Le pénis limite

Si le pénis des représentations classiques (voir billet précédent « Le pénis académique« ) est toujours court et calotté, force est de constater que cette petite bête peut présenter dans la réalité  des allures très différentes, même « au repos » : testicules plus ou moins grosses et pendantes, verge plus ou moins longue et plus ou moins large, gland plus ou moins apparent.

Assortiment de pénis par C. Mueller - 2011

Assortiment de pénis par C. Mueller – 2011 – Source : phallusandart.tumblr.com

La quasi-totalité des dessins d’hommes nus classiques de l’école des beaux-arts de Paris représente des hommes à petites bites calottées. L’italien Landini a fait une exception pour le nu ci-dessous.

J’ai mis en face une très jolie photo prise par Dylan Rosser : queue longue et calottée, comme pour le modèle de Landini, mais on perçoit (imagine ?) un début de gonflement : le moment où l’homme commence à s’affoler et à perdre la raison (comme Aristote, voir « Dresseuse d’hommes« ). A la limite du tabou…

nu masculin par Andrea Landini Christopher Bailey par Dylan Rosser

[Ci-dessus à gauche : Nu masculin par Andrea Landini (1847-1935), vers 1908 – Source : male-warriors.tumblr.com – A droite : Christopher Bailey par Dylan Rosser – Source : gymnosophistry.tumblr.com]

Deuxième limite, après le pénis long : le gland apparent, même sur une verge qui roupille.

J’ai choisi une photo d’athlète parmi la vaste collection de clichés pris par David Martin, le prolifique artiste de la région de San Francisco (à l’instar de Bruce Harry Bellas, dit Bruce de Los Angeles ou Douglas de Détroit, tous actifs dans la photo de nus masculins aux Etats-Unis entre les années 40 et 60), ainsi qu’une oeuvre du peintre québécois Daniel Barkley pour illustrer cela : 2 glands apparents… Et alors ?

Jim Frost par david martin icare IV par daniel barkley 2010

[A gauche : Jim Frost photographié par David Martin – Source : malemodelsvintagebeefcake.blogspot.fr, années 1950 ou 60 ? – A droite : « Icare IV » par Daniel Barkley (né en 1962), 2010 – Source :  danielbarkley.com]

Enfin, si on additionne les deux « tabous », la verge longue et le gland apparent, on arrive à la limite extrême avant l’érection. Tout y est mais ça ne bande pas encore. Le célèbre photographe Richard Avedon a jugé celà suffisamment trivial pour que ça ne l’empêche pas de photographier le danseur Noureïev « au naturel », avec son beau gros pénis à l’air.

Rudol Nureyev par Richard Avedon - 1961 - Source :

Le danseur étoile de l’Opéra de Paris Rudolf Noureïev (1938-1993) photographié par Richard Avedon (1923-2004) – Paris, 1961 – Source  : thepinksnout.blogspot.fr

Les photographes de nus masculins (Dave Martin, par exemple) n’ont pas hésité à briser le tabou en prenant de très nombreux clichés d’hommes aux pénis longs, décallotés et en érection. Le dessinateur Tom of Finland (1920-1991) a aussi contribué à imposer l’image du gros phallus au delà du milieu homosexuel masculin. La presse et le web gay regorgent désormais de sexes en érection. C’est le retour des phallus dionysiaques et aussi un renversement des codes : qui penserait encore qu’on mesure la « bite de pouvoir » (voir billet « Courte et calottée : La bite de pouvoir« ) à sa petitesse ? Le pouvoir de la bite a remplacé le pouvoir sur la bite. La capacité de pénétration a supplanté le contrôle de la Raison. Non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s