Archives de Tag: agent provocateur

Femme libérée, jambes écartées (3. Sexy lingerie)

Quelques marques de lingerie (très peu, en fait) on adopté la position « jambes écartées » pour présenter certains de leurs produits. J’ai choisi les visuels où la mannequin est assise sur une chaise, dans une pose très proche de celle qu’adopte Sally Bowles pour interpréter « Don’t tell Mama » au Kit Kat Klub (voir le premier article de « Femme libérée, jambes écartées« ).

Ci-dessus : soutien-gorge seins nus et string ficelle en vinyl  par AllureLingerie – Source : herboudoir.com.

On ne s’étonne pas qu’un fabricant de sous-vêtement en cuir et en vinyl, spécialiste du SG seins nus, des slips ouverts, de la résille et des chaînes fait adopter à ses modèles la pose sexuellement explicite des danseuses de cabaret.

On dira la même chose pour une marque de lingerie comme « Agent Provocateur » : Ne pas faire écarter les jambes de Joséphine de la Baume aurait semblé ringard.

Mais il faut tout de même remarquer que le provocateur agent britannique est un peu en retard car le modèle Juno, ci-dessus, fait partie de sa dernière collection printemps-été 2011. Chantal Thomass avait ouvert le bal une saison plus tôt avec son modèle « Lonely Poet » (ci-dessous).

« The masculine feminine symbol codes of the brand in a retro spirit. Stripes mixed the prints with poetry and impertinence », nous dit le site web de la marque parisienne. Je vous laisse décrypter ces  2 phrases. Moi je retrouve dans cette photo un mélange inattendu, rigolo et super sexy : l’esprit « cabaret » (la pose, le chapeau, le maquillage, les cheveux courts), le look intello ou poète (livre et lunettes), le détournement du costume masculin en sous-vêtement ultra féminin (Ah ! Le bout de la cravate sur le slip !) et, last but not least, le regard de la fille…

Entracte provocateur

Je ne suis pas pleinement satisfaite avec mon intermède 3 Suisses (article précédent).

C’est bien, les culottes à 15 euros mais il manque quelque chose, non ? Moi je pense qu’il manque un look artisanal, le côté « fait main » que j’apprécie pour ce qui touche mes fesses (mais je comprends tout à fait qu’on préfère le satin polyester/polyamide/élasthanne au coton à l’ancienne).

En jetant un coup d’oeil outre-manche (la lingerie anglaise, c’est comme les mannequins russes : incontournable !), j’ai trouvé deux petites choses chez Agent Provocateur qui me plaisent bien (A bon entendeur…).

Un peu de dentelles, un petit look burlesque. C’est fait pour moi ! Et si la culotte Pamelina semble un peu trop simple, il suffit de rajouter le porte-jarretelles assorti et tout se complique :

Si la dentelle et le blanc ne plaisent pas, j’ai trouvé une alternative qu’aucun mâle ne peut refuser. Ca s’appelle la ligne « Cendrillon » (Elle s’habillait comme ça, Cendrillon ? Je comprends mieux pourquoi ses belles-soeurs ne voulaient pas la montrer au prince !).

A gauche, c’est la culotte. Je ne sais pas si c’est confortable à porter mais c’est trop beau. A droite un sous-vêtement non identifié que la marque anglaise appelle un « playsuit », un « ensemble pour jouer ». Pour comprendre comment ça marche, voici une autre photo : La culotte (il y a aussi un string et le porte-jarretelles) est proposée avec un soutien-gorge 1/4 de bonnet assorti mais les cache-tétons seuls peuvent suffire (et ce n’est pas par mesure d’économies car ils coûtent quand même 60 euros !).

[Toutes ces photos sont visibles sur le site d’Agent Provocateur]