Archives de Tag: burlesque

Pour remplacer le poil, le postiche pubique

Voici un accessoire de mode assez étonnant. Il a fait une timide apparition sur certains sites marchands il y a 2 ans (me semble-t-il) et reste, à ce jour, un obscur objet de désir, peu vu, peu connu, peu vendu. Le livre que prépare Kit Darling (photographies par Erika Tanith) va peut-être le médiatiser un peu plus.

merkin how to

Ce que les Américains appellent un « merkin » est un postiche pubique (oui, ça existe !), fabriqué en cheveux, en poils, en laine, en moquette, en gazon artificiel (vu sur American Merkin Project) ou en tout ce qu’on veut, et qui se colle sur un pubis préalablement soigneusement rasé/épilé.

Ca sert à décorer, bien sûr, et moi, je trouve ça assez joli. Ca sert aussi à exciter les sens de ceux qui regardent pusiqu’un merkin ne couvre pas le sexe lui-même et ne s’embarrasse pas de cordons pour rester en place.

L’histoire de l’objet est confuse. J’ai lu deux explications différentes (et il y en a sûrement d’autres) : Il aurait servi, dans les années 1960-70, à couvrir les pubis traditionnellement glabres (cela mériterait une vérification que je n’ai pas faite) des prostituées vietnamiennes pout les GI’s habitués, eux, aux pubis poilus. Il aurait servi, dans les bordels du 19ème siècle, à couvrir les pubis rasés pour cause de morpions ou de poux. Ces 2 explications renvoient à une « obligation » de couvrir le pubis et à l’univers de la prostitution. Pas étonnant dans ce cas, de trouver les merkins chez les danseuses burlesques qui reprennent les codes et les accessoires du strip-tease et des cabarets.

La star du burlesque Michelle L'Amour habillée de cache-tétons et d'un merkin (source : wikipedia)

Michelle L’Amour au travail en 2007 habillée de cache-tétons et d’un merkin (source : wikipedia / Michael Albov)

Je ne peux m’empêcher de rapprocher cette « mode » un peu étrange d’une autre mode récente (et également très confidentielle) qui consiste à coller des bijoux ou des cristaux Swarovski sur le pubis. Dans les deux cas, il s’agit de se raser complèement la chatte pour la couvrir avec autre chose que ses poils naturels.

Cette idée-déco lancée il y a quelques années aux US (me semble-t-il) s’appelle le « vajazzling » (de « vagina » et « bedazzling », soit en français, « envoûtement vaginal »).

L’artiste sud-africaine Frances Goodman a réalisé elle-même et photographié plusieurs « envoûtement vaginaux ». Il est intéressant de lire les commentaires des femmes sud-africaines qui ont participé au projet sur la page « Vajazzling Series – South Africa » (2012) du site de l’artiste, ainsi cette femme qui considère cette expérience comme un moyen d’améliorer son estime de soi et de célébrer le corps de la femme.

Notez qu’il y a aussi une autre « Vajazzling Series » sur le site, réalisée à New York cette fois, avec une variation sur le thème « I Do » dont fait partie la photo ci-dessous :

i do 3 par frances goodman 2012

Que l’on remplace le poil naturel du pubis par du poil artificiel, de la verroterie ou tout autre objet rapporté, la femme commence toujours par se raser ou s’épiler la chatte, ce qui semble une normalité de nos jours. Normalité ? Cela mérite quelques articles de plus…

De même, pour celles qui trouveraient que tout cela va trop loin et qu’il y en a marre de se prendre ainsi la tête sur son bas-ventre, notez le travail de critique (sur le mode « laissez nos chattes tranquilles ! ») par la photographe Rhiannon Schneidermann (Tumblr) qui est décrit dans un article du Huffington Post.

Pour élargir le débat, voir aussi l’article « L’importance de marquer le pubis« .

Portrait de Lydia Fatale par Doug Hoeschler

Difficile de quitter nos fameux « pasties » sans un joli portrait de femme tatouée. Ici, c’est Lydia Fatale, prise par Doug Hoeschler. La photo est visible avec beaucoup d’autres sur le site marchand etsy.com de la société qui fabrique les cache-tétons Gothfox Designs.

Difficile de ne pas se poser la question du sens de cette photo. Lydia parle de « apple of my eyes ? » sur son site ModelMayhem. Je penserais plutôt à la pomme qu’Eve tend à Adam : Croque, mon bonhomme ! Tu seras moins bête après. Très belle Eve nue et sans honte. Ou plutôt une Eve seulement habillée de tatouages, de cache-tétons et de maquillage, prête à l’expulsion du jardin d’Eden. Serait-ce donc ça, les vêtements de peau ?

Sélection de cache-tétons sur le Salon

Et pour finir avec l’édition 2011 du SIL à Paris, pourquoi ne pas faire une petite sélection de 3 exposants qui proposent des cache-tétons (en hommage à Mamzelle Zaza et son show) ? Un clic sur les photos vous aménera sur les sites des fabricants.

VELDA LAUDER – Des corsets très British (photo par Rod Howe)velda lauder

FOLIES BY RENAUD – Le Frenchy qui aime les seins nus et les strings à ouverture zippéefolies by renaud

COQUETTE CANADA – Des Canadiennes qui n’ont pas froid aux cuisses  coquette canada

Salon de la Lingerie 2011 – Tassle twirling

Vu au Salon International de la Lingerie 2011 à Paris : le spectacle burlesque de Mamzelle Zaza sur le stand Maison Close. A la fin de son show, Zaza se retrouve toujours en cache-tétons et elle offre même au public un petit numéro de « tassle twirling » (rotation de pompons, ou « quand Mamzelle fait l’hélico avec les pompons sur le bout de ses tétons »).  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Spécialisée dans les cache-tétons

Gothfox Designs est une société spécialisée dans… les cache-tétons. Le marché semble étroit mais vu les millions de photos de filles déshabillées qui en portent, c’est peut-être un bon business, finalement.Darien Revel, Gothfox designs,cache tétons,pastiesLa boutique de la marque se trouve en ligne sur etsy.com (un clic sur les photos vous y aménera). J’ai choisi de présenter les photos de Darien Revel (c’est elle qui pose -sans ses lunettes- et c’est elle qui fait la photo). Superbe résultat. Pour voir le travail de Darien Revel, allez donc sur son site aesthetic alchemy ou sur son profil deviantart. Elle a aussi un profil sur modelmayhemDarien Revel, Gothfox designs,cache tétons,pastiesSuperbe fille. Superbe travail. A suivre…