Portrait de jeune fille dans les mains d’un vieux dégueulasse

Ou : Portrait de jeune sorcière dans les mains de son bouc (portrait justifié après plusieurs articles sur les sorcières et leurs nuits de noces avec le Diable).

Dans le rôle du bouc, l’auteur du « Journal d’un vieux dégueulasse » (Notes of a dirty old man) et des « Contes de la folie ordinaire » (Erections, ejaculations, exhibitions and general tales of ordinary madness) : Charles Bukowski.

[Source : charlesbukowski.free.fr]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s