à lèvres. Les seins sont souvent blancs de la marque du soutien-gorge. Les tétons sont toujours ronds et bombés. Les pubis sont toujours poilus (ça se passe dans les sixties !).

On peut se poser la question : « Pourquoi pas d’yeux ? ».
J’ai envie de me poser la question : « Pourquoi les oranges et la cigarette ? »

[De gauche à droite et de haut en bas : Bedroom Painting N°13 – Great American Nude N°8, 1969, Collection Ludwig, Cologne –  Great American Nude N° 99, 1968, Collection MG Neumann, Chicago –  Great American Nude N°92, 1967, Collection privée, New York]

Vous avez vu les oranges ? Ca me fait penser aux peintures du Moyen-Age et de la Renaissance, toujours pleines de symbolique (le lys blanc pour ceci, la rose rouge pour cela…). Parlant de fleurs, il y en a aussi souvent (roses, jonquilles) dans les oeuvres de Wesselmann. On sait que les fleurs représente généralement le sexe féminin mais que dire des oranges ? Les oranges, rondes et fermes. Je dirai, sans prendre trop de risques, que les oranges, c’est une histoire de seins. Encore !

Les seins, toujours les seins ! Tom ne pensait-il pas au sexe de la femme ? Je dirais  que si. Beaucoup même. Car les bouches des femmes de Tom ressemblent à des vulves. Ce n’est pas pour rien que Tom aimait peindre des bouches avec une cigarette entre les lèvres. Un fin pénis fumant sur lequel tire la femme…

Tom Wesselmann – Smoker, 1 (Mouth, 12) – 1967 – Source : thescienceofdesign.blogspot.fr 

[Voir ici la version de Smoker#1 détenue par le Musée des Beaux-Arts de Montréal]

Portrait de Sylvia von Harden par Otto Dix

« Portrait de la journaliste Sylvia von Harden », Otto Dix, 1926, Centre Pompidou, Paris,  © Adagp, source : www.centrepompidou.fr

Pourquoi ce portrait ?

1. Son emplacement : à Pompidou, près du Balthus de l’article précédent

2. Le dialogue entre Otto Dix et  Sylvia von Harden après que le peintre lui ait sauté dessus, alors qu’elle était tranquillement assise à une table du Romanisches Café à Berlin (café bohême à la mode dans les années 20) : « Ich muß Sie malen! Ich muß! Sie repräsentieren eine ganze Zeitepoche! »

« – Je dois vous peindre ! Je dois ! Vous représentez toute une époque !
– Comment ! Vous voulez peindre mes yeux ternes, mes grandes oreilles, mon long nez, mes lèvres fines ? Vous voulez peindre mes grosses mains, mes petites jambes, mes grands pieds… des choses  qui peuvent seulement effrayer les gens et ne faire plaisir à personne ?
– Vous vous êtes parfaitement décrite et ça va faire le portrait de notre époque : Une époque qui ne s’intéresse pas tant à la beauté extérieure de la femme qu’à ce qui se passe dans sa tête. »
(article de Sylvia von Harden paru dans le Frankfurter Rundschau du 25 mars 1959 – Traduction personnelle de l’extrait en anglais cité sur wikipedia.)