Jambes de femmes – Osez la largeur

Quand un dessinateur fait son travail, il lui faut tordre la réalité, la simplifier, la déformer, pour qu’au final le dessin parvienne à son but et se fasse comprendre.

Quand il dessine le corps de ses petites nanas, Arthur de Pins (voir site web), illustrateur et auteur de BD français né en 1977, n’hésite pas à déformer. Le résultat est original et très sexy.


De Pins choisit de déformer le bassin et les fesses qu’il élargit (comparez ci-dessus le corps de l’homme à celui de la femme ou sur la couverture de l’Anti-Kamasutra).

Comme déjà discuté dans les billets précédents, un bassin large est synonyme de féminité. On peut dire que les petites nanas d’Arthur de Pins, avec leur croupe large et leur taille fine, débordent de féminité. Et pour un mec, « féminité exacerbée du corps » rime avec « sensualité débridée et corps-à-corps ». Pas étonnant que les éditions de la Musardine lui aient confié la tâche de réaliser les couvertures de la collection « Osez… » qui déborde… d’audace.

Je constate par ailleurs que, comme les soeurs Ikaruga (« Jambes en X – Démonstration par les soeurs Ikaruga« ), les nanas d’Arthur de Pins sont à la fois sexy et enfantines…

Arthur de Pins a aussi joliment croqué les danseuses du Crazy Horse.

Et après la déformation des jambes par la largeur, je saute sur un autre billet dans lequel on les déformera par la…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s