Le vagin qui dérange

J’ai déjà parlé d’Anish Kapoor en 2011 dans l’article « Queue, trompe, tentacule, serpent… » où il était question d’une vulve bien rouge et d’un long serpent blanc, une ouverture et un tuyau. Après plus de 6 mois de silence sur mon blog, j’envisageais de reprendre l’écriture pour parler de l’installation par Anish Kapoor d’un vagin géant dans le parc du château de Versailles et de l’émoi que ce vagin causait localement, exprimé dans une pétition que le groupe municipal d’opposition Versailles Familles Avenir a écrit à Catherine Pégard, la présidente de l’Etablissement Public du Château, du Musée et du Domaine National de Versailles, pour exiger  » le retrait de ces installations qui dénaturent Versailles et portent atteinte à la dignité de la femme » et qui a recueilli 10000 signatures.

Nettoyage de l'installation

Nettoyage de l’installation « Dirty Corner », Versailles, 18 juin 2015 – Photo par Michel Euler/AP – visible sur theguardian.com

L’actualité a rendu le sujet encore un peu plus « brûlant » puisque le vagin a été vandalisé il y a quelques jours par plusieurs jets de peinture blanche (ou jaune ?).

Ce qui m’intéresse dans tout cela, c’est d’abord l’obsession de Kapoor pour les formes expressément sexuelles, tuyaux, ouvertures… ou,ici, immense corne de brume. C’est le nom qu’il donne à installation : « Dirty Corner »… pourquoi le « Coin Sale » ? Souvenir d’une époque où c’était « sale » de se toucher le sexe, où le sexe était sale ? Kapoor a-t-il vécu cela ? Parle-t-il de cela ? Le Coin Sale est devenu le Vagin de la Reine quand Kapoor a comparé son installation au « Vagin d’une reine qui prend le pouvoir ». Là aussi, qu’est-ce que ça veut dire ? Que signifie-t-il ?

La polémique a rendu l’oeuvre de Kapoor beaucoup plus intéressante en dépassant l’obsession personnelle d’un artiste pour montrer la réaction du public, ses tabous, ses rejets. De toutes évidences, la représentation stylisée d’un vagin géant sur le tapis vert, entre le château et le Grand Canal, ça dérange. Si le Roi-Soleil contemplait encore le « Monde » depuis son perron, son regard tomberait sur le trou béant d’un vagin suggéré… est-ce acceptable ?

L’acte de vandalisme me semble encore plus intéressant : de la peinture blanche (jaune ?) jetée sur l’ouverture de l’oeuvre… comme une giclée de sperme (what else ?) à l’insu de son propriétaire. On ne sait trop si tout cela est une blague ou un viol. Ma réflexion, à ce stade, c’est : « Tiens, Louis a repris le pouvoir ».

3 réponses à “Le vagin qui dérange

  1. Je veux bien que n’importe quel trou, tuyau ou rond soit un sexe féminin et n’importe quel poteau télégraphique ou cheminée d’usine un pénis. Mais à ce niveau zéro de l’image et du salace éculé d’un potache ceci pourrait aussi bien être l’anus du Dauphin…
    Selon quels critères juger cela? L’originalité, l’universalité, l’émotion, la capacité d’évocation, le trouble?? C’est trop distant et lointain et je ne ressens rien de tout ceci. La spéculation intellectuelle peut-être? Mais dans ce domaine je fais plus confiance à Barthes ou à Nietzche, voire au divin Marquis… Ce que montre tout votre blog c’est que la féminité est comme un symbole (ou un oignon, pardon!): une accumulation de sens, d’interprétations, de lectures (de peaux). Et lorsque tous ont été lus (les peaux enlevées) il ne reste rien… Je peux provisoirement, créditer Anish Kapoor d’avoir tenté d’illustrer ce rien, littéralement ce « trou » de signification. Sauf qu’une femme ce n’est justement pas un trou, mais tout ce qu’il y autour.

  2. Louis a sans doute repris du poil de la bête! Le Jaune était la couleur imposée aux traitres au Roi: peinture des façades de leur hôtel, livrée de leur personnel etc…

  3. Je vous livre ces phrases d’Anish Kapoor : »Je n’ai jamais utilisé ces termes là (le vagin de la reine) j’ai juste dit ‘elle contrôle’. Oui la sexualité, le sexe de la femme, est très présente dans mon œuvre en général et en un sens il y a quelque chose de sexuel ici, mais sans rapport avec Marie-Antoinette. Dirty corner est vraiment plus sur l’obscurité que sur la sexualité »
    Vous n’aviez pas tout à fait tort: c’est donc le Roi Soleil qui était visé! Il faut vouloir la provocation pour planter le désordre dans l’ordre rigoureux et volontaire des jardins de Le Notre. Et l’aimer au-delà de la mesure pour vouloir y conserver les tags antisémites, provocation répondant à la précédente. Mais de qui est-ce l’œuvre, l’enfant, la pensée, désormais? D’un artiste ou d’un collectif d’anonymes? Et est-ce encore une œuvre ou, à peine, un témoignage sociologique sur notre temps?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s