Quelques secondes avant l’invention de la pudeur : profitons du spectacle !

J’ai du mal à croire que ce tableau a été peint il y a 500 ans (en 1531, en l’occurence, par Hans Baldung Grien).  Trop sensuel ? Trop érotique ? Trop  impudique ?

Nous voici donc au jardin d’Eden. Le serpent a fait son oeuvre et Eve a pris une pomme mais personne n’a croqué le fruit : L’homme et la femme sont encore nus et sans honte (voir article « L’homme et sa femme étaient tous deux nus et ils n’avaient pas honte – Genèse 2:25« ).

baldung grien,adam,eve,serpent,paradis,eden,nudité[Cliquer l’image pour voir la haute déf sur le site du musée Thyssen-Bornemisza à Madrid]

Le petit voile transparent sur le pubis d’Eve n’est là que pour préserver l’oeil vertueux du spectateur du XVIème siècle. Dans le jardin d’Eden, pas question de se voiler les poils pubiens.

Bientôt, Adam et Eve vont enfreindre l’ordre de Dieu et croquer le fruit de l’arbre de la connaissance du Bien et du mal. Ils vont alors constater qu’ils sont nus, rougir de honte et se couvrir le sexe. La pudeur est née.

Question : Quel rapport entre la connaissance, le Bien et le Mal, la pudeur ? Je ne comprends pas. Est-ce que la nudité, c’est mal ? Est-ce que Adam et Eve comprennent ça en croquant la pomme ? Pourtant Dieu a voulu la nudité sans honte. C’est lui qui l’a créée. D’ailleurs, ne sera-t-il pas furibond quand il verra que ses deux créatures ont couvert leur sexe de feuilles de figuier ? Est-ce que ce que Dieu a voulu peut être mal ?

Je ne comprends pas…

3 réponses à “Quelques secondes avant l’invention de la pudeur : profitons du spectacle !

  1. Là vous touchez à la source d’un bon nombre d’hérésies. La cause, la place, et le rôle du mal dans la création.
    Mais ce n’est pas mon sujet. La pudeur c’est un dialogue. C’est parce qu’elle sait, ou devine, ce que l’homme conclura de la vision de son corps que la femme le dissimule, ou laisse entrevoir, c’est selon.
    Comme disait je ne sais plus quel romancier: l’homme utilise le vêtement pour cacher ce que dieu lui a donné, et la femme pour le montrer. Autrement dit la pudeur est un dialogue entre sexes. Pas de pudeur si le sexe opposé est absent(Le harem, le Hammam…)! Une pudeur farouche: tu ne me plais pas! Un aperçu, une suggestion, un décolleté, un bout de dentelle: avances-toi un peu. Plus de pudeur: provocation ou confiance. Évidemment et heureusement ce jeu impudeur/ pudeur est un peu plus complexe et riche que ce schéma. C’est bien ce que montre tout ce blog.
    Un détail. La feuille de figuier est pour les Grecs un symbole du sexe masculin, et les figues des testicules. Le figuier est l’arbre de Dionysos. Le Dieu mi homme-mi animal (ses temples étaient toujours construits hors les murs de la ville) de l’ivresse, l’orgie, etc… C’est une des (multiples) infiltrations de la pensée grecque dans les Écritures… Raison pour laquelle la feuille de figuier sera remplacée par celle de vigne!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s