Rallongez-moi ce dos !

On sait que la Grande Odalisque d’Ingres (1814, musée du Louvre) est une image de femme déformée : dos trop long, rotation improbable. On sait depuis 2004 et une étude publiée dans le Journal of the Royal Society of Medicine qu’elle a exactement 5 vertèbres de trop et qu’elles sont dans le bas de son dos.ingres,odalisque,dos,nue,orientaleIngres l’a fait exprès, bien sûr, comme on peut le voir dans ces dessins conservés au musée Ingres de Montauban : Seule la femme du bas est rallongée (et c’est mieux comme ça). Doit-on déduire qu’on peut faire une (fausse) femme plus belle qu’une vraie ? Que la peinture est supérieure à la photo ? Serait-ce le début de l’art moderne et la fin du figuratisme ? Est-ce que j’embraye avec… je ne sais pas… les demoiselles d’Avignon ? ingres,étude,odalisque,dos,nu,couchéA cette heure tardive, je me contenterais de conclure avec une photo de Tomáš Rücker, juste pour montrer que le bas du dos d’une vraie femme, quand il est photographié par un grand photographe, ce n’est pas mal du tout (n’aurait-il pas trouvé le moyen de rajouter également quelques vertèbres ? Le bas du dos de cette nue à genoux ressemble étrangement à celui de notre odalisque).

tomas,rucker,dos,nue,vertèbres,photo[L’image de la Grande Odalisque est visible sur Wikimedia Commons, celle des dessins préparatoires d’Ingres sur la base Joconde (mot clé « odalisque ») et la photo de Tomáš Rücker sur son site tomasrucker.com]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s