Portraitiste, pas ethnographe

Alexandre Iacovleff aurait accepté de participer aux expéditions d’André Citroën à la seule condition d’y être intégré comme portraitiste et non comme peintre ethnographe (voir Le Point), en conséquence de quoi on connaît le nom de tous ceux qui ont posé pour lui. Des individus plutôt que les représentants d’une ethnie/race/nation/peuplade ? J’achète. mangbetou,mangbetu,iacovleff,congo,beauté noire,black beautyAinsi de la belle Ourou, peinte à Nyangara en pays Mangbetou, dont Iacovleff vante, dans ses notes de voyage, « la peau couleur ocre d’or » et les yeux « fendus en amande, à l’expression fixe des sculptures égyptiennes : le blanc incrusté de quartz, les pupilles d’agate » (in L’aventure de la Croisière noire, par Jacques Wolgensinger, Editions Robert Laffont, 2002) ou de Nobosudru dont Iacovleff fit aussi le portrait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s