La Yakshi n’est pas si nue

La Yakshi du 1er siècle après JC ramenée de Sanchi en Inde et exposée au British Museum permet de se rendre compte à quoi ressemblait ce génie-femelle bienfaisant (Clichés publiés sur le site du musée – Une photo HD est également disponible sur Wikimedia Commons). Un collier de perles qui passe entre les seins, comme pour la statue de Boston (voir article précédent), des bracelets aux chevilles et aux bras, une ceinture sur les hanches et… une jupe transparente qui ne cache rien du pubis de la belle. Seins nus et transparence des tissus : Voilà qui rappelle beaucoup les articles précédents sur l’Egypte ancienne. De devant, on sait donc maintenant que la yakshi a les seins nus et une jupe pas si pudique. La vue de derrière est aussi très intéressante. Les cheveux sont très longs et tressés. Ils semblent partiellement recouverts par une sorte de collier. On remarquera aussi la pose très particulière et typique de la yakshi (déhanchement, un bras en l’air et une jambe pliée) qu’on appelle « tribangha ». On remarquera surtout que la belle se tient sous un arbre dont elle a attrapé une branche. Ce génie hindou est ainsi devenu une figure bouddhiste, la « Shalabhanjika » dont je vais reparler très prochainement, car la mère de Bouddha (c’est d’elle qu’il s’agit) devrait vous rappeler une autre mère bien connue…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s