Une merveille de temple

Sur un site qui s’appelle « FemelleTemple », une place importante doit être donnée au seul vrai grand temple qui fut dédié à la Grande Femelle, à savoir l’Artémision, le temple d’Artémis à Ephèse, seul temple également à figurer dans la fameuse liste des sept merveilles du monde antique.
Pas question de s’éterniser sur des explications historiques ou archéologiques disponibles auprès de sources spécialisées. Juste un bref rappel  des faits : Ephèse est située sur la côte de la mer Egée, côté turc. Le premier grand temple consacré à Artémis est érigé au VIème siècle avant JC et détruit par un pyromane en -356. La reconstruction du temple à l’identique dure un siècle (Alexandre le Grand ne l’a pas connu) et s’achève donc avant l’établissement  de la fameuse liste des sept merveilles.

temple,artémis,diane,ephese,plan,merveille

Pan du temple d'Artémis à Ephèse par JT Wood - 1877 - Document Wikimedia

Le temple est de nouveau incendié, en partie détruit par des tremblements de terre, pillé vers le IIIème siècle après JC et finalement démoli au siècle suivant. Une première campagne de fouilles (1867-1905) permet de dégager quelques morceaux de colonnes qui sont amenés au British Museum. Les vestiges mis à jour par la mission autrichienne (1905-19023) sont, eux, entreposés au Kunsthistorisches Museum de Vienne. Les objets découverts après cette date se trouvent à proximité du site, à l’Ephesus Museum de Selçuk. Franchement, on n’a pas trouvé grand chose à Ephèse. Il n’y a même, à mon avis, qu’une seule chose intéressante. Mais quelle chose ! artemis,diane,ephese,statue,seins,mamelles,déesse,primitive,féconditéLa seule chose intéressante, c’est cette copie de la statue d’Artémis conservée à l’Ephesus Museum. La copie la plus réaliste, vraisemblablement, des nombreuses copies en circulation. Et, il faut bien l’admettre, cette Artémis est vraiment étrange. Si elle remonte au premier temple, alors elle date au moins du VIème siècle avant JC. Rien à voir avec la statuaire grecque « traditionnelle » (et aussi plus récente) comme l’Artémis de Gabies du musée du Louvre attribuée à Praxytèle. Non. Cette déesse-là surprend et pose plein de questions : pourquoi ces multiples seins, ce carcan qui enserre les jambes, cette coiffe bizarre, ces images de fleurs, d’abeilles, de lions, de griffons ? Etait-ce une déesse de la Nature ? Une déesse de la fécondité ? Autre chose ? Le débat est ouvert…

2 réponses à “Une merveille de temple

  1. Artémis est une sauvageonne, une coureuse des bois, et une protectrice de la puissance de vie. Raison pour laquelle ce ne sont pas des seins qui grouillent sur sa poitrine mais… des testicules de taureau!
    Ceci dit Éphèse est superbe. J’ai y pleuré en y voyant « la bibliothèque de Celsius », à mon avis un, LE, sommet de l’architecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s