La plus vieille femme

Après le maniérisme de Spranger, j’ai besoin d’un peu de simplicité. Pour la première fois depuis que j’ai commencé ce blog, je vais présenter une vénus préhistorique. Bien sûr, on sait pas trop si ces vénus préhistoriques représentaient une déesse de la beauté (une « Vénus »). On ne sait même si elles représentaient une déesse ou si elles étaient utilisées religieusement. Il s’agissait peut-être de petits objets sculptés « comme ça », pour faire joli. Ou d’un petit objet érotique qu’un chasseur de mammouth gardait dans sa poche comme certains conservent des exemplaires de PlayBoy sous le lit…

La vénus de Hohler Fels, âgée de 35 à 40 mille ans, serait la plus vieille représentation humaine connue à ce jour ! Elle à été découverte en septembre 2008 dans la caverne de  Hohler fels près de Schelklingen, Bade-Würtemberg. Elle a été sculptée dans de l’ivoire de mammouth, mesure environ 6 cm et pèse 33 grammes.

Vénus de Hohler Fels - Photo publiée par Gerbil dans Wikimedia Commons

La vénus est actuellement exposée au musée de la préhistoire de Blaubeuren(Urgeschichtliches Museum Blaubeuren), ainsi que le phallus trouvé à ses côtés. On peut voir la vénus, le phallus et des statues de mammouth sur le site du Spiegel.

2 réponses à “La plus vieille femme

  1. Tristant Trois

    Amusant d’évoquer PlayBoy à propos des Vénus préhistoriques. Elles semblent représenter une telle continuité en leur canon de beauté que le lapin blanc (sans montre Alice!) révèle ses valeurs versatiles. Depuis quelques dizaines d’années les fesses sont sur gonflées pour plaire au lectorat latino et les pubis rasés pour séduire la gente asiatique.

  2. 1 Dans de nombreuses sociétés archaïques le fait d’être gros, obèse, est un signe de richesse et de statut social (celui qui peut manger au delà de sa faim) Les épouses des chefs Touareg étaient si grosses qu’une esclave devait leur tenir les jambes levées pendant que leur époux les besognaient!! Question de culture…
    2 La coiffure de la statuette de Willendorf évoque celle de (la superbe) « Dame de Brassempouy ». En tous cas il est évident que nos arrières arrières aïeules étaient déjà attentives à leur image pour se coiffer avec une telle sophistication (et que nos aïeux y étaient sensibles)
    3 Dans les pubis rasés (tatoués, percés…) je vois plutôt d’abord un retour de coquetterie. Ça se voit, ça se montre, et il faut plaire à des hommes pour qui voir est un élément essentiel du désir! Et ensuite de la tradition grecque, transmise par les Arabes qui l’ont découverte lors de l’occupation des territoires byzantins, de l’épilation du pubis: « afin de ne rien cacher à son amant ». Très accessoirement de l’industrie du porno qui espère prospérer dans la surenchère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s