lingam > yoni ?

Je suis tombée sur cette photo et, immédiatement, j’étais en pleine forêt vierge. Des ruines de temple, une végétation tropicale vert fluo : C’est le retour d’Indiana Jones.  Cliquez donc  sur la photo ! Faut  voir la HD pour savourer pleinement.[Lingam dans les ruines du complexe de My-Son, Province de Quang-Nam, VietNam – Photo par MotHaiBaPhoto, le site DeviantArt de Dmitry et Olga]

Une fois passée l’excitation de l’aventurière du dimanche, ce qui interpelle, c’est la structure au premier plan : le lingam. Une courte recherche suffit pour apprendre que le lingam (ou « linga »), c’est  une représentation du pénis. Ce dernier est fiché dans une vulve symbolique en pierre : le yoni.

Voici, ci-dessous, un dessin que j’ai fait du yoni et du lingam, sur la base d’une photo d’un souvenir ramené du Cambodge par un  touriste. Typiquement, le lingam  est rond en haut, octogonal au milieu et carré à sa base. Chacune des 3 formes rappelle un des 3 dieux de la « trinité » (trimourti) hindouiste : Shiva (rond), Vishnou (octogonal) et Brahma (carré).

Le lingam ressemble à un pénis en érection mais que dire du yoni ? Il y a bien un trou dans lequel rentre le lingam, il y a bien une fente mais la comparaison avec le sexe de femme n’est pas si évidente. En fait le yoni ressemble à une lampe à huile ou, plutôt, à un enclume, ce qui est étrange. Il ne faut peut-être pas se focaliser sur cette forme de yoni : c’est la plus populaire aujourd’hui mais beaucoup d’autres formes ont existé.

En fait, en prenant un peu de recul, le yoni et le lingam ressemblent à …

Oui ! Un mortier et un pilon (qu’on utilise pour écraser des graines, des herbes ou des épices).

Là, la symbolique est intéressante. Pour le sexe féminin, on retrouve la notion de vase, de cratère ou de matrice. Pour le sexe de l’homme, on ne voit pas bien ce qu’il doit écraser mais on comprend immédiatement la complémentarité avec le mortier : L’un sans l’autre ne sert à rien. Le yoni-lingam représente-t-il (comme le mortier-pilon) une vision de la complémentarité du couple, de l’égalité des sexes ?

C’est ce que disent certains… ou plutôt certaines qui pensent trouver dans l’hindouisme une religion véritablement égalitaire. Mouais… Désolée, les filles, mais je n’en suis pas si sûre. Pour deux raisons :

1. La structure que j’ai appelée yoni-lingam jusqu’à présent ne porte pas ce nom en Asie. Là-bas, on parle de Shiva-lingam (le phallus de Shiva) ou, simplement, de lingam. Le yoni, même s’il est là, ne compte pas vraiment.

2. Regardez comment le lingam s’enfonce dans le yoni ! S’il s’agissait d’une représentation de l’acte sexuel, la partie ronde du lingam rentrerait dans le yoni (comme le gland du pénis pénètre le vagin) or c’est le contraire. Je ne vois qu’une seule explication à celà : Le yoni n’exerce pas ici de fonction sexuelle (comme le pénis qui est en érection) : Il est un simple socle pour présenter le « phallus de Shiva ».

Le yoni est un « faire valoir ». C’est le lingam qui compte (quoi qu’on aurait préféré penser).

shiva lingam, cambodge

[Shiva-lingam, fin du 7ème siècle après JC, Cambodge période pré-Angkor – Vente aux enchères de juin 2009 par la maison Michael Zeller de Lindau am Bodenseee – Photo sur le site de la société Auktionshaus Michael Zeller]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s