Clitoris = Pénis ? (pour adultes)

Dans le milieu médical, on sait que rien ne ressemble plus à un pénis… qu’un clitoris. Petit bouton = gros mandrin ?

1. VOCABULAIRE

La petite chose ronde et furieusement sensible qu’on appelle communément « clitoris » est en fait le gland du clitoris. La longue « gouttière » qui recouvre en partie le gland s’appelle le prépuce. La terminaison des petites lèvres qui fait vibrer le gland pendant l’accouplement est le frein. Gland, prépuce, frein… vocabulaire phallique.

[Ah ! Voilà que je me lance dans des croquis pseudo-scientifiques, comme ce vieux Lequeu (cf "architectures coniennes"). Mais n'ayez crainte ! Les parties génitales dévoilées ici n'appartiennent pas à des enfants. C'est vérifié.]

Le prépuce recouvre le gland (pour les verges non circoncises) et ce qui « accroche » le prépuce au méat (le trou du gland), c’est le frein.  Ainsi, au niveau du simple vocabulaire, les similitudes entre clitoris et pénis sont frappantes. Plus important, passons maintenant au fonctionnement de la chose

2. FONCTIONNEMENT

Concernant le fonctionnement du pénis, tout le monde connaît : une stimulation sexuelle entraîne une augmentation de la concentration en guanosine monophosphate cyclique qui provoque un afflux sanguin vers le corps caverneux de la verge. L’augmentation de volume comprime les veines chargées d’évacuer le sang et les empêche d’effectuer leur travail. Le pénis prend encore du volume et entre en érection. [image Wikimedia commons]

Ce qui est plus intéressant, c’est qu’on sait maintenant qu’un processus similaire anime le clitoris. Ce phénomène est resté longtemps méconnu car il se produit à l’abri des regards, à l’intérieur même du corps de la femme. Ce qu’on appelle usuellement « clitoris » n’est en fait que le gland du clitoris qui se situe à l’extrémité d’un corps beaucoup plus imposant composé, comme le pénis, d’un corps caverneux. clitoris,schema,clitoral body[Schéma mis en ligne sur Wikimedia Commons par LearnAnatomy - Hood=capuchon=prépuce, head = gland]

Sous l’action d’une stimulation sexuelle, le corps creux du clitoris va prendre toute sa dimension et s’ériger. Le processus est documenté dans une vidéo réalisée par la compagnie Bio-Sim et visible sur http://www.ed-sim.com. Voici une image qui en est extraite, la dernière étape de l’érection : Ce qu’on voit à la fin, c’est un clitoris droit comme une bite. Un petit phallus bien raide qui ne pourra cependant rien pénétrer. Pour forer des trous, il faudra retourner au bon vieux mandrin…

POST-SCRIPTUM : LE CHAINON MANQUANT

Le web m’a apporté un peu de substance pour compléter cet article. Avez-vous vu les photos étonnantes de cette Brésilienne au clitoris surdéveloppé ? Je ne sais pas si c’est une aberration génétique ou la conséquence d’un abus d’hormones mâles mais, quoiqu’en soit la cause, la chose est là : un méga clitoris qui ressemble tout à fait à un pénis, notamment quand il entre en érection.
Et voici, ci-dessous, une autre photo très intéressante d’un énorme clitoris (je ne suis pas sûre que c’est le même que celui du dessus). Remarquez la forme du gland et le frein qui se sépare en deux pour former les petites lèvres. En dessous, pour celles qui ont des trous de mémoire, je présente l’équivalent phallique : Exactement la même fente dans le gland à l’emplacement du frein. Pas de doute, M. Péni est le grand frère de Mme Clito !


Et voici encore un autre exemple de clitoris-pénis glané sur le web :

POST-SCRIPTUM 2 : LES VESTIGES DE L’EMBRYON

Les 2 photos ci-dessus nous rappellent qu’au stade embryonnaire, les organes génitaux sont indifférenciés et composés d’un « tubercule » génital et d’un pli urogénital enserré dabs un bourrelet labio-scrotal. Entre les 10ème et 14ème semaine, alors que l’embryon est devenu un foetus, les appareils génitaux se différencient. Chez la femme, l’ouverture du pli évolue en deux orifices (ceux de l’urètre et du vagin, bien sûr), le tubercule forme le clitoris, le pli se transforme en petites lèvres et le bourrelet en grandes lèvres.

Le sexe de la femme est donc très proche de l’organe de l’embryon. Les petites lèvres ont pris de l’ampleur par rapport au pli initial mais elles ne changent pas l’apect général.

Chez l’homme, l’ouverture du pli se déplace vers le tubercule qui se développe en pénis ; le pli lui-même se soude et le bourrelet forme le scrotum (les bourses).

Sur les photos ci-dessous, on voit bien les vestiges sur les sexe masculin de l’évolution du pli urogénital et du bourrrelet labio-scrotal pendant ces 4 semaines déterminantes :

Le pli s’est refermé et l’ouverture s’est soudé. La soudure, qu’on discerne très bien le long du pénis et du scrotum, s’appelle le « raphé médian ».

raphe median

Pour résumer tout ça, voici côte à côte des grandes lèvres et des testicules dont la peau présente le même aspect, trahissant ainsi leur origine commune. Au centre, les petites lèvres pour la femme et le raphé médian pour l’homme complètent le portrait de famille.

5 réponses à “Clitoris = Pénis ? (pour adultes)

  1. Bon article, je me suis permis d’en citer certains passages sur Yahoo q&r faute de pouvoir mettre un lien vu les illustrations très explicites, j’espère que ça ne dérange pas

  2. Voila un exposé d’une intelligence remarquable. Ca change un peu de certaines absurdités qu’on trouve sur le net.

    Bravo, j’ai adoré.

  3. Très instructif, ça réconfortent mes questions.

  4. une recherche très fouillées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s